Publicité
15 mars 2020 - 04:00

Apprendre à piloter au Québec

Toutes les réactions 5

Démystifier le monde de l’aviation

On va se le dire, apprendre à piloter n’est pas gratuit mais cela peut mener à une carrière des plus intéressante. Où commencer ?

Premièrement , il faut savoir que le cours qui mène à l’obtention d’une licence de pilote privé comprend environ 45 heures de cours théorique et de 50 à 60 heures de vol. De plus, vous devez passer un examen médical spécifique à l’aviation, examen qui doit être renouvelé à tous les deux ans.

En gros vous avez quatre  choix :

Les écoles privées de pilotage

Il existe une trentaine d’écoles de pilotage au Québec. Celle de Saint-Frédérick en Beauce (Grondair) a une excellente réputation dans le domaine et est reconnue au niveau international. Vous pouvez même y faire un AEC en Aviation (environ 900 heures dont un minimum de 400 heures de théorie). Le coût approximatif pour la licence privée est d’environ 15,000 $. Oui c’est dispendieux, mais c’est pour la vie et cela peut vous mener à une carrière en aviation par la suite ou encore voler pour votre simple plaisir. Les principaux avantages des écoles privées de pilotage sont la proximité de votre résidence, ce qui vous évite des coûts d'hébergement et de subsistance importants, surtout si l’école est près de chez vous. Vous pouvez continuer de travailler tout en suivant votre cours, ce qui amortie considérablement votre coût de formation net .De plus, les écoles vont, dans bien des cas, fournir du travail à leurs élèves à titre d’instructeur ou de pilote sur différents types d’appareils dans le cadres des affaires de l’entreprise.

Le CQFA (Centre Québécois de Formation en Aéronautique) au Cégep de Chicoutimi

La formation est gratuite pour la licence privée, commerciale multimoteur et vol aux instruments avec une spécialisation comme pilote de ligne, de  brousse (hydravion) ou même hélicoptère. Cette formation est de 1,860 heures, s’échelonne sur trois ans et vous donne accès au DEC en Aviation.

 Cette formation complète peut facilement vous couter entre 70,000 $ et 80,000 $  dans le privé alors que pour le cégep, les coûts sont seulement les frais d’inscription au cégep et vos frais de subsistance  (hébergement et repas). Cependant, la sélection y est très restrictive et se fait en fonction de différents critères tels que les résultats scolaires, entrevues , examens médicaux , etc. En fait, un étudiant sur 8 est retenu.

Les Forces armées canadiennes

Les Forces armées canadiennes forment environ 150 nouveaux pilotes par année. Leurs critères de sélection y sont également très rigoureux car environ 1,000 à 1,200 candidats appliquent chaque année…  Une fois sélectionné, l’aspirant pilote reçoit une  formation de très haut niveau. C’est à Portage-La-Prairie (Manitoba) que débute l’entrainement. Les possibilités d’avancement sont grandes mais les sacrifices à faire tant du côté familial que personnel sont également élevés. Vous pourrez rapidement vous retrouver aux commandes de bimoteurs turbopropulsés, de jet ou d’hélicoptères selon vos préférences en moins de deux ans de formation.

Les cadets de l’Air

L’escadron 890 de Saint-Georges accueille les jeunes qui ont un intérêt pour l’aviation.

Beaucoup d’activités sont prévues durant l’année et des stages sont possibles durant la période estivale  à Valcartier ainsi qu’à Bagotville. Vous pourrez même obtenir vos ailes de planeur et dans certains cas votre licence de pilote privé tout à fait gratuitement.

Dans les 4 cas, vous devrez être très motivé et prendre ces formations au sérieux. Comme dans bien des domaines, la pénurie de main-d’œuvre  se fait déjà sentir et les possibilités d’avancement sont grandes. Selon l’OACI (l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale), on prévoit que pour les 15 prochaines années, il faudra au moins 620,000 nouveaux pilotes pour opérer des appareils commerciaux de 100 places ou plus.

Dans mon cas, comme je ne pouvais pas obtenir de licence commerciale à cause de ma vue, j’ai décidé de ne prendre que ma licence privée. J’ai eu la chance de voler avec des amis qui me permettaient d’embarquer avec eux avant de prendre mon cours de pilote. Je me tenais souvent à l’aéroport et je discutais avec les pilotes du coin. J’offrais mes services pour laver leur avion en échange de tours d’avion.

