Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La Société Historique Sartigan

Le magasin général de Frédéric Loubier au village Morency

durée 08h00
12 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Pierre Morin

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Nous avons déjà publié quelques textes expliquant ce qu'on a longtemps appelé le «village Morency». C'était le secteur de la 1re avenue situé entre la 130e rue et la pointe où se rejoignent les deux avenues en question, en direction de Jersey-Mills. En 1901, la population totale du «grand» Saint-Georges n'était que de 3672 personnes. Le village se terminait aux environs de la 125e rue. À partir de là, les habitations étaient très clairsemées... jusqu'au village Morency, situé à peu près à mi-chemin entre la 130e rue et la jonction des 1re et 2e avenues. À cet endroit était opéré un gros moulin à scie appartenant à un certain Georges Morency, moulin autour duquel gravitaient quelques résidences de travailleurs formant un genre de petit village, entre Saint-Georges et Jersey-Mills (Photo 1). La 1re avenue telle qu'on la connait aujourd'hui n'existait tout simplement pas. La topographie de la route suivait le relief sinueux et vallonné, le long de la rivière. C'était une étroite route en terre battue, lesquelles étaient renommées pour être poussiéreuses par temps sec et boueuses quand il pleuvait. 

Le secteur du village Morency fut autrefois touché lourdement par plusieurs débâcles, la pire étant celle de 1896. C'est une scène apocalyptique qu'on voit à la 2e photo, probablement l'une des plus dramatiques images de ces débâcles qu'ont dû subir autrefois nos ancêtres. On constate avec stupeur les dommages incroyables subis lors de cette catastrophe épouvantable. On voit à peine le moulin, complètement envahi par les glaces, en fait on devine son site grâce à la toiture et la grande cheminée qui dépassent l'amoncellement gigantesque des glaces. À droite, on aperçoit le magasin général de Frédéric «Freddy» Loubier, le gros commerce du coin, où tous les gens s'approvisionnaient. On imagine difficilement aujourd'hui que ce secteur ait été souvent touché par ces débâcles printanières. Plusieurs autres photos, prises à différentes années, démontrent la misère que ces gens ont dû affronter très régulièrement, à la période du printemps, fin mars ou début avril. 

Ça devait être stressant d'anticiper cette période à chaque année, se demandant si la nature serait plus clémente d'une année à l'autre. Voyez plusieurs photos prises au fil des ans, dans les années '10, '20 et '30 au siècle dernier. Il y en a même une où on voit des silhouettes à la hauteur du sommet des poteaux de téléphone, incroyable! Quel gâchis pour les citoyens qui devaient nettoyer et réparer à chaque fois! Lorsque la débâcle frappait, les gens sortaient et se réunissaient, probablement pour fraterniser, s'entraider et se remonter le moral, dans l'espoir de ne pas se décourager.  Nos aïeux ont pris plusieurs photos pour s'assurer d'être crus par les générations futures, lorsqu'on raconterait plus tard aux descendants ces tristes événements. Qui croirait que de telles choses sont arrivées si on n'en avait pas aujourd'hui ces saisissantes images? 

Ne cherchez plus le magasin général de Freddy Loubier, il fut complètement détruit par un incendie en 1927.

Photos 1 et 3 du fonds Daniel Lessard. Photo 2 du fonds Claude Loubier. Photos 4 et 6 du fonds BAnQ. Photo 5 du fonds Jules-Marie Moisan. Texte et recherches de Pierre Morin.

Visionnez tous les textes de la Société historique


Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif, financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juillet 2024

Le garagiste Oram Poulin du boulevard Lacroix

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez peut-être entendu ce nom, mais vous ne savez pas au juste de qui il s'agit. Il avait une bâtisse à deux étages au 285 du boulevard Lacroix, à l'intersection de la rue Saint-Jacques, aujourd'hui 118e rue (photo 1). À l'époque le terme «garagiste» n'avait pas ...

7 juillet 2024

La maison Godbout dans la 123e Rue

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez probablement entendu parler de la maison Godbout, mais vous ignorez de quelle habitation on parle au juste. Cette belle résidence existe encore et elle est l'une de celles qui ont été les mieux entretenues dans notre ville. C'est un des joyaux architecturaux ...

30 juin 2024

Le Dairy Cream de notre enfance

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Qui n'est jamais allé savourer une bonne crème glacée au Dairy Cream en face de l'hôtel Arnold? Les fins de semaine et les soirs d'été, des familles entières s'y retrouvaient, parfois même avec les enfants en pyjama sur la banquette arrière. Le stationnement était ...