Publicité

5 juillet 2020 - 04:00

LE BUREAU DE POSTE DES CATELLIER

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

En 1885, selon le rapport du notaire Bussières mentionné par l'historien Vézina, il y avait à Saint-Georges cinq bureaux de poste (pas mal mieux qu'aujourd'hui, où nous n'en avons que deux). Celui de Cumberland Mills, tenu par Taylor. Aubert-Gallion, tenu par W. Pozer. Celui de Saint-Georges Est, tenu par L. Moisan. Celui de Jersey-Mills, tenu par Cahill. Et celui de Saint-Georges, ouvert le 1er février 1854 avec le Maître de poste J.-O. Labranche et, à partir de 1867, tenu par Hubert Catellier. L'abbé Ferdinand Catellier fut curé de notre ville de 1860 à 1877. Originaire de Saint-Vallier, il amena avec lui son frère Hubert, qui s'établit dans le secteur de l'église. Celui-ci fut forgeron, marchand et Maitre de Poste, ce qui était à l'époque un titre important. Il occupa cette fonction du 25 avril 1867 au 7 juin 1910. L'un de ses fils se nommait Alfred, auquel le journal local du 6 mai 1909 a consacré un entrefilet dont nous publions le texte en 2e partie de la dernière photo. On y apprend que celui-ci a acheté de V. (Vinceslas) Dionne un «magasin de marchandises générales... sur la rue du Domaine. Le bureau de poste a aussi été transporté dans ce domaine où M. Catellier père et fils, auront désormais leurs résidences». Ils restaient au deuxième étage. On voit l'immeuble en question aux deux premières photos. La 1re date des environs de 1940, tandis que la 2e date des environs de 1920. Sur cette dernière, le bureau de poste est au milieu des autres édifices de la rue, du côté gauche de l'édifice à trois étages couronné d'une tourelle qui appartenait à Ferdinand Morissette. On comprend qu'à l'origine, cette rue s'appelait la rue du Domaine. Plus tard, on changea ce nom pour l'appeler la rue Saint-Ferdinand (18e rue), afin d'honorer la mémoire du Curé Catellier, décédé en 1880. (La majorité des anciennes rues de Saint-Georges Ouest faisaient référence à des noms de prêtres ou de curés y ayant oeuvré). En plus d'opérer un magasin général à cet endroit, Alfred Catellier devint à son tour Maitre de Poste du 30 juin 1910 au 1er janvier 1948. Puis son fils Joseph, que tout le monde appelait «Jos», prit lui aussi la relève comme Maitre de Poste, du 1er mai 1948 au 12 avril 1965. Mais, en 1957 avec le développement rapide de la ville, le rez-de-chaussée de cet immeuble est devenu trop petit, et le Ministère des Postes de l'époque loua le premier étage d'un édifice tout neuf, voisin de chez Jos (photo 3). Une quatrième génération de Catellier travailla à cet endroit, initiée à la tâche par son oncle Jos. Il s'agit de Claudette Catellier, qui oeuvra comme postière dans cet édifice pendant près de 5 ans, du 2 janvier 1958 à 1962, année au cours de laquelle on transféra les activités dans le nouveau bureau de poste sur la 1re avenue dans l'Est (aujourd'hui Dooley's) où elle travailla jusqu'au 2 janvier 1993. Le vénérable édifice presque centenaire qui a servi de bureau de poste pour les Catellier dans l'Ouest fut démoli dans la journée du lundi 8 août 2016, comme l'atteste la 4e photo, pour procéder à l'agrandissement de la clinique médicale (et pharmacie) située dans la même rue. Un édifice chargé d'histoire, qui fut fréquenté par nos parents et nos grands-parents. Le progrès, avec ses avantages et ses inconvénients. Note: la 5e photo nous montre les visages des trois premiers Catellier ainsi que de Mme Cora Paquet, qui fut postière (et non Maitre de Poste) pendant longtemps.


Photo 1, 2 et 3 du fonds Claude Loubier. Photo 4 de Robert Labbé. Photo 5 article du journal l'Éclaireur.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.