Publicité
9 novembre 2019 - 13:00

LA MAISON CENTENAIRE DU NOTAIRE LAVOIE

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Plusieurs l'appellent la maison Courchesne en raison du fait que M. Gilles Courchesne en a été propriétaire dans les années '60 et y a tenu un salon funéraire pendant plusieurs années. Et aujourd'hui, son fils Yvan Courchesne en est propriétaire depuis longtemps et y tient son cabinet de dentiste (photo 1). Mais on pourrait tout aussi bien l'appeler la «maison Lavoie» pour la simple raison que c'est le notaire Jean Lavoie qui l'a fait construire par les renommés frères Bérubé en 1909. Il en a fait sa résidence familiale et y a habité avec sa famille jusqu'à son décès. Sur la 2e photo, on le voit avec son épouse Ernestine Bolduc, leurs huit enfants et quelques proches lors d'une fête familiale ayant eu lieu chez lui il y a environ 100 ans. Ce fut une période heureuse pour eux, mais hélas, le destin nous joue parfois de bien mauvais tours. Le notaire, qui était né en 1875, est mort de la tuberculose en 1921, à l'âge de seulement 45 ans. Comble de malheur, les quatre enfants les plus âgés sont décédés dans les années suivantes, Marie-Louis à 14 ans, Georgiane à 18 ans, Madeleine à 21 ans et Georges à 22 ans. Quel destin cruel. Des épreuves terribles pour la mère qui s'est retrouvée seule pour élever les quatre plus jeunes. Devenue veuve, elle continua d'habiter cette belle résidence jusqu'en 1926. Après quoi, M. Eugène Roberge s'en porta acquéreur, puis son fils Georges Roberge et sa famille. Vers 1970, cette imposante maison victorienne fut transformée en Salon Funéraire, Giguère et Frère, qui appartenait à M. Gilles Courchesne. Cette entreprise funéraire occupa les lieux pendant plusieurs années, puis elle fut achetée par un compétiteur qui adopta le nom de «Roy et Giguère» et déménagea ailleurs. Par la suite, dans les années '80, c'est le dentiste Christian Fortin qui se porta acquéreur de ce superbe édifice et y établit son cabinet. Malheureusement, celui-ci dut abandonner son travail de dentiste après quelques années, étant devenu gravement allergique aux produits chimiques de dentisterie. Aujourd'hui, le principal occupant de l'édifice est son propriétaire Yvan Courchesne qui y loue également à d'autres certains espaces à bureaux. Wow, quel immeuble impressionnant, il a dominé le paysage urbain de notre ville pendant de nombreuses décennies, comme on le voit sur plusieurs photos anciennes, même qu'à la SHS, on en a une prise de l'arrière, en direction ouest, il y a environ 100 ans (photo 3). La photo 4, où la maison Lavoie est à l'extrême droite, aurait été prise peu de temps après que l'on eût terminé sa construction, soit en 1909 ou 1910.


Photo 1 courtoisie de Christian Roy. Photo 2 et 4 courtoisie de Bernard Poulin, petit-fils du notaire Lavoie. Photo 3 du fonds Bernard Thibaudeau. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.