Publicité

12 juillet 2020 - 04:00

LE MAGASIN DE GEORGES THIBAUDEAU SUR LA 2e AVENUE

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Vous croyez reconnaitre l'édifice montré à la 1re photo, mais vous ne vous rappelez pas où au juste? Cet immeuble existe encore et loge aujourd'hui le commerce «Les Tissus du Québec». En reculant dans le temps, il a auparavant accueilli le magasin Canadian Tire commençant en 1961, le garage Chrysler Fernando Veilleux entre 1956 et 1960, et auparavant le garage Royal de J.O. Bélair entre 1947 et 1956. Celui de cette photo a d'abord logé un important magasin général fondé vers 1920, qui vendait tout ce qui était relié au domaine de la construction, ainsi que des appareils ménagers et des machineries agricoles. Voyez le texte d'une publicité de 1925 (photo 2), énumérant les marchandises variées qui y étaient offertes. De 1923 à 1934, ce commerce opéra sous le nom de Thibaudeau et Paquet. Son fondateur était Georges Thibaudeau, un grand bâtisseur de Saint-Georges au siècle dernier. Il appartenait à la descendance de ceux qu'on appelle encore parfois les «cayens», déformation du mot cadien, qui désigne les acadiens qui furent autrefois déportés en Louisiane. Plusieurs Thibaudeau de notre ville sont de descendance acadienne et certains ont joué un rôle majeur dans le développement de notre communauté. Né en 1882, Georges s'initia très jeune au monde des affaires, suivant les traces de son père. Il a été un homme d'affaire important, avisé, efficace et très respecté, mêlé à de multiples entreprises. Il fut maire de Saint-Georges Est de 1923 à 1927 et de 1931 à 1933. Aussi directeur de la Saint-Georges Woolen Mills, de la Saint-Georges Shoe et  de la manufacture de Talons, et directeur de  l'Aqueduc de la ville. La 1re photo (vers 1940) nous montre la façade et la cour de cet important établissement situé sur la 2e avenue face à la 115e rue. Pour bénéficier de plus d'espace, il érigea un imposant stationnement adjacent sur pilotis, comme le démontre une photo aérienne de l'arrière de ses bâtiments, prise dans les années '40 (3e photo). On dirait qu'il y a un étage en-dessous de la plateforme, où sont stationnés des véhicules et machineries agricoles. C'est dans ce secteur que fut le premier IGA de notre ville. La 4e photo, de 1890, nous montre la maison où il fut élevé sur la 1re avenue au coin de la 123e rue, celle-ci appartenait à son père, lui aussi nommé Georges. C'est celle à droite, avec le recouvrement ondulé. La dernière photo, où l'on voit son visage, constitue une publicité parue dans le journal local en mars 1944. Un digne pionnier beauceron, autre grand bâtisseur de notre ville.

Photo 1 du fonds Jean Lacroix (petit-fils de Georges Thibaudeau). Photos 3 et 4 du fonds Claude Loubier. Photo 2 (1925) et 5 (1944) du journal l'Éclaireur. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.