Publicité

13 novembre 2021 - 13:00

Vente de vêtements de travail

La relève est assurée Au Bon Marché Bernard

Au Bon Marché Bernard, installé au 12535 de la 1ère Avenue à Saint-Georges, entre dans la troisième génération de la famille Bernard et fêtera l’an prochain ses 65 ans de services. 

En effet, c’est François Bernard qui a pris les commandes cette année de cette entreprise créée par son grand-père en 1957. Aujourd’hui, ce commerce se trouve être le leader régional dans le domaine des vêtements de travail et des chaussures de sécurité. 

La création par la première génération 

Les prémisses de ce commerce remontent à l’année 1950, lorsque Dominique Bernard, le grand-père du nouveau propriétaire, a été exproprié. À ce moment-là, il a intégré un logement sur la 1e Avenue à Saint-Georges, en face des locaux actuels du Bon Marché Bernard. Mais c’est grâce à l’argent perçu lors de cette expropriation, qu’il a pu investir dans une voiture et un premier lot de chaussures, qu’il a vendu en faisant du porte à porte.

Puis, Dominique Bernard a été chassé de ce loyer par le propriétaire, qui en avait besoin pour un autre usage, et s’est donc installé dans un appartement un peu plus loin sur la 1e Avenue, où se trouve présentement le comptoir de la Saint-Vincent de Paul. C’est donc à cette adresse que va naître le commerce Linge neuf et usagé D. Bernard.

En plus des chaussures, il y vendait des vêtements usagés provenant des États-Unis. Ces vêtements arrivaient compressés comme une “botte de foin” carrée d'environ quatre pieds de long qui étaient retenus par des courroies. Ce n’est qu’une fois le tout déballé qu’on pouvait savoir ce qu’il y avait dedans.  

D’après Yves Bernard, c'était la période après la guerre et les gens n'étaient surtout pas riches. Il leur convenait donc d'acheter des vêtements usagés plutôt que neufs. C'était une belle opportunité pour Dominique.

Le commerce fait peau neuve avec la deuxième génération

La deuxième génération a pris la relève de Dominique Bernard quand il est décédé en 1967. Son fils Yves, accompagné de sa mère Élisa Bernard, a repris l’entreprise à ce moment-là. Quelques années plus tard, en 1973, Linge neuf et usagé D. Bernard a dû déménager et est entré dans le local actuel. Le bâtiment qui l’accueillait allait être démoli pour construire la Caisse populaire de l’Assomption. 

Rênes en mains, ce nouveau propriétaire a souhaité mettre fin à la vente de vêtements usagés, qui étaient moins demandés et miser plutôt sur les vêtements de travail. Des vêtements de travail avaient toujours fait partie des lots de vêtements usagés en provenance des États-Unis, mais désormais, ils allaient être neufs. Dès 1980, cela allait devenir une spécialité pour Au Bon Marché (Bernard) Enr.

Au cours des vingt années suivantes, Yves et Suzanne Bernard se sont beaucoup impliqués dans la communauté. Ils participaient notamment aux “parades de mode” qui avaient lieu au carrefour Saint-Georges et dans l’ancien édifice du Manoir Saint-Georges, qui a brûlé dans les années 1990.

Par la suite, Yves Bernard en est devenu le propriétaire unique en 1995. 

Également sous la direction de la deuxième génération, le département de chasse et de pêche a été créé en 1998 et a été important dans l’entreprise durant presque 20 ans. C’est vers la fin de l’été 2018 qu’il a finalement été fermé, en accord avec les convictions de François Bernard qui prenait de plus en plus de place dans l’entreprise et se préparait à en faire l’acquisition.

La relève est assurée

C’est donc cette année, 13 ans après avoir intégré dans l’entreprise en 2008, que François est devenu le troisième propriétaire unique du commerce.

Déterminé à faire progresser l’entreprise familiale, François Bernard souhaite concentrer ses efforts sur les éléments qui constituent la plus grande force de Au Bon Marché Bernard depuis plus de 40 ans: les vêtements et les chaussures de travail et mode ainsi que les vêtements de mode pour homme. 

Au Bon Marché Bernard occupe aujourd’hui un espace de 6000 pi2 de plancher sur deux étages et domine le marché régional de la vente de vêtements de travail et chaussures de sécurité. 

D’après François Bernard, l’entreprise doit ses succès à ses employés dédiés qui savent écouter et combler les besoins des quelques 10 000 clients, ainsi qu’aux représentants qui connaissent les besoins des entrepreneurs de la Beauce. 

Ce commerce familial regroupe quinze employés avec une ancienneté qui est un atout. Certains font partie de l'équipe depuis plus de 35 ans. 

« Malgré toutes les épreuves que notre entreprise a traversées dans les années, vous êtes toujours demeuré avec nous pour pousser le bateau en avant. À vous, qui êtes presque ma famille, je dis Merci! »  a-t-il mentionné. 

Pour continuer la pérennité de son entreprise, François a de nombreux projets en tête mais ne peut pas encore les dévoiler. Il a simplement précisé que Au Bon Marché Bernard continuera à miser sur ses plus grandes forces afin de demeurer le plus grand magasin de vêtements de travail de toute la Beauce. « Comme disait mon père, Au Bon Marché, Au Bon Endroit », conclut le propriétaire. 

Les photos d'archives
Haut-Droite : Dominique Bernard
Bas-Gauche : Élisa Bernard
Haut-Centre : AU BON MARCHE D. Bernard en 1957
Haut-Gauche : AU BON MARCHE D. Bernard en 1970 juste avant la construction de Place Bureau
Bas-Droite : AU BON MARCHE dans les mêmes dates

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.