Publicité

6 mai 2020 - 15:30

COVID-19

Un employé sur deux dit que la pandémie affecte sérieusement sa santé mentale

Par Salle des nouvelles

Une nouvelle étude portant sur la population du pays met en évidence l'incidence négative de la pandémie de la COVID-19 sur la santé mentale et souligne la nécessité de poursuivre la sensibilisation, la formation et le soutien en faveur de la santé mentale au travail, particulièrement durant la crise actuelle de santé publique.

Cette étude montre également qu'un nombre croissant d'employeurs offrent un soutien proactif en santé mentale, ce qui reflète l'intérêt et l'aisance des employés à l'égard des options de téléconsultation pour leur santé mentale et leur bien-être.

L'étude menée auprès de 1 558 personnes employées ou récemment employées au Canada et aux États-Unis a été réalisée par Léger et commandée par Teladoc Health dans le prolongement de son étude internationale sur la santé mentale 2019 effectuée l'automne dernier.

Femmes et jeunes davantage touchés

La moitié des répondants indiquent que la pandémie de la COVID-19 a eu une incidence négative sur leur santé mentale.

L'analyse des données révèle ce qui suit :

• L'incidence négative est beaucoup plus grande chez les répondants de sexe féminin (57 %) que chez les répondants de sexe masculin (43 %).

• Parmi les répondants âgés de 18 à 34 ans, 52 % ont souffert de la pandémie.

• Les répondants de plus de 65 ans, un groupe d'âge considéré comme plus à risque face au virus, ont connu la plus faible incidence négative au Canada (37 %) et aux États-Unis (38 %).

Un soutien proactif

En vue de faire face aux conséquences qui touchent de plus en plus le bien-être des employés, des efforts sont entrepris pour instaurer un dialogue et combler le manque de soutien en santé mentale au travail.

Près de 40 % des répondants au Canada - ce qui dépasse largement les États-Unis où le taux est de 27 % - ont indiqué que leur employeur avait pris les initiatives suivantes pour répondre à la pandémie :

• Offrir davantage de soutien en santé mentale

• Aborder la question des besoins en santé mentale chez les employés

• Assurer la gratuité du soutien en santé mentale

Aisance envers la téléconsultation

Les efforts accrus en matière de formation, de sensibilisation et de soutien en santé mentale se traduisent par une plus grande aisance à demander des soins et à explorer les options de téléconsultation.

Selon l'étude, les répondants canadiens qui bénéficient d'un régime d'avantages sociaux (66 %) connaissent mieux les ressources en santé mentale à leur disposition que les répondants américains (55 %).

Par ailleurs, six répondants canadiens sur dix (62 %) ont déclaré qu'ils seraient à l'aise d'utiliser la téléconsultation pour du soutien en santé mentale.

Parmi les employés canadiens qui ont accès à des avantages sociaux, 85 % ont affirmé que les régimes devraient offrir la téléconsultation comme une option pour remédier aux problèmes de santé mentale, comme pour la santé physique.

Ces nouvelles données montrent une tendance nettement plus favorable à la téléconsultation depuis les six derniers mois. Dans une étude menée par Ipsos MORI en octobre 2019, et commandée par Teladoc Health, 40 % des répondants étaient favorables à des soins à distance.

« Cette pandémie ne fait que souligner une fois de plus les écarts en matière d'accès et le besoin d'accroître les soins en santé mentale. Nos fournisseurs constatent que la demande de soutien en santé mentale n'a jamais été aussi forte, particulièrement chez les jeunes, déclare le Dr Gustavo Kinrys, directeur médical et vice-président des services en santé mentale à Teladoc Health. Demander de l'aide pour ses problèmes de santé mentale est la nouvelle norme. De plus en plus de personnes décident de s'ouvrir et d'en parler. Alors que la demande de soutien est à la hausse, nous jouons un rôle primordial dans l'amélioration de la formation et de la sensibilisation en santé mentale. »

Méthodologie

Léger a réalisé l'étude omnibus du vendredi 17 avril au lundi 20 avril auprès de 1 504 personnes au Canada et de 1 001 personnes aux États-Unis recrutées à partir de son panel en ligne.

La marge d'erreur pour cette étude est de +/-2,5 % au Canada et de +/-3,1 % aux États-Unis, et ce, 19 fois sur 20.

Les questions ont été adressées à des personnes employées ou récemment employées.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.