Publicité
10 juin 2019 - 18:00 | Mis à jour : 13 juin 2019 - 11:20

Symposium de sculpture : Jennifer Macklem et l'ode à la vie non humaine

Par Nady Larchet, Journaliste

Brillant d’une bonne réputation qui se solidifie d’année en année, le Symposium international de sculpture de Saint-Georges en est déjà à sa sixième édition. Comme les années précédentes, ce sont 10 sculpteurs de renommées internationales qui débarquent sur le territoire Georgien afin de contribuer au patrimoine artistique de la ville. Cet événement d’envergure se taille peu à peu une place de choix pour les artistes-sculpteurs. Cette année, la thématique du Symposium se nomme Dérives & Délices grandeur nature avec nul autre que Jean Soulard, cuisinier émérite, comme invité d’honneur.

Dans une série de cinq articles, EnBeauce.com vous fera entrer dans l’univers singulier de cinq artistes ayant été soigneusement sélectionnées parmi des centaines de candidatures.

À lire également 
 Symposium de sculpture : Bernard Hamel et la force de l'eau
Symposium de sculpture :Antonina Fatkhullina a le vent dans les voiles
Symposium de sculpture : Lyudmyla Mysko et son délice monumental 

Jennifer Macklem : Ode à la vie non humaine

Ayant une pratique pluridisciplinaire chevauchant entre autres l’image fixe, l’image en mouvement et la sculpture, Jennifer Macklem pratique les arts visuels depuis son enfance. Originaire de Montréal, elle a suivi une partie de sa formation à l’École des Beaux-Arts de Paris, ville où elle a habité pendant 8 ans, avant de revenir dans sa ville natale pour poursuivre une maîtrise à l’Université du Québec à Montréal. Aujourd’hui, en plus d’avoir une pratique active, elle enseigne également la sculpture et le dessin à l’Université d’Ottawa.

Son œuvre

Sa démarche artistique passe beaucoup par l’expérimentation de techniques et de matériaux. Pour elle, le travail de la matière est une partie importante de son processus. Chaque médium à ses particularités avec lesquelles il faut apprendre à dialoguer, à les apprivoiser.

« Pour moi la pratique, c’est une découverte constante. J’aime aller dans des endroits que je ne maîtrise pas complètement. »   

Conceptuellement, elle s’intéresse grandement à l’enjeu de l’environnement. L’aile de libellule est un motif récurrent dans sa pratique des dernières années et cela s’affirme à nouveau dans la cadre du Symposium international de sculpture de Saint-Georges. Pour elle, cette forme se veut à la fois une ouverture et un chemin très précis et délicat pour se diriger vers le monde vivant non humain, qui est présentement en péril. La dualité du sujet et des matériaux présentée dans le présent projet, soit l’aile de libellule, délicate et fragile, et l’aluminium, solide et robuste, représente sa vision d’une nature forte, mais fragile.

« Pour moi, un but premier de l’art est de rouvrir les esprits. De faire prendre conscience de la nature et du respect envers elle. »

 

Autour du symposium

La création dans le cadre d’un symposium diffère beaucoup du travail en atelier. Il y a un contact avec les gens qui est unique, et cela est intéressant autant pour l’artiste que pour le public.

« Ce qui est intéressant d’un symposium pour la communauté, c’est de voir les œuvres en progression, les artistes en train de travailler et que c’est un processus qui prend du temps. Ils peuvent voir que ça prend de l’énergie physique et mentale, de la passion et de l’amour. »

Selon elle ce contact privilégié avec le processus pour le public permet d’ouvrir des horizons et de comprendre davantage les fondements de l’œuvre. Lorsque le symposium est d’envergure internationale comme celui-ci, cela permet de côtoyer des cultures différentes autour de la sculpture.

« C’est un peu comme un petit microcosme du monde de l’art ».

Pourquoi le symposium de Saint-Georges ?

L’artiste se dit très impressionnée par le professionnalisme et la prise en charge de l’organisation. Ayant participé à plusieurs événements internationaux, elle considère que l’attention et l’accueil offert aux artistes dépassent grandement la plupart de ses expériences. Le soutien qu’elle a reçu depuis le tout début du projet, qui a débuté en octobre, est grandement apprécié.

« Comme artiste, c’est merveilleux de pouvoir se concentrer sur la pratique et de ne pas être prise avec toutes les exigences bureaucratiques ».

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.