Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
3 mars 2018 - 04:00 | Mis à jour : 13:24

POURQUOI L'APPELLE-T-ON «CÔTE MARIE TOMICHE»?

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Qui n'a pas entendu un jour ou l'autre le nom de Marie-Tomiche? Il y a au centre-ville une rue que les plus anciens appellent la côte Marie-Tomiche depuis déjà plusieurs décennies. C'est la 114e rue, qui donne sur la 1re avenue, tout juste en face de Place Centre-Ville. Le Comité de toponymie de notre ville a officialisé ce nom de rue en 2005 et on y voit maintenant une plaque indicatrice aux deux bouts de cette artère. Mais d'où vient ce nom? Marie est un nom de femme. Et il y a eu LA brasserie Marie Tomiche, LA rue Marie Tomiche, LA côte Marie Tomiche, LA maison Marie Tomiche, donc toujours à consonance féminine. On serait alors porté à penser que cette appellation serait due à une dame qui y aurait habité. Pourtant tel n'est pas le cas. Voici l'explication.

Voyez la petite maison rouge sur la photo datant de 1966, tout juste au coin de la 114e rue et de la 1re avenue. C'est le propriétaire de cette résidence M. Léo Poulin (né en 1908), qui est à l'origine du nom original donné de nos jours à cette rue. Son épouse ne se nommait pas Marie, mais Lucienne Daigle, qu'il a épousée en 1944. Donc, aucune Marie ni Tomiche. En vérité, il y avait plusieurs souches de Poulin, et Léo était un «Tomiche» à cause de sa mère: fils d'Éphrem Poulin et de MARIE ROY à Joseph à Gaspard à Jean à Thomas dit TOMICHE. Conclusion: Les termes «Marie Tomiche» n'ont rien à voir avec son épouse mais proviennent du mari Léo Poulin lui-même qui avait du «Roy» en lui en référence à sa mère qui était une Roy Tomiche. C'était juste pour souligner la souche de Poulin qui avait des liens avec les Roy Marie Tomiche, aussi simple que ça. Il était de la lignée des Marie Tomiche. Bref, ce nom ne provient pas de son épouse mais de sa mère. Fini de se questionner, maintenant on le sait.

Cette mignonne petite maison historique était plus que centenaire. Elle était à gauche de l'intersection de la 114e rue, tandis qu'il y avait du côté droit l'édifice à bureaux Canam-Manac qui fut construit en 1988. Le trafic ayant augmenté considérablement au fil des ans, on a dû exproprier et démolir la maison Marie-Tomiche en novembre 1992 pour élargir la rue. Remarquez que la rivière se rendait jusqu'à la 1re avenue lorsque cette photo a été prise. C'est à ce moment qu'on a commencé à remplir cet espace en vue d'aménager un vaste terrain où fut érigé en 1976-78 le centre d'achat Place Centre-Ville.

Photo du fonds Claude Loubier. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4ème étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  shsartigan@hotmail.com

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.