X
Rechercher
Publicité

Pandémie COVID-19

Délais pour les chirurgies : 2 milliards $ d'aide du fédéral

durée 16h15
26 mars 2022
durée

Temps de lecture :

4 minutes

Par La Presse Canadienne

Le gouvernement fédéral allouera 2 milliards $ supplémentaires aux provinces dans le but de les aider à faire face aux retards accumulés durant la pandémie dans les interventions chirurgicales.

«Ces délais n’ont pas seulement un impact sur la santé des gens à court et à long terme. Ils ont un impact aussi sur le stress des familles et de leurs proches (ainsi que sur celui) de notre personnel de la santé qui est au front», a déclaré vendredi le ministre de la Santé, Jean−Yves Duclos, en point de presse à l’Université d’Ottawa.

Il a précisé que cette enveloppe supplémentaire sera injectée comme un paiement unique et s’ajoutera au versement de 4 milliards $ annoncé environ un an plus tôt. La part qui reviendra au Québec en fonction de sa population sera d’environ 450 millions $.

Le ministre a décrit ces fonds alloués comme «un premier pas significatif sur la voie pour répondre aux enjeux majeurs en matière de santé» et en a profité pour énoncer cinq «domaines de priorité» au chapitre de la collaboration nécessaire avec les provinces et territoires.

Il a énuméré ceux−ci comme étant les délais de traitements et diagnostics, la santé mentale, l’accès à des soins de première ligne, les soins de longue durée ainsi qu’à domicile et la disponibilité des soins virtuels.

Questionné par plusieurs journalistes à savoir si les cinq priorités équivalent à des conditions pour des investissements à venir, M. Duclos a répété que tous ses homologues partagent la volonté de focaliser le travail sur ces grands axes.

«On annonce ça aujourd’hui parce qu’on sait qu’il y a consensus autour de ça. Maintenant, ce qu’il faut faire est de travailler ensemble solidement parce que nos défis sont importants et il faut qu’on arrive à (les) traiter de la manière la plus efficace, incluant à long terme», a−t−il dit.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre a insisté sur le fait que les patients et les Canadiens veulent des «résultats» plutôt qu’une «guerre de chiffres contre−productive». «Ces débats fiscaux et financiers sont toujours stériles», a−t−il ajouté.

Les provinces et territoires demandent d’une seule voix, depuis plus de deux ans, une hausse des transferts fédéraux en santé pour faire passer la contribution d’Ottawa de 22 % à 35 %.

Québec n’a d’ailleurs pas manqué de le rappeler en réagissant à l’annonce de vendredi. «Il s’agit d’une demande unanime de l’Assemblée nationale et de l’ensemble des premiers ministres. Le Québec a l’expertise pour s’occuper de son réseau de la santé», a soutenu la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel, dans une déclaration transmise par courriel.

Au cours de sa conférence de presse, le ministre Duclos a évité de s’avancer sur le moment où viendront des négociations avec les provinces. Il a répondu que la relation entre les ordres de gouvernement avait été fructueuse durant la pandémie et que «cette collaboration continue».

«Le gouvernement canadien ne peut pas prétendre et ne voudra jamais essayer de microgérer les services de santé à l’échelle des provinces et des territoires», a−t−il assuré.

Aux yeux du porte−parole bloquiste en matière d’affaires intergouvernementales, Mario Simard, il est clair qu’Ottawa a énoncé des conditions de financement et est loin de faire signe d’ouverture face à la demande de hausse des transferts en santé. «On essaie de noyer le poisson, mais il faut appeler un chat un chat», a−t−il commenté en entrevue avec La Presse Canadienne.

À son avis, le fait d’énoncer des priorités sans donner un rendez−vous pour un sommet intergouvernemental sur le financement en santé a un objectif clair: «Clairement, c’est pour limiter les attentes vis−à−vis du budget.»

De son côté, le Nouveau Parti démocratique (NPD) estime que l’annonce de vendredi est attribuable à son entente conclue avec les libéraux et annoncée en début de semaine. «Les néo−démocrates obtiennent déjà des résultats (...) et nous allons continuer de le faire en ce qui concerne l’assurance−médicaments et les soins dentaires», a claironné le chef Jagmeet Singh.

Les conservateurs ont quant à eux reproché au gouvernement d’avoir trop attendu avant d’agir.

«Les provinces demandent depuis longtemps au gouvernement fédéral d’assurer des transferts pour la santé prévisibles et stables. Elles ont déjà demandé 28 milliards de dollars en transferts additionnels, et si le gouvernement fédéral avait travaillé avec les provinces, ces paiements ponctuels ne seraient pas nécessaires», ont affirmé conjointement dans un communiqué Michael Barrett, porte−parole conservateur en matière de santé, et Luc Berthold, chef adjoint de l’opposition officielle et lieutenant politique pour le Québec.

L’AMC réagit favorablement

L’Association médicale canadienne (AMC) a pour sa part accueilli favorablement l’annonce du gouvernement fédéral et les priorités établies par celui−ci.

«Au fil des ans, les fondations des soins de santé universels croulent sous les pressions d’un système qui n’a pas été conçu pour répondre aux besoins changeants de la population. La pandémie de COVID−19 met ces lacunes en lumière, qui ne cessent de s’aggraver à chaque vague», affirme dans un communiqué la présidente de l’AMC, Dre Katharine Smart.

«L’AMC soutient les priorités présentées aujourd’hui par le gouvernement fédéral (...). Notre message aux ordres de gouvernement est le suivant: la remise sur pied de notre système de santé et l’offre d’un répit à une main−d’œuvre surmenée et épuisée devraient être une priorité partagée. Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont tous la responsabilité de soutenir de meilleurs résultats en santé pour les patients», ajoute−t−elle.

Émilie Bergeron, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Financement des partis: le PQ coiffe de peu le PCQ

À moins de cinq mois des élections générales au Québec, la course au financement est serrée: le Parti québécois (PQ) vient de repasser devant le Parti conservateur (PCQ) d’Éric Duhaime. Traditionnellement champion du financement populaire, le PQ avait été déclassé ces derniers mois par la montée foudroyante du PCQ. Fin février, le PCQ avait ...

Richard Lehoux invite les citoyens à «Un café avec votre député»

Le député fédéral de Beauce, Richard Lehoux, va à la rencontre  des citoyens de la circonscription avec deux événements spéciaux intitulés Un café avec votre député.  Les Beauceronnes et les Beaucerons pourront ainsi venir discuter des enjeux qui les touchent autour d’un café et  quelques pâtisseries. Ces rencontres se tiendront dans les bureaux ...

durée Hier 10h00

Rapport Kamel: «Il faut plus d'imputabilité», dit François Legault

Au lendemain de la publication d’un imposant rapport d’enquête de près de 200 pages sur l’hécatombe survenue dans les CHSLD au début de la pandémie, le premier ministre François Legault reconnaît «qu’il faut plus d’imputabilité d’en haut jusqu’en bas». C’est ce qu’a répondu le premier ministre lors d’une conférence de presse mardi à Laval, où il ...