Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pour éradiquer cette plante dangereuse

Signalez la présence de la berce du Caucase dans votre secteur

durée 06h00
12 juillet 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Salle des nouvelles

En juillet, la berce du Caucase est en fleurs partout en Chaudière-Appalaches.

Les neuf organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches (OBV) rappellent que cette plante exotique  envahissante, qui est très impressionnante, est dangereuse pour la santé humaine. En effet, vous ne devez pas intervenir,  la couper ou la faucher au risque de vous brûler ou d’empirer le problème.

Pour une sixième année consécutive, les citoyens peuvent signaler sa présence. Pour ce faire, il suffit de prendre des photos de la plante, de la feuille et de la tige, noter son emplacement et remplir le formulaire en ligne sur www.byebyeberceducaucase.com.

Par la suite, les OBV confirmeront l’espèce de la plante. Si c’est bien de la berce du Caucase, des équipes spécialisées s’occuperont de l’arracher et de faire les suivis nécessaires pour éradiquer sa présence cette année et les prochaines.

Rappelons que la berce du Caucase peut mesurer de 2 à 5 mètres de hauteur alors que ses feuilles  peuvent atteindre 1,5 m de largeur et 3 m de longueur. À maturité, atteinte en trois à cinq  ans, la plante forme de grandes ombelles de fleurs blanches dès le mois de juillet.  D’abord vertes, les graines vont brunir et tomber au sol. Un seul plant de berce du  Caucase peut généralement produire de 15 000 à 20 000 graines, viables de 5 à 7 ans  une fois tombée au sol, d’où l’importance d’empêcher leur dispersion pour limiter la propagation de cette plante exotique envahissante dangereuse pour la santé. 

Le danger provient de sa sève, incolore et indolore, qui peut causer des brûlures importantes au premier contact avec la peau. Ces brûlures surviennent dans les 24 à 48  heures après le contact, car la sève dite phototoxique s’active sous les rayons UV de la lumière naturelle ou artificielle. Si vous pensez avoir été en contact avec sa sève, laver rapidement (10 minutes) et couvrir durant quelques jours pour éviter l’exposition à la lumière. 

Les signalements citoyens, essentiels!
Les signalements reçus permettent aux OBV de confirmer la présence de berce du Caucase sans avoir à parcourir la région.

« Les gens sont nos yeux sur le terrain, parce  que le territoire est immense et qu’on ne peut malheureusement pas être partout »,  rappelle François Lajoie, directeur général de l’OBV de la Côte-du-Sud. La plupart des colonies sont déjà connues et nos équipes les ont à l'œil, mais il est possible qu’il reste des plants isolés ou des colonies inconnues. Plusieurs colonies ont été éradiquées depuis 2018! 

Les signalements permettent également d’éviter que les fleurs se transforment en graines et tombent au sol. Une fois au sol, une graine peut prendre de 3 à 5 ans avant de pousser, ce qui oblige ainsi à rester vigilant pour maintenir les résultats positifs de la  lutte menée de manière concertée depuis 2018. « Selon les grandeurs  des colonies et le moment où on peut intervenir, on arrache le plant ou on coupe au moins  les ombelles pour éviter la propagation de graines au sol » explique Bruno Fortin, chargé du Plan directeur de l’eau de l’OBV de la Côte-du-Sud. 

Les neuf organismes de bassins versants œuvrant dans la Chaudière-Appalaches  tiennent à remercier tous ceux et celles qui ont participé ou participent à un tel projet d’éradication.

L’Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches vise à  ontrôler et éradiquer cette plante exotique dangereuse pour la santé  humaine et de l’environnement. Cette 2e phase (2022-2025) est financée par le Fonds d’appui au rayonnement des régions, administré par le ministère des Affaires  municipales et de l’Habitation, par les dix MRC de la Chaudière-Appalaches, le ministère  des Transports et de la Mobilité durable, le ministère des Ressources naturelles et des Forêts et Hydro-Québec.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 juin 2024

Les entreprises invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage

Les entreprises de la région sont invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage, qui a pour mission d’aider les producteurs forestiers de la Beauce à effectuer du reboisement adapté aux changements climatiques. C'est le défi qui a été lancé par le président du manufacturier de planchers de bois franc de Saint-Georges, alors que débute la 3e ...

11 juin 2024

Québec lance sa consultation des règles pour les zones inondables

Le ministre de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, Benoit Charette, a annoncé aujourd'hui, par voie de communiqué de presse,  l'intention du gouvernement de moderniser la réglementation liée aux zones inondables, pour protéger davantage la population et réduire la vulnérabilité du territoire ...

10 juin 2024

La cible de 1,5 °C de l'accord de Paris serait dépassée d'ici 2028

L'agence météorologique des Nations unies prévoit qu'il y a 80 % de risques que les températures moyennes mondiales dépassent au cours des cinq prochaines années la cible de 1,5 ° Celsius fixée par l'accord historique de Paris sur le climat. L'Organisation météorologique mondiale a déclaré mercredi que la température moyenne mondiale à proximité ...