Publicité
9 janvier 2019 - 04:00

Guide alimentaire canadien : faut-il consommer moins de produits laitiers ?

Maude Ouellet

Par Maude Ouellet, Journaliste

Toutes les réactions 5

Le groupe des produits laitiers risque fort bien de ne plus représenter une catégorie à part entière dans le prochain guide alimentaire canadien. Ce changement a créé bien des vagues chez les producteurs de lait, mais ne déplaît pas aux nutritionnistes Hubert Cormier et Majorie Demers

Le lait avec les pois chiches

Selon une version préliminaire, les yogourts et les fromages se retrouveraient maintenant dans le groupe des aliments protéinés, aux côtés des légumineuses et du poulet. Les deux autres catégories proposées seront les fruits et légumes et les aliments à grains entiers. Le Guide alimentaire canadien ne recommandera plus de boire du lait chaque jour, mais suggérerait plutôt de boire de l’eau au repas et de choisir les pois chiches comme collation santé. Toutefois, il ne faut pas penser que Santé Canada déconseille maintenant la consommation de produits laitiers.

Hubert Cormier, nutritionniste, auteur et conférencier originaire de Sainte-Marie, salue ce possible changement dans le Guide alimentaire canadien : « On crée trois nouveaux groupes qui ont plus de sens, à mon avis. On ne met plus un aliment en particulier sur un piédestal. Les produits laitiers, les viandes et les substituts contiennent tous des protéines. Ce sera plus facile pour le consommateur. »

Majorie Demers, nutritionniste à la Fondation du coeur Beauce-Etchemin, se dit elle aussi d’accord avec cet éventuel changement. « Selon moi, une catégorie pour les produits laitiers seuls n’est plus nécessaire. On se dirige vers une autre approche qui met de l’avant le plaisir de manger. » Cette nouvelle tendance favorise la compréhension du concept d’alimentation saine, en plus d’aller chercher une plus grande diversité.

Des intérêts économiques

La disparition du fameux «arc-en-ciel» a créé bien du remous chez les Producteurs laitiers du Canada (PLC) Bruno Cyr, président de Producteurs de lait du Québec, Chaudière-Appalaches-Sud, croit que cette nouvelle tombe bien mal pour les producteurs.

« Au sens économique, on a déjà plusieurs tuiles qui nous sont tombées sur la tête depuis trois ans. », affirme M. Cyr en faisant entre autres référence au nouvel accord Canada - États-Unis - Mexique. Les intérêts des producteurs de lait ne seraient pas seulement économiques, affirme-t-il. « Nous encourageons la population à consommer nos produits qui sont sains et qui sont les mieux produits au monde. » M. Cyr ne croit pas que les producteurs de lait soient biaisés dans le débat.

Pour Hubert Cormier, « les producteurs de lait défendent ce qu’ils ont à défendre. » M. Cormier croit que les lobbys de l'industrie laitière jouaient peut-être un rôle pour que les produits laitiers aient une catégorie à part entière dans le Guide alimentaire Canadien, mais cette fois, Santé Canada a décidé d’écarter les études provenant de l’industrie.

Le président de PLQ secteur Chaudière-Appalaches tient mordicus à ce que les produits laitiers aient une catégorie à part entière. « On sent que nous nous faisons tasser. », dit-il. « On a légalisé la marijuana, mais on tasse les produits laitiers. Est-ce que nous sommes déséquilibrés? Qu’est-ce qu’un produit dangereux? », renchérit-il.

Majorie Demers croit qu’il est difficile de prévoir les impacts que ces possibles changements auront sur l’industrie laitière. « Tout dépend de comment l’information sera véhiculée. », soutient-elle. Pour M. Cormier, si Santé Canada va de l’avant, l’impact sur la vente de produits laitiers risque d’être minime : « Les personnes qui buvaient du lait avant le Guide vont continuer à en boire. »

Un virage végétal

M. Cyr ne comprend pas cette décision de la part de Santé Canada : « Il y a un virage vert, une tendance très végétarienne. C’est la seule explication que je vois. », explique-t-il.  « On propose même aux enfants de boire de l’eau plutôt que de boire du lait au repas. Ça me renverse d’entendre cela. On va trop loin dans le végétal. Nous avons un produit naturel qui offre du calcium et des protéines et on remplace ça par des pois chiches ; ça n’a même pas de goût. »

Pour Hubert Cormier, la tendance végé est mondiale et elle ne se dément pas : « Aller vers une alimentation qui est plus végétale, c’est aussi un choix éco responsable qui aide à sauver la planète. » Une opinion partagée par Mme Demers qui reconnaît que les produits d’origines animales ont un grand impact environnemental. Pour Bruno Cyr, l’industrie du lait n’est « pas plus polluante qu’une autre ».

Le lait reste toujours un bon choix

Même si on lui retirera peut-être sa place d’honneur, les produits laitiers restent tout de même une bonne source de protéines, de calcium et de vitamine D et, au bout du compte, une bonne option. « Intégrer les produits laitiers peut faire partie d’une saine alimentation. Par contre, je crois que les différents types d’alimentation ne sont pas adaptés à tout le monde. Pour quelqu’un qui souhaite retirer les protéines laitières, il suffit seulement de trouver d’autres alternatives pour combler ses besoins. », explique Mme Demers. Pour Hubert Cormier, les nombreux végétaliens sont la preuve que l’on peut être en santé sans consommer de produits laitiers.

Le nouveau Guide alimentaire canadien devrait paraître au début de 2019. Difficile de dire si les producteurs laitiers auront gain de cause, mais tout porte à croire que ce n’est pas demain la veille que le lait disparaîtra des étalages. Ce qui est important pour Mme Demers et M. Cormier, c’est d’avoir une alimentation variée et d’avoir du plaisir à manger.

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Le lait est la pire cochonnerie a ingérée, si ça serait pas du lobby pour protéger cette merde; les études démontrent que ce n'est pas bon pour la santé.

    Lactaid - 2019-01-09 08:03
  • Le lait est bon pour les veaux.

    vache-veau - 2019-01-09 10:46
  • Les lobby du lait n'ont pas à influencer le guide alimentaire!! On veut avoir l'heure juste, sans lobby!!

    michel - 2019-01-10 09:25
  • Allez lire le livre de Gilles lartigot . Eat chronique d'une fauve dans la neige alimentaire et Faites vous une idée le lait autant canadien que américain c'est fait pour les veaux https://www.amazon.fr/EAT-Chroniques-fauve-jungle-alimentaire/dp/2981413600

    Michel - 2019-01-11 18:49
  • J’ai bien hâte de lire ce nouveau guide. Surtout celui des Peuples Autochtones.
    Bien que tous savent que les Autochtones ne peuvent pas assimiler les produits laitier, dans le tout premier guide publié en 2007 on recommande par jour 250 mL (1 tasse) de lait en poudre reconstitué, 125 mL (½ tasse) de lait évaporé, 175 g (3/4 tasse) de yogourt, 50g (1 ½ oz.) de fromage. On ajoute même «Buvez chaque jour 500 mL (2 tasses) de lait écrémé ou du lait 1% ou 2% M.G. Choisissez des substituts du lait plus faibles en matières grasses...».
    Ces nutritionnistes de 2007  ignoraient que les Autochtones n’ont pas les enzimes nécessaires pour digérer les produits laitiers? Qu’en sera-t-il de ceux de 2019?
    Passez sa vie à avoir des maux de ventre ou des maux de tête parce qu’on nous dit que les produits laitiers sont bons… c’est pas drôle.

    San Béliveau - 2019-01-12 13:47