Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

COVID-19: Québec annonce des allégement sanitaires

« Faut y aller mollo » — François Legault

durée 15h15
25 janvier 2022
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Le premier ministre du Québec, François Legault, vient d'annoncer quelques assouplissements aux mesures sanitaires de la COVID-19, en rappelant que pour le moment, c'est tout ce que le gouvernement pouvait se permettre.

« On est sorti du tunnel. Mais le train de la santé est "magané". Les hospitalisations, ça baisse mais ça baisse pas vite... [Pour la levée des mesures] faut y aller graduellement, faut y aller prudemment, faut y aller tranquillement, bref, comme on dit en Québécois, faut y aller mollo », a lancé aujourd'hui le premier ministre lors de son point de presse, accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ainsi que du directeur de la Santé publique par intérim, Luc Boileau.

Les assouplissements annoncés se feront en deux temps.

Lundi prochain, 31 janvier, les restaurants pourront rouvrir leur salle à manger à 50 % de la capacité d'accueil. Quatre personnes pourront s'asseoir à une même table ou encore, deux bulles familiales. Bien sûr, le passeport vaccinal sera exigé.

Ce même jour, les rassemblements privés à la maison pourront se faire également à quatre personnes ou les membres de deux bulles.

Pour les établissements de personnes aînés, les résidents pourront recevoir deux visiteurs, avec une personne à la fois, dans le cas des CHSLD et quatre, avec deux personnes à la fois, pour ce qui est des RPA.

Les sports parascolaires, ainsi que les sports civils, pour les moins de 18 ans, reprendront aussi lundi prochain, avec un maximum de 25 personnes. Les compétitions ne sont toutefois pas autorisées.

Une semaine plus tard, soit le 7 février, les salles de spectacles seront à nouveau accessibles à 50 % de capacité avec un maximum de 500 personnes et le passeport vaccinal obligatoire.

Les lieux de culte aussi seront rouverts selon le même barème de 50%, cette fois-ci avec un maximum de 250 personnes et le passeport vaccinal. Les funérailles et les salons funéraires auront un maximum de 50 personnes, sans obligation toutefois du passeport vaccinal.

Sur la question de la prévisibilité des mesures, réclamée notamment par la cheffe de l'opposition libérale, Dominique Anglade, François Legault a répondu qu'il aimerait bien, lui aussi être capable de présager de la situation. « Mais, il faut être réaliste. Il y a beaucoup d'incertitude. Faut être humble. Il faut accepter de s'ajuster et être responsable », a-t-il dit tout en rappelant que le meilleur moyen de s'en sortir passait par la vaccination.

Il a aussi lancé un appel aux jeunes de choisir du travailler dans le domaine de la santé car les besoins sont criants dans le secteur.

Quand à la « refondation » du réseau, M. Legault a fait remarquer que, même si des initiatives ont été prises en la matière, « ça arrivera pas du jour au lendemain. »

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 février 2023

Le mirage du recrutement d'infirmières qualifiées à l'étranger

Après avoir échoué à recruter des centaines de préposés aux bénéficiaires à l’international, le gouvernement de François Legault fait maintenant miroiter la même solution pour répondre à la pénurie d’infirmières. Si le passé est garant de l’avenir, les chances sont minces de voir affluer des milliers de professionnelles pour venir à la rescousse ...

30 janvier 2023

L'économie sera au menu des parlementaires à Ottawa qui reprennent leurs travaux

Les questions économiques seront au cœur des préoccupations des députés fédéraux, lundi, à leur retour à Ottawa pour entamer une nouvelle session parlementaire. Les parlementaires siégeront à la Chambre des communes pour la première session de 2023 après s'être retirés avec leurs partis respectifs pour définir leurs priorités. La semaine ...

29 janvier 2023

Dubé justifie le recours au privé pour des employés d'organismes publics

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a justifié jeudi le recours par des organismes publics à des services médicaux privés pour leurs employés. Il réagissait aux révélations selon lesquelles Hydro-Québec et Investissement Québec payaient pour des téléconsultations en médecine privée, afin d'éviter que leurs employés perdent leur temps à ...