Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le bénévolat en temps de pandémie

Passer de 400 bénévoles à 12

durée 16h20
25 août 2020
François Provost
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par François Provost, Journaliste

Voir la galerie de photos

« Du jour au lendemain, on s’est retrouvé de 400 bénévoles disponibles à 12 », raconte Marie-Claude Bilodeau, directrice générale de L’Association bénévole Beauce-Sartigan (ABBS). 

La plupart des bénévoles qui s’impliquent au sein de L’Association bénévole Beauce-Sartigan ont 70 ans et plus. Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé, les personnes disponibles pour faire du bénévolat se sont fait beaucoup plus rares.

Paradoxalement, cette même pandémie a exacerbé l’isolement des aînés, une problématique sur laquelle L’Association bénévole Beauce-Sartigan lutte chaque jour. Les visites d’amitié, qui visent à briser cet isolement,  sont le plus gros service de l’ABBS, précise Marie-Claude Bilodeau.

« Le confinement a eu des impacts importants sur la solitude des aînés. Alors qu’il y avait des gens qui n’avaient déjà pas beaucoup de visites avant, ils en avaient encore moins. Il y a plusieurs personnes qui n’ont pas de familles, et qui n’ont des contacts qu’avec nous. Les visites d’amitié deviennent d’autant plus importantes dans un contexte de confinement », explique la directrice générale de l’ABBS.

La visite d’amitié n’est que l’un des nombreux services de l’ABBS. Malgré un nombre amoindri de bénévoles, l'organisme a pu continuer à offrir son aide, mais avec de nouvelles façons.

Se virer de bord
« On a été dans l’obligation de réinventer ces services et de les distribuer autrement », raconte Mme Bilodeau. « Pour le volet « aîné », toutes les visites d’amitié ont été transférées en appels d’amitié. L’ensemble de la clientèle de l’ABBS a également reçu des appels préventifs de notre part ».

Pour continuer la promotion de l'activité physique chez les aînés, Anne Roy, responsable de la promotion de la santé chez l’ABBS a également lancé le groupe Facebook Ensemble dans l'isolement pour rester actif et positif.

L'activité physique est très importante puisque les aînés qui ne bougent pas perdent de la masse musculaire ce qui augmente le risque de chutes, nous explique Marie-Claude Bilodeau.

Aussi, tous les services pour proches aidants ont été transférés en appels téléphoniques ou en rencontre via des applications messagerie.

« On n’a pas eu le choix que de se propulser dans la technologie », lance Mme Bilodeau.

Si les services d’accompagnement et de transport ont pris plus de temps à reprendre en raison de la proximité dans les véhicules, au plus important de la pandémie, plusieurs bénévoles, dont plusieurs enseignants retraités, sont allés chercher des médicaments ou l'épicerie pour les aînés.

La directrice générale explique que, heureusement,  les municipalités ont pris le relais du service d’aide alimentaire, un service qui offre des paniers alimentaires aux gens dans le besoin, pendant la période de confinement.

Finalement, le répit bénévole, qui vient aider les personnes aidantes, reprend graduellement tandis que le service de popote roulante, un service de livraison de repas chaud à domicile, a explosé, remarque Mari-Claude Bilodeau.

Aujourd'hui, le nombre de bénévoles recommence à augmenter et l’ensemble des services de l’ABBS sont repris à l’heure actuelle. 

Des réalités et des besoins changeants
Depuis deux ans, le nombre d’activités de ABBS a doublé. L’équipe de l’organisme est très efficace, souligne Marie-Claude Bilodeau, malgré que la situation actuelle amène son lot de défis.

« Les bénévoles d’il y a 10 ans pouvaient nous donner quarante heures par semaine, c’était le propre de cette génération-là. La nouvelle génération de bénévoles a un temps très limité. Ça nous prend quatre bénévoles pour faire le travail d’un seul bénévole d’avant », explique la DG de l'organisme.

Le nombre d’heures que consacrent les gens au bénévolat chez l’ABBS équivaut à 20 travailleurs à temps plein, estime-t-elle.

L’Association est en période importante de recrutement de bénévoles. En effet, l'organisme a besoin de gens pour livrer la nourriture, pour faire des transports médicaux, des animateurs d’activité physique pour les aînés et ainsi que des personnes prêtes à faire des téléphones et des rencontres d’amitié.

« On cherche également des bénévoles dans les municipalités dans les villes autour de Saint-Georges »

Tous les gens intéressés à offrir leur temps à l’organisme peuvent les contacter par le site internet, leur page Facebook ou au (418) 228-8007.

Visionnez la vidéo de Mme Anne Roy dans cet article pour connaître les besoins de bénévolat de l'organisme.

L’Association bénévole Beauce-Sartigan 
L'ABBS est un organisme communautaire qui travaille au maintien à domicile des personnes aînées et qui vient en aide aux personnes démunies sur le territoire de Beauce-Sartigan. Elle existe depuis 1979. Le 12 septembre prochain, l’organisme soulignera ses 40 ans d’existence.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Opération Nez rouge a besoin de plus de bénévoles

La deuxième fin de semaine de raccompagnement de l'Opération Nez rouge s’est relativement bien passée, et ce, malgré le manque d’équipes partout sur le territoire. En effet, la demande de raccompagnements afflue de toutes parts et les équipes sur le terrain font des pieds et des mains pour y répondre. À dire vrai, le double d’équipes aurait été ...

Appel de candidatures du prix À part entière 2023

L’Office des personnes handicapées du Québec lance aujourd’hui la 8e édition du Prix À part entière. Les personnes et organisations intéressées à soumettre une candidature sont invitées à le faire d’ici le 24 février prochain.  Le Prix À part entière vise à rendre hommage aux personnes et aux organisations qui contribuent à accroître la ...

durée Hier 17h00

Le mois de décembre sera difficile, selon le Dr Luc Boileau

Le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, a indiqué lors d’une conférence de presse, aujourd’hui, que le mois de décembre serait difficile en raison de la présence accrue du virus de l’Influenza et de la COVID-19. Toutefois, M.Boileau avait une bonne nouvelle concernant le virus respiratoire syncytiale (VRS) qui touche ...