Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Entrevue vidéo avec François Provost

Maladies incurables: des «champignons magiques» pour réduire la détresse existentielle

durée 18h00
21 juin 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Sylvio Morin
email
Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Voir la galerie de photos

À compter de cet automne, le Georgien François Provost sera greffé à un projet du Centre de recherche du CHU de Québec, portant sur l'acceptabilité sociale de l'utilisation de la psilocybine dans un contexte de soins palliatifs et de fin de vie.

La psilocybine, c'est le nom de la molécule générant les effets psychologiques, que l’on connait de la prise des fameux champignons magiques.

« À la fin de l'été, je vais débuter une maitrise en sciences pharmaceutiques, à la Faculté de pharmacie de l’Université Laval. C’est dans ce contexte académique que je vais poursuivre mes activités de recherche », a-t-il confié lors d'un entretien vidéo avec EnBeauce.com.

Il est impliqué dans ce projet depuis l’été 2022, en tant qu’auxiliaire de recherche, mais cette fois, il plongera à temps plein dans l'aventure, notamment grâce à deux bourses de recherche qui lui ont été versées.

Le Beauceron, qui vient tout juste d'obtenir un baccalauréat en psychologie de  l’Université Laval, aura comme rôle dans l'étude d’évaluer l’acceptabilité sociale et l’accès à la thérapie assistée à la psilocybine (TAP) dans un contexte de soins palliatifs et de fin de vie.  La TAP est la combinaison de la prise de psilocybine avec des interventions de psychothérapies avant, pendant et après le «trip» provoqué par la substance.

« La détresse existentielle que vivent certaines personnes atteintes de maladies graves ou incurables est difficilement traitable avec les interventions pharmacologiques existantes, mais des études démontrent des résultats prometteurs de la TAP pour ces personnes », a-t-il fait remarquer.

Les résultats des travaux du groupe se traduiront par des recommandations qui seront présentées aux décideurs afin d’établir les balises du recours à la psilocybine à des fins thérapeutiques qui tiendront compte des perceptions du public et des professionnels de la santé, de l’autonomie des patients et du contexte médico-légal québécois.

Pour de plus amples informations sur l'étude, on peut visiter le site Web à p3a.ca.

Écoutez l'intégrale de l'entrevue vidéo avec François Provost.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Musée du Régiment de la Chaudière: pour le devoir de mémoire

Membre des Forces armées canadiennes pendant 38 ans, Éric Marmen est devenu le directeur du Musée du Régiment de la Chaudière, à Lévis, en 2007. Il a décidé de prendre cette responsabilité lorsque l'établissement menaçait de fermer ses portes suite au départ du directeur.  « Ce que je trouvais malheureux dans le musée qu'il y avait auparavant ...

20 juillet 2024

Quarante ans de vie municipale pour Paul Morin

Le Beaucevillois Paul Morin a consacré toute sa carrière professionnelle au service de la localité qui l'a vu naître, et voilà maintenant 40 ans que dure son aventure municipale. Après ses études collégiales au Cégep de Rivière-du-Loup, il a fait son entrée à la Ville de Beauceville en 1984, comme technicien en loisirs pour un stage à temps ...

19 juillet 2024

« Je ne manque pas de choses à faire dans ma journée et j’adore ça! »

La Scottoise Marianne Felteau, âgée de 18 ans, est passionnée par le tir et c’est justement ce qui a fait d’elle une cadette aussi investie.   Il y a quelques semaines, elle a été promue au poste de cadette adjudante-maître pour les cours d’introduction au tir de précision et d’instructeur de tir à la carabine à air comprimé au Centre ...