X
Rechercher
Publicité

Devant les écoles et les hôpitaux

Une possible loi pour interdire les manifestations anti-vaccins COVID-19

durée 12h00
22 septembre 2021
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne
1ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

Le gouvernement Legault songe à adopter une loi à l’image de celle qui interdit les manifestations près des cliniques d’avortement pour empêcher les antivaccins de viser les écoles et les hôpitaux.

«On n’exclut rien, a déclaré mardi le premier ministre François Legault. Ça pourrait être une loi spéciale. On est en train de regarder ce qu’on peut faire. 

«C’est inacceptable de voir des manifestants antivaccins devant nos écoles, devant nos hôpitaux. Moi je ne peux pas tolérer ça», a−t−il ajouté.

Il y a déjà eu depuis la rentrée cinq manifestations d’antivaccins près des écoles à Montréal, a souligné mardi la porte−parole libérale en éducation, Marwah Rizqy.

Elle a déclaré avoir vu des enfants se faire invectiver et filmer par des manifestants, «en violation de leur droit à la vie privée».

Mme Rizqy suggère comme solution à court terme de réclamer une injonction dès lors qu’une manifestation est annoncée sur les réseaux sociaux. 

«On ne peut plus simplement twitter notre indignation, on doit passer à l’action, a−t−elle lancé de son siège au Salon bleu. On doit protéger les enfants avant que ça dégénère.»

Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin−Barrette, l’a assurée que son gouvernement était au travail. 

«Nos travailleurs de la santé qui se lèvent à tous les matins pour maintenir le réseau de santé, pour s’assurer de soigner les gens, ils doivent le faire en toute quiétude, même chose pour les enfants», a−t−il clamé.

Le Québec a adopté en 2016 une loi interdisant les manifestations dans un périmètre de 50 mètres autour des cliniques d’avortement.

De la même façon, le gouvernement Legault pourrait délimiter un périmètre autour des écoles et des hôpitaux où les manifestations seraient proscrites.

Elles pourraient cependant se tenir ailleurs, le droit de manifester étant jugé fondamental.

Le 10 septembre dernier, les ministres Geneviève Guilbault (Sécurité publique) et Jean−François Roberge (Éducation) ont demandé aux forces policières d’exercer une vigilance accrue près des établissements scolaires.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a affirmé lundi à La Presse Canadienne n’avoir reçu «aucune directive particulière» du gouvernement, mais que les policiers étaient «prêts à intervenir».

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

1

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • IEOL
    il est ou le problème
    temps Il y a 8 mois
    Maudite bonne affaire ,ca commençais a être le temps ,que cette lois passe nous les vaccinés ont doit fermer nos gueules et les manif ont droit a tout il est ou le problème.il devrais en passer une aussi pour les commerces qui ne respectent aucune règles on pourrait aller faire nos courser en sécurité.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 13h00

Projet de loi sur l'aide médicale à mourir: Dubé retire un article controversé

Le ministre de la Santé s’incline devant les critiques et accepte de retirer un article controversé de son projet de loi sur l’élargissement de l’aide médicale à mourir (AMM). Christian Dubé a annoncé jeudi en point de presse à l’Assemblée nationale qu’il renonçait à élargir l’AMM aux personnes souffrant d’un handicap neuromoteur grave, comme la ...

25 mai 2022

Legault veut un «mandat fort» pour pouvoir rapatrier les pouvoirs en immigration

François Legault sollicitera un «mandat fort» lors de la prochaine campagne électorale afin de pouvoir négocier avec Ottawa le rapatriement des pouvoirs en immigration. Le premier ministre a mis de l’avant cette revendication mardi, lors d’un point de presse qu’il a tenu immédiatement après l’adoption du projet de loi 96 visant à protéger la ...

24 mai 2022

Ottawa donne le coup d'envoi à des consultations sur les langues officielles

Le gouvernement fédéral a lancé mardi les consultations publiques qui mèneront à l’élaboration du prochain plan d’action en matière de langues officielles devant s’échelonner de 2023 à 2028. La ministre de Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, a qualifié ce futur plan de «principal véhicule de mise en œuvre» du projet de loi C−13 de ...