Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

ÉDITORIAL | Et si l'intimidation n'avait pas d'âge ?

durée 04h00
7 novembre 2017
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Salle des nouvelles

La journaliste du groupe Néomédia.com qui est en charge du quotidien Web de Vaudreuil-Soulanges, Jessica Brisson, a rédigé cet éditorial le 5 novembre dernier, qui porte sur l'intimidation. EnBeauce.com partage aujourd'hui l'intégralité de ce texte d'opinion avec ses lecteurs.

« Est-ce moi ou le pire conseil à donner à un enfant victime d'intimidation est d'ignorer son intimidateur ?  On s'entend, je ne dis pas de répondre par la violence. On le sait tous, la violence engendre la violence. Ce que je dis, c'est qu'il serait peut-être bien d'encourager nos jeunes à s'exprimer, à dire tout haut ce qu'ils pensent sans avoir peur.

Le pire c'est qu'une fois adulte, on va dire à nos jeunes de se tenir debout, de s'exprimer, de ne pas avoir peur de parler, de prendre position, de croire en eux. Comment, en tant qu'adultes, seront-ils en mesure de parler, si en tant qu'enfants, on les conditionne à ignorer ? Je ne crois pas exagérer en disant que tous les parents ont, à un moment ou un autre, prononcé les phrases suivantes : " Laisse le faire, ignore-le ! ", " Il va se tanner ! ", " Ne t'en occupe pas ! " On va se le dire, c'est pas vrai qu'il va se tanner. 

J'ai été victime d'intimidation et aujourd'hui en tant qu'adulte, je réalise que je ne sais toujours pas comment me défendre contre les attaques. Parce que oui, l'intimidation est encore bien présente. L'intimidation n'est pas qu'un jeu d'enfants ou de cour d'école. Et rendu adulte, les attaques sont bien plus subtiles, mais tout aussi dommageables. L'avantage de vieillir, on prend de l'expérience !

À 30-40-50 ans, tout ce que nous arrivons à faire c'est d'ignorer nos intimidateurs, parce que c'est ce qu'on nous a appris. Pourtant, ça ne les arrête pas. Ce n'est pas vrai qu'en ne leur donnant pas l'attention qu'ils ou elles réclament, le problème va s'arrêter. Écouter leurs paroles sans jamais leur dire d'arrêter, sans jamais leur faire part de notre désaccord, n'est-ce pas là une façon d'encourager leur comportement malsain ? Qui ne dit mot consent.

C'est inévitable, tôt ou tard, nous serons tous confrontés à une situation de la sorte. Nous en avons eu la preuve dans les dernières semaines. Je salue le courage de ceux et celles qui se sont levés contre leur agresseur, intimidateur. Mais avouons-le, il reste encore beaucoup de travail. Combien d'années se sont écoulées avant que les victimes ne parlent ? J'aurais tendance à dire trop. Il faut arriver à le dire, à le dénoncer, à le crier : " Laissez-moi tranquille ! ", Lâchez moi ! ", " Cris... moi patience ! " 

Et si nous apprenions à nos enfants à s'exprimer plutôt qu'à ignorer ? N'est-ce pas là un début de solution au mal de vivre qui plane sur notre société où règne la loi du silence ? Évidemment, vous comprendrez qu'il n'est nullement question de répondre par la violence ici. Je parle de verbaliser, de dialoguer. Tout se dit, il suffit de trouver la bonne façon de le dire. Apprenons à communiquer, qu'en pensez-vous ? »

commentairesCommentaires

5

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

  • P
    Patate
    temps Il y a 6 ans
    Tout à fait d'accord!! Moi aussi, j'ai déjà été victime d'intimidation étant jeune et quand j'ai été à bout, je ne me suis levée debout et crier tout haut que c'était assez et je crois bien qu'ils ont eu peur, que je ne me laisse plus écraser.
  • A
    Alex
    temps Il y a 6 ans
    L'intimidation. C'est comme dans le temps de mon pauvre père, les curés abusaient du monde; leur demandant de travailler pour la grande église, de donner leur argent pour envoyer des messes aux personnes décédées, de leur dire que s'ils ne font pas ce que le chef dit, ils iront en enfer ou dans le purgatoire, leur faisant faire des chapelets, prier des idoles.. et j'en passe. Ça aussi c'est de l'intimidation! Un bon jour, je poserai bien des questions à ces chefs religieux là.
  • M
    Mike
    temps Il y a 6 ans
    Effectivement l'intimidation n'a pas d'age... juste à jour les entreprises à organigramme lourd... combien ya de climat de terreur hiéarchique
  • SM
    Société Malade
    temps Il y a 6 ans
    L'intimidation est présente même entre entreprises compétitrices à St-Georges. Pour l'avoir vecu, notre compétiteur avait engagé des gars pour nous intimider lors de l'ouverture de notre commerce.
  • Jean Émard
    temps Il y a 5 ans
    Et si je vous disais qu'il y en a beaucoup dans les écoles? Je parle de collègues et de direction. Trop souvent, j'ai été temoin et victime d'intimidation parfois sournoise et tantôt évidente. Ce phénomène est si fréquent que le regard des autres se détournent par crainte de vivre la même chose ou par soulagement de ne pas être la victime cette fois-ci. La Commission Scolaire cautionne ces gestes en fermant les yeux à son tour et en profite souvent pour offrir des promotions et donner encore plus de pouvoir à ces tyrans. Portez le chapeau s'il vous fait. La bonne nouvelle est que certains sont enfin retraités et que d'autres sont sur la voie de la sortie.
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Être proche aidant

Être proche aidant La proche aidance a souvent été associée à l’aide et au soutien apportés à une personne aînée ou en perte d’autonomie. Cependant, la définition du rôle du proche aidant est beaucoup plus large. Que ce soit pour des raisons de santé mentale, physique ou sociale, les proches aidants jouent un rôle essentiel dans le bien-être et ...

durée Hier 8h00

À la découverte de la cuisine mexicaine à Saint-Georges

Bonjour à tous! Cette semaine, je vous emmène avec moi pour la découverte d’un nouveau lieu à Saint-Georges : le restaurant mexicain, La Taqueria, qui a ouvert en janvier dernier. Vous me connaissez à force, j’aime aller découvrir toutes les nouveautés et vous les partager.  C’est donc avec plaisir qu’un soir je me suis rendue en ville pour ...

19 février 2024

Ça n'a pas de maudit bon sens

Au cours de la semaine dernière, tant à Ottawa qu’à Québec, nous avons pu constater à quel point certains élus se moquent des contribuables qui paient des impôts et des taxes. Pendant que le gouvernement fédéral était pris à partie pour avoir versé des centaines de millions de dollars en contrats à une mini-entreprise, à Québec, la Présidente de ...