Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
13 septembre 2018 - 04:00

Avec la collaboration d'Alexandre Poulin

Entrevue avec Samuel Poulin, candidat de la CAQ dans Beauce-Sud

Par Jérôme Blanchet-Gravel, Journaliste

Toutes les réactions 2
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Le 28 août dernier, le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Beauce-Sud, Samuel Poulin, était de passage dans les bureaux d’EnBeauce.com afin que nous réalisions une entrevue avec lui.

Nous avons d’abord questionné M. Poulin au sujet de son parcours professionnel. Nous lui avons demandé en quoi son parcours le prédisposait à représenter les citoyens de Beauce-Sud.

M. Poulin a rappelé qu’il avait travaillé à la radio dans la région et qu’il avait assumé différentes tâches à l’Assemblée nationale aux communications de son parti. M. Poulin a notamment travaillé pour François Legault, le chef de sa formation politique. Samuel Poulin dit avoir fait le choix de quitter son dernier emploi pour se présenter dans Beauce-Sud.

Samuel Poulin pense qu’il sera un candidat près des gens s’il est élu le 1er octobre prochain. Celui qui croit à un « retour massif des jeunes Beaucerons » se dit « habité par le désir de défendre sa région ».

Un retour massif des Beaucerons dans leur région ?  

Concernant la pénurie de main-d’œuvre en Beauce, Samuel Poulin croit que la proposition de son parti de baisser les seuils d’immigration demeure compatible avec les besoins des entrepreneurs. En effet, la CAQ propose toujours de diminuer de 10 000 par année le nombre de personnes immigrés reçues annuellement au Québec. Ainsi, le nombre passerait de 52 000 à 40 000 advenant la prise du pouvoir par la Coalition. 

Plutôt que de miser sur l’immigration, Samuel Poulin compte sur le retour des Beaucerons dans leur région d'origine. C'est un point sur lequel il insiste particulièrement lors de ses interventions dans les médias. M. Poulin pense que le Québec accueille déjà suffisamment d’immigrés, mais que la Belle Province peine à les installer puis à les retenir en région. 

Comme vous pouvez l’entendre, Samuel Poulin prétend aussi que la pénurie de main-d’œuvre a été accentuée par la mauvaise gestion du Parti libéral du Québec. « La pénurie de main-d’œuvre, c’est le bilan du Parti libéral. Premièrement il faut se mettre ça en tête », affirme le jeune candidat de 27 ans,

Enfin, Samuel Poulin soutient que la plus grande valeur qui l’anime en politique est le respect et qu’il se sent à la fois fier d’être québécois et canadien. Il voudrait aussi contribuer à mettre fin au cynisme de la population vis-à-vis de la politique, ce qui représente tout un défi. 

« Je n’en veux pas à la population de ne plus s’intéresser à la politique, de ne plus y croire, parce que ça fait 15 ans qu’elle a des promesses rompues, ça fait 15 ans que les engagements ne sont plus signés, que tout arrive 6 mois avant les élections. Ce que je dis à la population, c’est que le 1er octobre, c’est aussi l’élection de l’espoir. »
- Samuel Poulin, candidat de la CAQ dans Beauce-Sud

5 questions en vrac 

À la fin de l'entrevue, EnBeauce.com a posé 5 questions en vrac au candidat. Les voici avec ses réponses.

EnBeauce.com : Quel est l’endroit qui vous inspire le plus dans Beauce-Sud ? 

Samuel Poulin : La fromagerie Pépite d’Or et le Bar laitier. 

EnBeauce.com : Être jeune en politique : une force ou une faiblesse ? 

Samuel Poulin : Une grande force.

EnBeauce.com : Votre livre ou votre auteur préféré ? 

Samuel Poulin : Je lis beaucoup de biographies. Récemment, j’ai bien aimé l’autobiographie de l’analyste politique Luc Lavoie. J’ai bien aimé aussi le livre de l’ancien député provincial et fédéral Fabien Roy sur la Beauce.

EnBeauce.com : Nommez un homme politique ou un acteur historique québécois que vous trouvez inspirant.

Samuel Poulin : Robert Bourassa, Jean Lesage et Mario Dumont.

EnBeauce.com : Un pays que vous aimeriez visiter ?

Samuel Poulin : J’aimerais visiter plus le Canada… Sinon, la France. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • la pénurie de main d'oeuvre c'est les compagnies qui se les paies en allant les chercher dans d'autres pays et ca prend environ 9 mois avant qu'ils arrivent en plus le gouvernement bralentissent l'arrivée a cause que certains affichage de ses postes en usine ont pas ete fais a temps........ c'est ca gouvernement.......l gagne de clowns.......

    Daniel - 2018-09-13 05:44
  • Bravo, tu viens de perdre mon vote en tentant de blâmer le PQ et les souverainistes pour ton échec aux dernières élections générales.

    Réponses vides et creuses... Robert Bourassa pour la nationalisation de l'électricité??? Nous n'avons pas suivi le même cours d'histoire.

    Si seulement la CAQ avait pris le temps de choisir son candidat plus sérieusement, cette élection aurait pu être facilement remportée.

    Exaspéré - 2018-09-13 13:29