Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Tous les partis sont d'accord

Il n'est pas question de détruire l'ancien couvent de Saint-Gédéon

durée 16h15
17 février 2023
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

En ce qui concerne l'ancien couvent des Soeurs de la Charité de Saint-Louis à Saint-Gédéon-de-Beauce, les partis s'accordent à le dire, « il est hors de question d'une destruction du bâtiment », selon ce qu'a indiqué Samuel Poulin, député de Beauce-Sud, en entrevue téléphonique avec EnBeauce.com.

Ce dernier a confirmé avoir déjà eu plusieurs rencontres avec la municipalité et qu'il y en a d'autres de programmées à l'avenir. Celles-ci font suite au fait que la municipalité de Saint-Gédéon cherche une nouvelle vocation pour cet édifice qui acceuille présentement la mairie, la bibliothèque, le CLSC et une salle de spectacle. Il faut également s'ajuster à une demande émise par le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) afin d'obtenir le statut d'«immeuble patrimonial» pour le couvent.

« Du moment que c’est un enjeu patrimonial, je suis très sensible au fait que c’est une petite municipalité qui doit supporter le tout. »

Pour le moment, il s’agit de définir les coûts qui seront nécessaires pour effectuer les travaux de rénovation du couvent et l'entretien. Au gouvernement du Québec il y a divers financements qui peuvent appuyer certainement le couvent, mais il reste des rencontres pour bien établir les coûts. « C’est juste que la municipalité doit avoir des scénarios chiffrés, ça me prend des chiffres. Oui il y a le patrimoine, mais oui les petites municipalités ont des réalités de financement. »

Concernant le classement «immeuble patrimonial», « c’est toujours en analyse au ministère de la Culture avec des spécialistes du patrimoine, parce qu’il y a plusieurs possibilités de classement. » 

Samuel Poulin se dit déjà rassuré, car il n’y aura pas de destruction, qu’il faut simplement trouver la bonne vocation pour ce bâtiment. C’est pour cela qu’il travaille en collaboration avec la municipalité. 

Précisons que la demande du GIRAM a été acheminée au ministre de la Culture et des Communications, Mathieu Lacombe, et au Registraire du patrimoine culturel du Québec. Il s’agit de deux demandes de classement en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel du Québec pour un immeuble et un site, tous deux situés à Saint-Gédéon-de-Beauce. La première demande concerne le classement à titre d’immeuble patrimonial, de l’ancien couvent des Sœurs de la Charité de Saint-Louis. La seconde demande vise à faire reconnaître comme site patrimonial l’ensemble paroissial remarquable de Saint-Gédéon-de-Beauce, un des plus représentatifs du début du XX e siècle au Québec.

Rappelons que l’édifice est devenu une propriété municipale en 2013. 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Près de onze heures d'attente à l'urgence de l'Hôpital de Saint-Georges

À 11 h ce matin, le temps d'attente estimé pour un cas non prioritaire, avant de voir un médecin à l'urgence de l'Hôpital de Saint-Georges, était de dix heures et 47 minutes. Les données, recueillies sur le site du gouvernement du Québec, signalent aussi qu'au même moment, le taux d’occupation des civières à l'urgence du centre hospitalier ...

Le 49e groupe Scout de Saint-Georges célèbre l’anniversaire de Baden-Powell

Les jeunes du 49e groupe Scout de Saint-Georges soulignaient l’anniversaire de Baden-Powell avec une sortie au Village Vacances Valcartier, ce samedi 24 février. C’est en l’honneur du fondateur, le militaire britannique Robert Baden-Powell, surnommé « BP », que les scouts commémorent sa date d’anniversaire, soit le 22 février de chaque année, en ...

Portrait de thanatopracteur - Partie 2

Après avoir raconté son histoire, le thanatopracteur Dominic Fleury a présenté à EnBeauce.com l’aspect plus technique de son métier. Il a commencé par démystifier une légende. « On ne vide pas les gens, c’est faux. » En effet, seul un médecin légiste, en cas d’autopsie, peut prélever des organes dans le but de déterminer la cause du décès ou lors ...