X
Rechercher
Publicité

Vidéo et photos

Beauce: le Convoi de la liberté en images

durée 18h00
28 janvier 2022
Gabrielle Denoncourt
durée

Temps de lecture :

3 minutes

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste
7ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

Voir la galerie de photos

Le grand évènement de la journée était celui du Convoi de la liberté 2022 qui a attiré plusieurs centaines de Beaucerons le long des routes pour appuyer et encourager les camionneurs qui se dirigent vers Ottawa pour la manifestation à la Colline parlementaire demain.

Notre photojournaliste Jessy Pouliot et notre Chef des nouvelles, Sylvio Morin étaient présents en matinée sur les lieux importants de rencontre.

Les camionneurs de Lac-Mégantic sont venus se greffer à 8h au convoi qui débutait aux douanes à Saint-Théophile. À la hauteur de Saint-Georges, les camions se sont dirigés sur la route 204. Le stationnement du Walmart était bondé. Selon nos observations, près de 1000 personnes encourageaient et applaudissaient vers 9h35 quand les premiers véhicules sont arrivés.

À ce moment, une trentaine de camions et une cinquantaine de véhicules composaient le convoi. La Sûreté du Québec les accompagnait pour assurer la bonne circulation et la sécurité de tous.

Vers 10h10, ils sont arrivés à Notre-Dame-des-Pins où une cinquantaine de supporteurs se tenaient sur le viaduc de la 20e Rue qui enjambe l’autoroute 73. L’ambiance était festive. Mais à l'évidence, l'événement servait particulièrement à évacuer les tensions de presque deux ans de pandémie.

« J’ai quatre enfants masqués à l’école et je suis à bout de tout ça, à la veille de "casser" et je me considère comme fait fort », a déclaré à EnBeauce.com un père de famille, ingénieur de profession, pour expliquer sa présence aux abords de la route en ce matin d'hiver.

« Moi, j'ai reçu mon premier vaccin mais j'ai attrapé quand même la COVID. J'ai pas été trop malade, alors j'ai décidé que ça donnait rien d'aller me faire donner d'autres doses », a dit un autre homme.

« Je veux retrouver ma liberté! C'est assez les folies! », de lancer une dame qui a dit ne pas croire les informations véhiculées par les gouvernements.

En route vers Ottawa
Notre photojournaliste s’est dirigé vers Vallée-Jonction où une centaine de personnes étaient prêtes pour exprimer leur soutien aux camionneurs. Ils sont arrivés vers 10h30 et une vingtaine de camions et une dizaine de véhicules s’étaient ajoutés en chemin.

Les remorques continuaient leur chemin jusqu’à Lévis où ceux de l’Est les attendaient pour se diriger vers Vaudreuil pour se joindre au reste du groupe et cela jusqu’à Ottawa.

Rappelons qu’au départ, cette initiative était de contester l’obligation pour les camionneurs d’être vacciné pour revenir au Canada après avoir traversé les douanes à la frontière américaine. Par contre, le mouvement est devenu beaucoup plus vaste englobant tout ce qui touche les mesures sanitaires.

Il est difficile pour certains de faire la distinction entre les juridictions fédérales et provinciales. Par exemple, on peut lire sur certaines pancartes : « Non au passeport sanitaire », alors que c’est le gouvernement du Québec qui a le pouvoir sur cette décision. Finalement, le convoi est un symbole des gens qui en ont assez de la situation et qui veulent le crier haut et fort.

En collaboration avec notre photojournaliste Jessy Pouliot et notre chef des nouvelles Sylvio Morin.

Petite mention aux entreprises KéPasc qui ont accepté que notre photojournaliste grimpe dans leur nacelle.

À lire également:

Le convoi des camionneurs de la Beauce est bien en chemin pour Ottawa

Le convoi pour la liberté 2022 est parti de Saint-Théophile

Manifestation de camionneurs prévue le 28 janvier

 

