Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Centre-Femmes de Beauce

Triste anniversaire

durée 08h00
26 novembre 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

6 décembre 1989. J’avais 5 ans. Toi, tu avais quel âge? Te rappelles-tu ce que tu faisais? Pas moi évidemment. Mais je me rappelle que cette date a été évoquée chaque année depuis, à la télé, à la radio, dans les mémoires… 

Des femmes. 14 femmes. Mortes. Mortes uniquement parce qu’elles étaient des femmes : féminicide. Rappelons-nous cet homme qui est entré armé dans une classe de génie mécanique à l’École Polytechnique de Montréal. Après avoir rassemblé les femmes et fait sortir les hommes, il a ouvert le feu sur elles en criant : « Vous êtes toutes des féministes. » Il a tué 14 jeunes femmes et blessé 13 autres personnes pour ensuite se suicider. 

Acte indéfendable. Impossible à oublier. Impossible à avaler. Ça nous restera toujours coincé de travers dans la gorge. 

Quand ce genre de drame survient, c’est une partie du féminin collectif qui meurt ; ce sont des milliers de femmes qui souffrent. 

L’antiféminisme est toujours omniprésent. Inutile de se cacher la tête dans le sable. Encore aujourd’hui, plusieurs pensent que les femmes valent moins que les hommes. C’est ancré dans les mentalités depuis de tellement nombreuses années, que les petites filles le sentent dès leur plus jeune âge. Mais pourquoi ça ne change pas? Pourquoi les salaires ne sont-ils toujours pas égaux? Pourquoi des femmes se font tuer tous les ans pour avoir voulu quitter une relation toxique? Pourquoi sont-elles agressées en pleine rue alors qu’elles marchent? Pourquoi… ?

La solution ne viendra pas seulement des femmes. La collectivité doit changer. 

Travaillons alors à changer les mentalités. Éduquons nos fils dans l’amour et le respect des autres. Éduquons nos filles pour qu’elles osent prendre la place à laquelle elles ont droit. Soyons des modèles. 

Chaque année, nous soulignerons le triste anniversaire de la tuerie de Polytechnique puisque cette date est maintenant devenue la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. À juste titre. 

Cette violence doit être pointée du doigt, dénoncée, punie et bannie. 

Le 6 décembre, arborez le ruban blanc, symbole de la lutte contre la violence faite aux femmes.
Tant que l’égalité ne sera pas un fait et tant qu’il y aura de la violence, le Centre-Femmes sera là pour défendre et promouvoir les droits et les intérêts des femmes dans une perspective de changement social. 

Vous désirez en parler avec nous? Vous pouvez composer le 418-227-4037 (poste 2).

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos ateliers, nos rencontres et nos services, consultez notre site Internet ainsi que notre page Facebook.

Téléphone : 418 227-4037
Par courriel : [email protected]
Ou le site internet : www.centrefemmesdebeauce.com
Le Centre est pour toutes les femmes! Il est là pour toi!


 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


22 avril 2024

Il pleut des milliards de dollars

Je ne sais pas si c’est moi qui suis dépassé, mais j’ai l’impression que nos dirigeants politiques ont perdu le contrôle des dépenses, tant au Canada qu’au Québec. Les récents budgets font pleuvoir des milliards de dollars qui contribueront à accroître les dettes fédérale et provinciale, dettes qui devront un jour être remboursées. Des élections ...

21 avril 2024

Les exploits incroyables d'Édouard Lacroix dans les chantiers américains

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Dans les années 1920 et '30, Édouard Lacroix fut le plus grand entrepreneur forestier de l'Est des États-Unis. Il s'illustra principalement en obtenant des faramineux contrats de coupes de bois pour les plus grandes compagnies américaines. Son principal avantage est ...

15 avril 2024

Il est où le bonheur?

En 2016, l’auteur-compositeur-interprète français Christophe Maé chantait «Il est où le Bonheur?» Eh bien, croyez-le ou non, aujourd’hui, dans cette chronique, je suis en mesure de vous indiquer où se trouve le bonheur. Je n’ai pas la prétention d’avoir effectué une grande découverte. J’ai tout simplement consulté les résultats d’une recherche, ...