Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Chronique Aviation

Procédures de pilotage pour décoller et atterrir d'un aéroport

durée 04h00
29 mars 2020

Procédures de pilotage pour décoller  et atterrir d'un aéroport

Dans mon dernier reportage, un lecteur m’a fait remarqué , avec raison, que j’avais omis de parler du Club de vol à voile de Québec – CVVQ. Ce dernier offre l’instruction gratuitement pour leurs membres. De plus, il y a des bourses de 1000 $ pour les 25 ans et moins. Avec la location des planeurs et les remontées, la formation et l’obtention de la licence de planeur revient à plus ou moins 2000 $ incluant la bourse. C’est une autre option très intéressante pour bien des jeunes et moins jeunes.

Quelques notions de base

Peut-être avez-vous déjà remarqué les chiffres qui apparaissent à chaque bout de piste. À l'aéroport de Québec, par exemple, les chiffres 24 et 06 y sont inscrits, Ces chiffres représentent le cap magnétique (2 premiers chiffres seulement) de la piste en question. Donc la piste 24  est orientée à 240 degrés par rapport au nord magnétique, duquel on enlève le 0, donc 24 au lieu de 240.  À l’autre bout de la piste se trouve inscrit le chiffre 06. Donc la piste est orientée à 60 degrés par rapport au nord magnétique soit 60 duquel on enlève le 0, ce qui fait 6, mais comme on a besoin de 2 chiffres, on y ajoute un 0 devant le 6. Ainsi, le nom de la piste change en fonction de la direction qu’on utilise. 

Ces numérotations servent à indiquer aux pilotes la piste en usage. Par exemple, le contrôleur va autoriser le pilote à atterrir sur la piste 24. Cela devient de plus en plus efficient dans le cas où il y a deux pistes qui se croisent. On pourrait avoir la piste 06-24 et la piste 11-29.

Vous noterez que chaque nom de piste a 180 degrés de différence avec l’autre piste. Donc à chaque aéroport, il y a au moins deux pistes qui sont opposées de 180 degrés. Le choix de la piste en usage se faisant toujours pour maximiser le vent de face, et ce, autant pour atterrir que pour décoller. La raison en est très simple. Pour décoller, un vent de face va raccourcir la distance de roulement au sol ainsi que sa vitesse sol. En effet, c’est la vitesse du vent relatif à l’avion qui fait foi de tout et non sa vitesse sol.

Supposons un vent de face de 20 km/h, et que l’avion peut voler à 100 km/h, sa vitesse sol ne sera que de 80 km/h au moment de s’envoler. Cela entrainera donc une distance plus courte de roulage au sol ainsi qu’une vitesse sol plus lente en cas d’interruption de décollage. Même chose lors d’un atterrissage. Bien sûr, il n’est pas toujours possible d’atterrir face au vent, dans ce cas, on favorise la piste qui a l’angle le plus petit avec le vent. Dans nos régions, le vent dominant est souvent de l’ouest, donc beaucoup de piste sont orientées 06/24 ou 09/27.

Vous avez peut-être noté qu’il y a des lettres inscrites sur la carlingue des avions et sous les ailes.

Il faut savoir que chaque avion immatriculé au Canada est identifié par 5 lettres qui débutent soit par CF ou par CG, les trois dernières varient selon l’enregistrement comme un numéro de licence pour une automobile. Durant toute son existence, l’avion gardera les mêmes lettres d’appel même s’il change de propriétaire. 

Procédures d’approche à un aéroport
On nous demande souvent si on est contrôlé par quelqu’un lorsque l’on décolle de l'aéroport de Saint-Georges. La réponse est NON. En effet, seulement certains espaces aériens spécifiques sont contrôlés. La grande région de la Beauce n’en fait pas partie. Cependant, il y a des règles à respecter.

Premièrement, nous avons tous des radios (fréquences VHF) qui nous permettent de communiquer entre pilotes. En effet, chaque aéroport homologué se voit attribuer une fréquence spécifique. A Saint-Georges, cette fréquence est 122,15. Donc tout pilote qui part ou arrive à Saint-Georges doit syntoniser cette fréquence et annoncer ses intentions.

Ça veut donc dire que lorsque l’on décolle de Saint-Georges pour se rendre à Québec par exemple, nous décollons en avisant simplement sur cette fréquence quatre choses bien importantes: notre position, notre direction, notre altitude et nos intentions. Tous les autres pilotes en vol ou au sol syntonisent cette même fréquence afin d’être au courant du trafic dans la région. Chacun doit s’annoncer environ 5 minutes avant d’arriver dans les limites de Saint-Georges.

