Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
9 mars 2018 - 04:00

L'INGÉNIEUX DAVID ROY ET SON PONT DE BOIS

Toutes les réactions 5

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Voici une photo prise vers 1905 du premier pont reliant les deux rives de notre ville. Il fut construit en 1881 Par M. David Roy qui avait obtenu l'exclusivité pour une période de 30 ans. Un droit de péage était chargé à tous les utilisateurs à chaque passage, 0,01$ pour un piéton et 0,03$ pour une voiture. La conception et la construction représentaient un énorme défi, compte tenu des moyens techniques très limités à sa disposition.

Il y avait quatre points d'appui: les culées est et ouest ainsi que les deux piliers intermédiaires supportant les trois travées. On aménagea d'abord les deux emplacements où seraient érigés les piliers, ce qui ne pouvait être fait qu'à la période d'étiage. Au moment où la rivière était à son plus bas, vers la fin juillet, on y transporta de grosses pierres qu'on empila solidement, dépassant légèrement le niveau de l'eau, de façon à former un genre de plateforme servant à appuyer les futures bases du pont. Puis on érigea sur chacun de ces deux ilots un énorme caisson rectangulaire en bois, le devant en pointe pour couper le courant et en diriger les flots vers l'extérieur des piliers. Évidemment, on ne pouvait se contenter de structures vides, en bois, car elles auraient été emportées par le courant à la moindre hausse du niveau des eaux. Il fallait y mettre du poids pour en assurer le maintien et la stabilité. Donc, au fur et à mesure que les caissons étaient haussés, on y déchargeait et compactait de grosses pierres de façon à remplir les piliers de matériel lourd et résistant, sur lesquels seraient ensuite installées les travées horizontales du pont.

Entretemps, on avait préparé, mesuré, taillé, numéroté et empilé à l'avance sur les berges toutes les pièces de bois devant ensuite servir à monter le pont, tel un gigantesque jeu de mécano. Puis une fois l'hiver venu, et lorsque la rivière fut recouverte d'un solide couvert de glace, toutes les pièces furent soulevées et assemblées sur des échafaudages qui avaient été érigés temporairement sur la glace. Une fois les sections reliées solidement au moyen de grosses tiges de fer horizontales et verticales, on a défait les échafaudages de façon à ce que le pont s'autosupporte.

Le premier pont, érigé en 1881, fut complètement détruit par la terrible inondation de 1896, et David Roy et ses hommes le reconstruisirent. En réalité, c'est donc le deuxième pont qu'on voit sur la photo, identique au premier. Sur la photo, on constate que la base des piliers étaient «grugée» par les flots. Cette structure requérait un entretien régulier, étant soumise à une foule de contraintes climatiques, en plus de devoir changer ou renforcer certains madriers usés par le temps. La copie d'un article du journal local en 1909 (photo 2) confirme la nécessite d'un entretien constant.

Wow, David Roy (photo 3, de 1906) était un génie, il mérite toute notre admiration pour avoir réussi à maintenir en état de fonctionner pendant 30 ans un tel chef-d'oeuvre d'ingéniosité avec les moyens techniques d'il y a plus de cent ans. Chapeau M. David Roy.

Photo 1 du Fonds Claude Loubier. Photo 3 de Fonds Claire Roy, descendante de David Roy. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  shsartigan@hotmail.com

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • WOW!!! mon arrière grand-père était innovateur. Très bel article et je trouve une ressemblance avec mon frère c'est remarquable, d'ailleurs ma mère n'arrête pas de le dire.

    Miche - 2018-03-09 06:35
  • Pourquoi il n'on pas fait le pont droit pour éviter la pente coté Ouest ?

    Ex camionneur - 2018-03-09 09:48
  • Félicitations à Pierre Morin pour ses recherches minutieuses et la rédaction de cet intéressant texte. Et merci à la Société historique Sartigan pour nous rendre accessibles ces précieux souvenirs de notre histoire.

    Louis Morin - 2018-03-09 09:59
  • @ ex-camionneur. Merci de votre question, très pertinente. Parce que les deux côtés de la rivière étaient de niveau très différent, le côté est étant beaucoup plus bas que celui de l'ouest. Si le pont avait été plus haut du côté ouest, alors il y aurait eu une trop grosse pente (montante) du côté est. Le pont de fer de 1929 a corrigé en partie cet inconvénient, il était plus haut, ça a diminué la pente dans l'ouest, mais il y avait une grosse pente abrupte dans l'est. À l'époque ils construisaient des ponts tout à fait horizontaux, mais le pont actuel est en pente descendante vers l'est, ce qui a l'avantage de diminuer les pentes des accès des deux bouts.

    Pierre Morin, SHS - 2018-03-09 13:25
  • Il etait plus fiable que le barrage fermer au 2 semaine !!

    Le decoleux - 2018-03-09 22:31