J’étais très motivé à apprendre et j’ai fait mon premier vol solo après 7 heures de vol. Tout une sensation de s’élever seul dans l’avion, pas d’instructeur pour nous guider. Cela demeure pour tous les pilotes des moments qu’ils n’oublieront jamais.

Par la suite est venu le vol voyage d’une durée d’environ trois heures avec instructeur pour refaire le même vol, mais cette fois seul à bord. Finalement, vous passer votre examen théorique et votre examen pratique.

Une fois la licence de pilote privée obtenue, vous pouvez louer un avion et apporter des passagers avec vous. Par contre, les compagnies d’assurances vont exiger un petit test en vol lorsque l’on change de type d’appareil. Par exemple, si vous volez sur un avion à ailes hautes (Cessna 172) et que vous voulez voler sur un avion à ailes basses (Piper 140), vous devrez faire un test en vol avec un instructeur qui s’assurera de vos compétences sur ce type d’appareil.

Après l’obtention de votre licence de pilote privée, vous pouvez continuer votre formation pour obtenir votre  licence de pilote commercial. De plus, vous pouvez obtenir ce que l’on appelle des annotations. Voici les plus populaires: vol de nuit, roue de queue, bimoteur,  flotteurs, vol aux instruments. Chaque annotation nécessite une formation théorique et pratique suivis d’examens confirmant votre nouvelle qualification.

Une fois votre licence en main, c’est votre certificat médical qui maintiendra votre licence en force. Vous n’avez pas à repasser d’examens pratiques ou théoriques pour la maintenir en force, sauf pour de brèves séances de mise à jour théoriques aux deux ans. Cependant, pour les pilotes de ligne, un programme de formation continue les oblige à passer des tests en vol sur une base régulière en plus des examens médicaux aux six mois, sécurité oblige…

Comme vous pouvez le constater, les chemins pour atteindre vos objectifs sont nombreux, mais une chose reste commune, c’est votre détermination à faire quelque chose de différent et de passionnant. Après tout, on ne vit qu’une seule fois !

Personnellement, j’ai eu la chance de partager l’avion familial avec mon père et mes frères, ce qui diminuait de beaucoup le coût des heures de vol. Voler devient alors une passion, comme la chasse, la pêche ou le golf.

La majorité des écoles de pilotage offre le forfait pilote d’un jour. Pour un coût très raisonnable, on vous explique comment faire voler un avion après avoir suivi une petite séance théorique et ensuite, vous vous envolez aux commandes avec un instructeur pour environ une heure de vol. C’est de l’argent bien investi pour toute personne qui désire apprendre à voler et qui n’est pas certaine.

Vos doutes se dissiperont rapidement quant à votre désir de voler, soit vous allez adorer, soit vous  aurez la profonde conviction que ce n’est pas pour vous. Finalement mentionnons que si vous avez l’intention de suivre ces formations dans le but d’y gagner votre vie, tous ces frais sont déductibles d’impôt à titre de frais de scolarité.

Dans ma prochaine chronique, je vous parlerai des procédures de pilotage que l’on doit suivre pour décoller ou atterrir d’un aéroport.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Très intéressant Hugues. Je lis tes chroniques avec grand intérêt

    Luc Thibaudeau - 2020-03-15 06:38
  • Tres interessant! Merci

    Christian Giroux - 2020-03-15 08:05
  • Vos articles sont des plus intéressants, je vois que vous êtes un passionné, vous avez réveillé en moi un rêve d’ adolescents que je n’ ai pu réalisé faut d’ argent et d’ accessibilité.

    Rosaire Coulombe - 2020-03-15 09:33
  • Tres bien expliqué,bravo.

    Serge cyr - 2020-03-15 10:36
  • Je ne savais pas qu'il y avait une annotation pour roue de queue. Est-ce que l'annotation pour le bloc airspace (pour voler à plus de 9,500 pieds) existe toujours? Il y a aussi le MNPS (Minimum Navigation Performance System) et une autre pour les vols au-dessus de l'océan. Pour revenir à la roue de queue, j'ai volé le DC-3, le Beech 18, Cessna 180 et 185 ainsi que d'autres appareils dont le mini-mustang sans avoir à obtenir une annotation. Peut-être que ma licence ATPL me le permettait pour tout appareil jusqu'à 12,500 lbs. Pour les réactés, même s'ils pèse moins de 12,500 lbs, il faut une annotation. Merci pour les autres informations. C'est vrai que l'aéroport de Saint-Frédéric est reconnu pour donner une très bonne formation professionnelle. Il ne manque qu'une approche ILS.

    Claude Dulac - 2020-03-15 19:29