Publicité

21 juin 2020 - 04:00

LE MAGASIN J. E. DULAC ET FILS DES ANNÉES '30

Toutes les réactions 1

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Plusieurs parmi les ainés ont entendu parler de ce magasin qui a existé il y a 100 ans sur la première avenue dans l'ouest. Il semble que ce commerce ouvrit vers 1919-20 et ferma vers 1945. À l'origine, il avait été fondé par M. J. E. Dulac et son épouse. Il était situé au coin de la rue Saint-Moïse (21e rue) et de la 1re avenue. La famille habitait au 2e étage. Je n'ai trouvé aucune photo le montrant clairement et distinctement, mais il est le troisième à gauche sur la 1re photo. Son voisin immédiat (à droite) était la maison de M. Joseph Rodrigue. Hélas, M. Dulac n'a pas eu la chance de l'exploiter bien longtemps puisqu'il a péri par noyade le 8 août 1920, à l'âge de 43 ans. Devenue veuve à 38 ans, son épouse se retrouva seule pour vivre et élever sa famille, à une époque où les femmes avaient de la difficulté à se faire accepter dans le monde des affaires (surtout réservé aux hommes) et où il n'existait aucune forme d'aide sociale. Elle dut trimer dur pour continuer d'opérer leur magasin avec l'aide de ses enfants, dont ses fils Léopold et Gérard. Dans l'annuaire téléphonique de 1935, elle est listée sous le nom de Mme Émery Dulac, marchande. C'était aussi l'époque où les femmes mariées devaient s'effacer sous le nom de leur époux, comme si elles n'avaient plus de nom personnel. Dans le journal l'Éclaireur du 9 septembre 1937, elle s'annonçait sous le nom de «J. E. Dulac et Fils», ajoutant certains items disponibles à son commerce: «Spécialités: Épiceries Assorties, Tapisseries, Vitres, Coupons». C'était en quelque sorte un magasin général. Il semble qu'elle éprouva des difficultés financières, elle cessa les opérations vers 1945, et son local fut par la suite utilisé par un autre commerce du même genre du nom de «Syndicat Coopératif la Chaudière». La 2e photo nous montre l'édifice à la fin de décembre 1960, quelques jours après avoir été l'objet d'un grave incendie. Il fut démoli, une partie du site a servi a élargir la 21e rue et le reste est devenu un stationnement. Le nom de fille de Mme Dulac était Salomée J. Gagnon, elle est décédée le 4 juin 1955, à l'âge de 73 ans. On les voit, elle et son mari, aux cartes mortuaires affichées en 3e photo. J. Émery était le fils de François-Xavier Dulac qui fut député, maire et marchand de notre ville. Mme Gagnon a aussi perdu un fils, Gérard Dulac, mort à l'âge de 36 ans dans un accident d'auto survenu le 30 novembre 1948 sur la deuxième avenue dans l'Est (Photo 4). Comme celui-ci avait fait la guerre mondiale '39-'45, participant notamment à l'escalade des falaises d'Avranches avec le 22e régiment lors du débarquement de Normandie le 6 juin 1944, il eut droit à des funérailles militaires, comme on le constate à la dernière photo. Comme son père et sa mère, il fut inhumé à la petite chapelle funéraire en briques de la famille Dulac à l'entrée du cimetière dans l'Ouest (construite en 1917). Hommage à cette femme tenace qui a su affronter des épreuves difficiles et élever courageusement sa famille.

Photos 1, 2 et 5 du fonds Claude Loubier. Cartes mortuaires de la SHS. Texte de Pierre Morin. Recherches de Pierre Morin et Paulin Poirier.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Très très intéressant Pierre. Merci!

    Charlotte Veilleux - 2020-06-22 19:12