Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Symposium international de la sculpture 2023

Le sculpteur Nedim Hadziahmetovic en cinq réponses

durée 17h00
27 mai 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Sylvio Morin
email
Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Sous la thématique Sculpter le vent : statures et figures, le Symposium international de la sculpture 2023 de Beauce Art a pris son envol le 21 mai et se poursuit jusqu'au 11 juin, devant le Centre sportif Lacroix-Dutil de Saint-Georges, avec dix artistes venus du monde entier.

Dans le cadre de cet événement, cinq d'entre eux ont accepté de répondre aux questions d'EnBeauce.com.

Le troisième en lice est le Serbe Nedim Hadziahmetovic, un artiste de 53 ans, natif et résident de Negotin, une petite localité rurale dans le district de Bor, reconnu pour sa production vinicole, à cheval entre les frontières de la Bulgarie et de la Roumanie. Il s'agit de sa 2e participation au symposium georgien. En 2019, il avait produit le magnifique Centaure tirant à l'arc.

Pouvez-vous raconter votre parcours en tant que sculpteur?

Je le suis devenu par accident. Mon père était agriculteur et voulait que je fasse des études dans le domaine. Je me suis donc inscrit dans l'élevage de bétail à l'Université de Belgrade. Pendant que je faisais mes études, j'ai commencé à travailler dans un studio d'animation, car je dessine depuis ma tendre jeunesse. Mes collègues de studio m'ont suggéré de m'inscrire en arts. J'étais surpris car je ne savais pas que l'on pouvait étudier en arts! (Rires). J'ai donc laissé l'agriculture (à la grande déception de mon père) pour opter vers le programme d'arts appliqués. Puis a suivi une maîtrise en sculpture. J'ai obtenu mon diplôme en 1997 après cinq ans sur les bancs universitaires. Après avoir monté un petit film sur la sculpture, je me suis retrouvé à restaurer une manufacture pour en faire un salle de théâtre. J'y ai passé trois ans à toucher à toutes sortes de matériaux, incluant le bronze. Après cette expérience, j'ai déménagé à Budapest, la magnifique capitale hongroise. Là-bas, je travaillais avec le centre culturel français. J'ai fabriqué une sculpture de six mètres de Jules Verne, dans le cadre du 100e anniversaire de naissance de l'auteur. Cela m'a valu de remporter un prix international. Je suis revenu m'établir dans mon village natal après six ans là-bas mais j'y ai encore un pied-à-terre.

Pourquoi avoir choisi ce matériau (acier) pour sculpter vos œuvres?

Je ne sais pas! (Rires) Ça doit venir de mes grand-pères, l'un ingénieur, l'autre forgeron, surtout celui qui était forgeron. Avec la pierre, on taille un bloc que l'on finit par réduire dans l'espace. Je sais que l'on peut tailler plusieurs blocs pour en faire un assemblage mais c'est plus compliqué. Tandis qu'avec le métal, on a pas vraiment de limites dans l'expansion de l'oeuvre. Et on peut modifier facilement la structure en coupant un morceau, en le soudant ailleurs. Construire, déconstruire et reconstruire. L'acier est aussi un matériau malléable, ce que n'est pas la pierre.

Que vous inspire le thème de cette année, Sculpter le vent : statures et figures?

J'aime les forces de la nature, la manifestation de celles-ci. Le projet que j'ai soumis pour ce symposium dormait déjà dans mes cartons depuis 5 à 6 ans mais il concordait très bien avec la thématique puisqu'il est intitulé «Le Seigneur des vents» (en anglais The Lord of the winds, un clin d'oeil à l'oeuvre de Tolkien, The Lord of the rings). Il représente un homme, presque filiforme, avec les bras en mouvement générant des vecteurs et des tourbillons de vent. L'oeuvre finale fera 3.5 mètres en hauteur.

À quoi ressemble votre quotidien en tant que sculpteur?

Je vis en forêt, donc je suis constamment en milieu naturel. Je consacre aussi quelques heures par semaine à enseigner. Mais je passe beaucoup de temps à faire de la recherche sur mes projets. C'est la dimension la plus importante pour moi.

Chaque artiste a sa manière de sculpter une œuvre. Comment pourriez-vous décrire votre travail?

Je suis inspiré par le folklore et beaucoup la mythologie grecque. Toutes mes oeuvres sont une critique de la violence des technologies, le fait qu'elles aliènent le peuple. Marx avait bien raison.

Un rappel que vous pouvez venir rencontrer les 10 artistes inscrits au Symposium international de la sculpture 2023 dans le Quartier des artistes, en face du Centre Lacroix-Dutil de Saint-Georges, jusqu'au 10 juin. La cérémonie de clôture et le dévoilement des oeuvres auront lieu le 11 juin sur la promenade Redmond. Pour info: beauceart.com et www.facebook.com/BeauceArt.

À lire également

La sculptrice Susanne Paucker en cinq réponses

Le neuvième Symposium international de sculpture de Beauce Art est officiellement lancé!

Beauce Art: cinq questions au sculpteur Adrien Bobin

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

C'est l'heure des Festivités Western de Saint-Victor

Les Festivités Western de Saint-Victor (FWSV) prennent leur envol pour une 45e année avec une programmation d'activités qui se dérouleront du 22 au 28 juillet. Pour cette nouvelle année, les FWSV accueilleront encore plus d'artistes sur ses différentes scènes. Outre les gros noms comme Kaïn, 2Frères, et le Québec Redneck Bluegrass Project, les ...

durée Hier 12h00

Festival d'été de Saint-Georges: plus de 20 000 spectateurs pour cette 2e mouture

Les organisateurs du Festival d'été de Saint-Georges espéraient avoir de bonnes foules pour la 2e édition de l'événement, qui s'est déroulé au cours des quatre derniers jours à l'Espace Carpe Diem, et il semble que la programmation a su plaire aux milliers de festivaliers qui se sont rendus écouter les prestations. « On a qu'à regarder sur les ...

20 juillet 2024

Du country pour clore le Festival d'été de Saint-Georges

Même si le bilan final ne se fera qu'après l'événement, on peut d'ores et déjà affirmer que le Festival d'été de Saint-Georges battra des records d'assistance pour cette deuxième mouture présentée à l'Espace Carpe Diem. Depuis mercredi, la foule se masse, aidée en cela par Dame Nature qui a bien coopéré avec une température idéale. Hier soir, ...