Maintenant, examinons le graphique ci-joint, il représente une piste orientée 06/24 comme celle de Saint-Georges

Le vent vient de l’ouest, donc on utilisera la piste 24. Avant de décoller  je pourrais dire à la radio, CGABC, décolle sur la piste 24 virage à droite après décollage, montée à 2,500 pieds direction Québec, un autre avion en vol pourrait répondre, ici CGDEF, à 3,000 pieds au-dessus du Cégep Beauce Appalaches en direction sud  pour un vol en direction de Saint-Côme.

De cette façon,  on diminue de beaucoup les risques de collision en dehors des zones de contrôle. 

Environ 5 minutes avant l’atterrissage, on va demander des informations sur les ondes afin de connaitre la piste en usage, la direction et la force des vents ainsi que la présence d’autres avions.

Il arrive que du personnel travaillant à l’aéroport nous réponde, mais ces personnes  ne sont jamais obligées  de nous répondre et ne peuvent que nous informer et non nous ordonner de faire telle ou telle manœuvre. En terme aviation, on appelle cela une station Unicom. Lors de notre appel, on va s’annoncer comme ceci  « Bonjour Saint-Georges Unicom, ici CGABC  au-dessus de Beauceville à 3,000 pieds, nous désirons obtenir les informations d’atterrissage s.v.p.».
Il est possible ou non  que quelqu’un nous répondre et nous avise du trafic et des vents ainsi que de la piste en usage. 

De toute façon, il faut suivre une procédure qui est connue de tous les pilotes. À l’arrivée près de l’aéroport, on doit se  positionner en vent traversier (point #2) à une altitude de 1,000 pieds par rapport au sol. Nos cartes aériennes nous indiquent que l’aéroport de Saint-Georges est située à 890 pieds au-dessus du niveau de la mer. Comme nos altimètres sont calibrés par rapport au niveau de la mer, je devrai donc arriver à 1,890 pour rejoindre ce qu’on appelle communément le circuit. 

Par la suite je vais voler en vent arrière (point # 3) pour bien voir la piste et y noter  la direction et la force des vents ou toute anomalie qui pourrait s’y trouver (animal, autre avion sur la piste, véhicule, etc). Je dois également rapporter ma position en indiquant à la radio que je suis en vent arrière gauche. Pourquoi gauche, parce que le circuit se fait généralement par la gauche à Saint-Georges mais pourrait se faire par la droite à d’autres aéroports pour toutes sortes de raisons (ex : une montagne est du coté gauche de la piste). 

La prochaine étape est de tourner en base (point # 4) pour finalement tourner en étape finale (point # 5). Je dois également à ce point reporter ma position et mes intentions (soit atterrir, soit faire un posé-décollé). Si vous prenez l’avion pour voyager, vous allez probablement entendre le commandant annoncer à l’intercom que vous êtes présentement en approche finale, vous saurez donc exactement dans quelle étape du vol vous êtes. Il le fait pour aviser le personnel de bord que l’atterrissage est imminent.

Pour les gens de Saint-Georges, lorsque vous verrez  des avions exécuter ces manoeuvres au-dessus de la ville, vous pourrez  identifier facilement dans quelle étape l’avion qui survole la ville se trouve.

Durant toutes ces procédures, en plus de vérifier pour le trafic aérien, nous devons procéder à une vérification pré-atterrissage de notre avion. C’est une phase du vol qui tient le pilote plutôt occupé. Je reviendrai dans une autre chronique sur les vérifications à faire avant de décoller et avant d’atterrir.

Toutes ce procédures doivent être respectées afin d’assurer notre propre sécurité ainsi que celle des autres avions. 

Depuis quelques temps, on nous parle souvent des drones. Vous comprenez maintenant mieux  pourquoi on interdit aux drones de voler à l’intérieur d’un certain espace entourant un aéroport. C’est une question de sécurité pour tous.

Dans ma prochaine chronique, je  vous expliquerai comment un avion fait pour voler et quelles sont les lois physiques qui permettent à des avions qui peuvent peser des centaines de tonnes de s’élever dans les airs.