commentairesCommentaires

7

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • UAT
    Une autre tannée
    temps Il y a 4 mois
    C'est bien de protester; vous représentez environ 10% de la population non vaccinée au Québec mais presque 30% en Beauce. Par contre on arrête presque tout pour vos soins hospitaliers; car vous représentez la grande majorité de l'occupation des soins hospitaliers. Des vaccins existent depuis plus de un an mais nous la majorité vaccinée, devont attendre pour avoir une place à l'hôpital parce qu'on juge notre cas moins urgent que vos difficultés respiratoires.....S'il vous plait, ne pensez pas qu'à votre liberté. Nous aussi, nous subissons des restrictions malgré notre vaccination à jour. Depuis 1 an et demi, nous attendons pour nous faire opérer ou pour nous faire diagnostiquer peut-être un cancer qu'il sera possiblement trop tard pour nous assurer une durée de vie plus longue, peu importe notre âge. Nous sommes les dommages collatéraux dont on parle si peu....La MAJORITÉ SILENCIEUSE. Nous aussi, on est écoeurés d'attendre notre tour. Faut-il se faire infecter pour recevoir des soins autre que pour la covid?
    Merci au personnel hospitalier qui est au front depuis 2 ANS; Je vous admire et vous remercie de votre dévouement malgré le découragement que vous devez ressentir lorsque de telles manifestations se produisent.
  • M
    michelle
    temps Il y a 4 mois
    Espérons que les français sortent de leur lethargie et entament eux aussi la GRANDE MARCHE POUR LA LIBERTE;
  • DD
    Denis Drouin
    temps Il y a 4 mois
    La beauté de ce mouvement est la connexion entre les canadiens d'un océan à l'autre, le renforcement de la fibre patriotique et la compréhension que nous ne sommes pas des "sujets" mais plutôt des citoyens du Canada. Les élus politiques doivent être assujetis à la constitution; nous ne sommes pas une république de bananes.
  • RAA
    Rose-alma Audet
    temps Il y a 4 mois
    LE RETRAIT PURE ET SIMPLE DE TOUT CE QU'ILS ONT FAIT POUR NOUS VOLÉ NOS DROITS A LA LIBERTÉ ! LIBERTÉ D'EXPRESSION, DROITS DE CHOISIRS, LE DROIT DE REFUSÉ DE METTRE LEURS POISONS DANS NOS CORPS , LE DROIT DE VOULOIR UTILISÉ NOTRE LIBRE ARBITE SI NOUS CHOISISSONS L'IMMUNITÉ NATUREL, DROIT DE NE PLUS ÊTRE TRAITÉ COMME DES TOUTOUTS : TU SORTS ,TU SORTS PLUS, TU TRAVAILS TU TRAVAILS PLUS, TU PRENDS ÇA MAIS ON T'ENLEVE QUAND MÊME TES DROITS, DROITS DE FAIRE VIVRE NOS FAMILLES ,DROIT DE VOIR NOS ENFANTS ,NOS PETITS ENFANTS, DROIT DE PRENDRE DANS NOS BRAS CEUX QUI NOS QUITTENT, DROIT D'ÊTRE PRÉSENTS POUR NOS MALDES ET NOS VIEUX, DROIT D'ALLER CHERCHÉ UN BOUT DE BOIS POUR RÉPARRÉ CHEZ NOUS, TOUT NOS DROITS,NOUS ONT ÉTÉ VOLÉ , CEUX POUR LES QUELS LES PATRIOTES CE SONT BATTUS ET SONT MORTS, CEUX DE LIBERTÉ POUR LES QUELS NOS SOLDATS ON DONNER LEUR VIES POUR NOUS, ET CES GOUVERNEMENTS NOUS DEMANDE DE TOUT ÉFFACÉ ET DE DEVENIR DE TOUTOUS QUI MARCHE AU CHANTAGE? NON, C'EST ASSER.. SI TU DOIT TE LEVÉ UNE FOIS DANS TA VIE ET BIEN AUJOURD'HUI CES LE PLUS BEAU ET PLUS GRAND JOUR POUR LE FAIRE, DROIT ET FIERE! LIBERTÉ!
  • DB
    Danielke Bernard
    temps Il y a 4 mois
    Quelle farce!
  • JB
    Jean Bédard
    temps Il y a 4 mois
    Voulez vous me dire ce que le drapeau américain fait dans cette manifestation ? Le 6 janvier ? Maudite belle mentalité...
  • FB
    Francine Bolduc
    temps Il y a 4 mois
    De tout cœur avec vous.
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Projet de loi sur l'aide médicale à mourir: Dubé retire un article controversé

Le ministre de la Santé s’incline devant les critiques et accepte de retirer un article controversé de son projet de loi sur l’élargissement de l’aide médicale à mourir (AMM). Christian Dubé a annoncé jeudi en point de presse à l’Assemblée nationale qu’il renonçait à élargir l’AMM aux personnes souffrant d’un handicap neuromoteur grave, comme la ...

durée Hier 9h00

Legault veut un «mandat fort» pour pouvoir rapatrier les pouvoirs en immigration

François Legault sollicitera un «mandat fort» lors de la prochaine campagne électorale afin de pouvoir négocier avec Ottawa le rapatriement des pouvoirs en immigration. Le premier ministre a mis de l’avant cette revendication mardi, lors d’un point de presse qu’il a tenu immédiatement après l’adoption du projet de loi 96 visant à protéger la ...

24 mai 2022

Ottawa donne le coup d'envoi à des consultations sur les langues officielles

Le gouvernement fédéral a lancé mardi les consultations publiques qui mèneront à l’élaboration du prochain plan d’action en matière de langues officielles devant s’échelonner de 2023 à 2028. La ministre de Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, a qualifié ce futur plan de «principal véhicule de mise en œuvre» du projet de loi C−13 de ...