Publicité
13 octobre 2019 - 04:00

LES QUATRE FERS EN L'AIR

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Voila une expression qu'utilisaient nos arrière-grands-parents il y a plus d'un siècle lorsque leur cheval faisait une chute soudaine et brutale. Cette expression a traversé le temps et on l'entend encore de nos jours, sauf que ça concerne maintenant les accidents de véhicules. Alors allons-y pour ce sujet plus léger.

Le 30 janvier 2015, P.O. Poulin a écrit, à propos de l'intersection de la 127e rue et de la 2e avenue, le commentaire suivant: «Situé en face d'une rue en descente, l'emplacement de cette maison ne doit pas être rassurant pour les habitants. Je ne voudrais pas y vivre». Très vrai, même que ses craintes ont déjà failli se concrétiser lorsque, le 29 novembre 1979, un camion (appartenant à M. Albert Doyon de Saint-Prosper) chargé de madriers a manqué son virage et s'est renversé tout près de cette résidence (photo 1). Un vrai miracle qu'il ait évité cette maison qui appartenait à M. Luc Morin (autrefois à M. Georges Poulin). Les occupants ont dû avoir la frousse de leur vie! La façade de la maison a été passablement endommagée et le camion a été une perte totale. Heureusement, la situation est beaucoup moins dangereuse à cet endroit depuis qu'on a interdit les camions dans cette 127e rue il y a bien des années, quand on a érigé la route de contournement qui aboutit à l'intersection du Burger King.

La 2e photo nous montre une situation qu'on ne saurait trop comment qualifier: malchanceux de plonger tête première près du pont du ruisseau Jérôme tel qu'il existait en 1960. Mais chanceux quand même: les passagers s'en sont tirés indemnes. Ces gens revenaient de la messe en fin d'avant-midi en février 1960 lorsqu'ils ont pris toute une débarque sur une mince couche de glace dans la côte du domaine. Les 3 occupants de la cabine (le conducteur M. Poulin et son épouse, et l'épouse de M. Alphonse Champagne, ce dernier était dans la boite arrière et a été projeté sur le banc de neige, subissant une fracture à la jambe) se sont fait brasser plus qu'ils ne l'auraient souhaité, mais ils s'en sont tirés avec une bonne frousse, le bon Dieu leur a donné une chance vu qu'ils revenaient de la messe.

La 3e photo nous fait voir un accident inusité vers 1940: le type voulait vraiment monter sur le pont. C'était un Dodge Fargo 1937. Le chauffeur fut blessé seulement dans son orgueil, mais il a dû subir les sarcasmes de ses confrères et amis pendant longtemps pour cette bourde.

Photo 4: Ce camionneur a pris un bain bien involontaire alors qu'il livrait son chargement en mai 1971, lors de l'aménagement d'un barrage de dérivation de la rivière, en vue de travaux qu'on devait y effectuer. Le sol s'est dérobé sous le poids du camion. Si on agrandit l'image en zoomant sur la portière, on discerne l'écriture: READY-MIX. Le véhicule était alors conduit par M. Robert Boucher qui s'en est tiré indemne, mais il a dû faire un méchant saut.

Photo 1 fonds Ville Saint-Georges. Photos 2 et 3 fonds Claude Loubier. Photo 4 fonds Jean Barbeau. Texte et recherches de Pierre Morin. 


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.