Nous joindre
X
Rechercher

Transparence et rigueur, mon oeil!

durée 18h00
19 septembre 2022
duréeTemps de lecture 4 minutes
Par
Pier Dutil

TRANSPRENCE ET RIGUEUR, MON ŒIL!

Lorsqu’un individu se lance en politique, il doit savoir que, tout au long de sa carrière, il devra s’habituer à vivre dans une maison de verre d’où tout le monde peut l’observer. Et, si jamais cet individu a des cadavres dans son placard, il devrait reconnaître que tout finit par se savoir.

Enfin, si l’on reproche à ses adversaires de manquer de transparence et de rigueur, il faut être en mesure de prouver que, de ce côté, on a un comportement exemplaire.

Or, la semaine dernière, le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, a été confronté à ces deux réalités.

TAXES MUNICIPALES

Dans un premier temps, le Journal de Montréal et le Journal de Québec ont révélé qu’Éric Duhaime avait omis de payer des taxes municipales à la Ville de Québec pour deux propriétés. Ces taxes impayées totalisaient plus de 14 000 $.

La première réaction d’Éric Duhaime a été de dire qu’il n’était pas au courant parce que, pour l’une des résidences, c’est le locataire qui devait assumer le paiement des taxes municipales. Or, lorsqu’une résidence est louée, le paiement des taxes relève toujours du propriétaire. 

Quant M. Duhaime a plaidé l’ignorance, il a vite été démenti par le Ville de Québec qui a expliqué que, selon les procédures en place dans les cas de non-paiement des taxes, des avis sont expédiées au propriétaire. Or, la Ville a confirmé que 11 avis avaient été envoyés au propriétaire dans le cas de la première propriété en litige et trois avis pour la deuxième propriété, pour un total de 14 avis. Difficile alors pour M. Duhaime de plaider l’ignorance.

De plus, le chef du PCQ a osé affirmer que le dévoilement de toute cette affaire avait probablement été orchestré par la Ville de Québec dans l’intention de lui nuire. Or, la procédure de la Ville dans le cas de taxes non payées est la même pour tous les propriétaires et les documents reliés à ces cas sont publics et peuvent être consultés sur le site internet de la Ville de Québec. En voulant se positionner en victime, Éric Duhaime m’a fait penser à Donald Trump.

Finalement, le dossier des taxes municipales a été réglé tout récemment, alors qu’Éric Duhaime a reconnu ses torts et payé les taxes et les intérêts.

TAXES SCOLAIRES

D’autres médias, Le Presse+ et Radio-Canada, ont dévoilé un autre cas de taxes non-payées, cette fois au Centre de services scolaire de la Capitale pour 2 411,76 $.

Dans ce cas, le retard était de plus de deux ans et le CSS de la Capitale a eu recours au tribunal pour récupérer son dû. Un huissier est même intervenu sous la menace de saisir les biens concernés.

Finalement, là encore, M. Duhaime a fini par régulariser sa situation en payant les taxes en retard.

HYDRO-QUÉBEC ET PLOMBIER

Comme si les cas des taxes ne suffisaient pas, voilà que l’on apprend que, pendant un an et demi, Éric Duhaime n’a pas payé sa facture d’électricité. En 2012, alors qu’il est au micro de Radio X Montréal, il avoue : «Ça fait un an et demi que je n’ai pas payé mon compte d’Hydro.» Il s’insulte qu’on l’ait débranché, reprochant à Hydro-Québec de ne pas l’avoir avisé, alors que l’on sait tous qu’avant de débrancher une résidence, Hydro-Québec fait des démarches auprès du propriétaire. Encore là, Duhaime joue à la victime. Donald Trump, sors de ce corps!

Finalement, un plombier qui a effectué des travaux dans l’une des propriétés d’Éric Duhaime, Plomberie-Pro, a dû entreprendre des procédures auprès de la Cour des petites créances pour récupérer un montant de 5 600 $. Le tout s’est soldé par une entente entre les deux parties.

DES EXCUSES INADMISSIBLES

Questionné suite à ces révélations, Éric Duhaime déclare, en guise d’explication justifiant tous ces retards de paiements : «Depuis deux ans, je travaille un peu beaucoup. J’aurais dû superviser ça mieux que ça et j’aurais dû aller les payer avant.»

S’il aspire à devenir Premier ministre du Québec, Monsieur Duhaime devrait savoir qu’il devra travailler «un peu beaucoup», voire même beaucoup plus. Est-ce à dire qu’il n’aura pas le temps de payer ses taxes, ses comptes d’Hydro et ses fournisseurs? 

Questionné par Pierre Bruneau lors du Face-à-Face de TVA jeudi dernier à savoir s’il entendait gérer les finances du Québec comme ses finances personnelles, Éric Duhaime a refusé de répondre.

Est-ce que les dérapages du chef conservateur seront susceptibles d’influencer les intentions de vote des électeurs? Je ne crois pas que ce soit le cas de sa base militante. Il a d’ailleurs rassemblé près de 3 000 partisans dans le hall du Centre Vidéotron au lendemain du débat. Cependant, des électeurs hésitants à lui donner leur vote pourraient cocher une autre case au moment de voter.

DONNER L'EXEMPLE

Depuis le début de la campagne électorale, le chef du PCQ se plaît, parfois avec raison, à accuser ses adversaires de manquer de transparence et de rigueur. Avant d’accuser les autres, Éric Duhaime devrait se regarder dans un miroir. Quand tu veux donner des leçons aux autres, tu dois toi-même laver plus blanc que blanc, ce qui est loin d’être le cas présentement pour le chef conservateur.

CORRECTION

Dans ma chronique de la semaine dernière, dans la section portant sur la royauté, j’ai confondu l’oncle d’Élisabeth II, Edward VIII, avec son grand-père, George V. Merci à Éloi Veilleux, grand observateur de la royauté britannique, pour cette précision.
 

Visionnez tous les textes d'opinion de Pier Dutil


PENSÉE DE LA SEMAINE

Je dédie la pensée de la semaine à Éric Duhaime :

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.