 
 

commentairesCommentaires

20

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • D
    DY
    temps Il y a 2 ans
    Superbe chronique Hugues...Très bien écrite et combien facile à comprendre!
    Ça me rappelle de merveilleux souvenirs...
  • RM
    roger mathieu
    temps Il y a 2 ans
    toujours une intéressante chronique félicitation
  • GC
    Gaby Chouinard
    temps Il y a 2 ans
    la page de l'aviation
  • P
    PierreTurgeon
    temps Il y a 2 ans
    Bonjour à toi je me nomme Pierre merci de me renouer ma mémoire
  • AG
    alain guilbault
    temps Il y a 2 ans
    merci pour ce reportage tres bien
    avez vous une recomandation pour un logiciel de navigation aeronautique pour ipad a me recomander j,ai deja un GPS merci
  • CB
    Claude Bellavance
    temps Il y a 2 ans
    Merci Hugues....!
    Pour cette belle chronique, très intéressant.
  • BB
    Berthier Bourque
    temps Il y a 2 ans
    Beavo
  • Y
    Yves
    temps Il y a 2 ans
    Je trouve ces informations vraiment très intéressantes. J'ai déjà hâte à la prochaine publication.
    Merci!
  • K
    Khaled
    temps Il y a 2 ans
    Bonjour,
    Très bien expliqué et facile a comprendre avec beaucoup d'informations importante.
    Bonne continuation.
  • SFD
    Sylvie Fortin Drouin
    temps Il y a 2 ans
    Chronique très intéressante merci Hugues Drouin
  • MC
    Michel caya
    temps Il y a 2 ans
    Interessant
  • HD
    Hugues Drouin
    temps Il y a 2 ans
    Pour un logiciel sur ipad , foreflight et Fltplan go sont execellents
  • GB
    Gilles Boulerice
    temps Il y a 2 ans
    Merci de nous informé pour ce qui a attrait aux avions trop peu d information nous ont été donner par les journalistes mais pour les passionnés comme moi c est tres intéressant car je compte depuis toujours me procuré un ulm (pendulaire) .Mais je doit tout d abord m informer sur les obligations et les règlements pour éviter les mauvaise surprise .Continuer votre bon travail,merci...
  • DR
    Daniel Robin
    temps Il y a 2 ans
    Très intéressant, je suis moi-même pilote 👩‍✈️
  • JP
    Jean-PierreDrouin
    temps Il y a 2 ans
    Bravo Hugues... très intéressant
  • R
    René
    temps Il y a 2 ans
    Le premier pilote commercial a st georges
    étais non frère CHAMPLAIN Gilbert
  • M
    m.Gilbert
    temps Il y a 2 ans
    Bravo monsieur. Mon frère Champlain
    A été le premier pilote commercial STGEORGES MERCI
  • EO
    Erwin oborne
    temps Il y a 2 ans
    Félicitations. Nous avons toujours de besoin de se rappeler de ses procédures. Saufe moi comme pilote je crois que c'est pas une bonne idée de relaté notre position en nomant un cégep ou Autre bâtiment car le nouveau venu ne connait pas ses bâtiments et ta position serait pas valide malheureusement il y a beaucoup qui font cette erreur
  • SH
    Sylvain Hélie
    temps Il y a 2 ans
    Merci, excellent refresh.
  • RB
    Richard Blanchette
    temps Il y a 8 mois
    M. Drouin, votre article, expliquant la procédure de vol pour le décollage et l'atterrissage, est très intétessant. Article bien détaillé avec dessin du circuit de l'aéroport, explication des diverses étapes du circuit et un aperçu de la radio communication. Cet article va stimuler l'intérêt pour apprendre à piloter. Come and fly with Hugues !
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


26 septembre 2022

Observations d'un électeur

OBSERVATIONS D’UN ÉLECTEUR Les lecteurs assidus de cette chronique le savent déjà, j’adore la politique. Pour moi, une élection me procure autant de plaisir que la période de Noël pour un enfant. Cela ne veut pas dire que je trouve que tout est parfait; loin de là. Mais je me considère privilégié de pouvoir participer au choix de mes ...

25 septembre 2022

Ils ont bien d’autres chats à fouetter!

Je ne veux surtout pas déranger! Tous sont bien occupés, je ne veux pas les achaler avec mes « petits tracas ». Pourtant, les autres me témoignent leurs préoccupations. La vie va vite, je n’ai pas le temps, les autres non plus, je ne sais plus où donner de la tête, je me sens de plus en plus maussade, j’ai de moins en moins le goût de faire les ...

25 septembre 2022

L'inoubliable magasin Smith près du pont de fer

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Ces photos vont faire remonter de beaux souvenirs chez toutes ces dames qui l'ont fréquenté autrefois. Le fameux magasin Smith sur la 1re avenue, juste au pied de l'ancien pont de fer. C'était le préféré des dames à l'époque, il y avait un très grand choix de beaux ...