Publicité
4 novembre 2015 - 09:56 | Mis à jour : 09:57

Pierre-Olivier Drouin, un entrepreneur qui a du piquant

Julio Trepanier

Par Julio Trepanier, Journaliste multimédia

Twitter Julio Trepanier

Pierre-Olivier Drouin, originaire de Saint-Georges, s’est lancé il y a moins d’un an dans le commerce des sauces piquantes en compagnie de ses associés Alexandre Lemerise et François Ménard.

En seulement huit mois, leur marque Firebarns semble ne laisser personne indifférent puisque le produit a rapidement trouvé sa place dans les épiceries. Leur objectif : changer la perception qu’ont les gens de la sauce piquante.

« Dans ce domaine, nous sommes présentement là où les microbrasseries en étaient il y a sept ans au Québec, c’est-à-dire quand c’était encore un produit un peu marginal », indique Pierre-Olivier Drouin. « Au Québec, nous avons un peu de retard en ce qui a trait à la sauce piquante comparativement au reste du Canada et à l’Amérique […] Avec notre site Internet qui sera en ligne prochainement ainsi qu’avec nos capsules vidéos, notre mission sera de montrer aux gens et de leur donner des idées sur comment cuisiner la sauce épicée puisqu’en général, nous avons aucune idée de ce qu’il faut faire avec ça », ajoute-t-il.

Afin de bien profiter d’une sauce piquante, Pierre-Olivier Drouin estime qu’il faut savoir doser. « Il faut commencer avec une goutte, pour après ça en ajouter une deuxième, une troisième, etc. Quand on en met trop, c’est là que l’on perd l’essence du produit », affirme-t-il.

Par ailleurs, le jeune entrepreneur confie avoir changé ses habitudes de vie après son séjour de près d’un an en Floride, là où les gens mangent très épicé. Cette expérience l’aura notamment incité à se lancer dans un tel type de commerce.

À la conquête du marché

C’est d’abord au sein du restaurant le Shaker Cuisine & Mixologie que Firebarns a fait son entrée sur les tables dans le domaine de la restauration  « Ça été le premier gros client qu’on a eu. Après, d’autres ont suivi le pas et on a fait notre entrée dans certaines boucheries comme Délecta et dans des magasins comme BBQ Québec », mentionne-t-il.

Au moment d’écrire ces lignes, la bouteille au format de 148 ml est maintenant distribuée dans 60 commerces au Québec, incluant principalement les restaurants, les boucheries, poissonneries et saucissiers, distribué par saucespiquantes.ca.

En raison de la demande de la sauce dans le milieu de la restauration, l’équipe de Firebarns a eu l’idée de lancer son produit au format 50 ml afin de partir à la conquête des supermarchés. « Honnêtement, je ne connaissais absolument rien de la façon dont fonctionne le marché au détail en alimentation […] Je me suis pointé au IGA Convivio à Québec pour y présenter mon projet. Au début, le directeur du magasin était réticent, car ça ne lui donnait rien de mettre en tablette mes bouteilles. Après quelques rencontres, il a fait un test avec Firebarns. Même avec peu de publicité, les ventes ont décollé puisque les gens avaient vu le produit sur les tables de certains restaurants à Québec, tel que l’Atelier sur Grande-Allée », raconte-t-il.

En Beauce, les produits de l’entreprise de Pierre-Olivier Drouin sont maintenant distribués au IGA Rodrigue et Groleau ainsi qu’au IGA Rodrigue et filles (50 ml), ainsi que chez Olives et Gourmandises (148 ml).

Firebarns connait une expansion fulgurante après seulement huit mois d’activités. Présentement, ce sont 15 IGA du Québec qui offrent le produit au format 50 ml. On prévoit que le nombre de points de vente passera à plus de 60 au début 2016. La production à la chaîne augmentera donc considérablement au cours des prochaines semaines afin de répondre à la demande.

« Notre marché, c’est le globe terrestre », lance avec assurance Pierre-Olivier Drouin. « Nous n’avons pas la prétention de dire que nous allons devenir Tabasco, car il s’agit d’une compagnie de cinq générations. Toutefois, avec la qualité de ce que nous offrons et notre objectif de démocratiser la sauce piquante, je me dis que nous pouvons aller partout dans le monde. Notre produit est certainement différent des autres», souligne l’entrepreneur beauceron.

Dans chaque IGA, il est possible de retrouver les sauces Firebarns près de Tabasco. Parmi la gamme offerte, on y retrouve la saveur originale qui peut être agencée à tous les mets, sauces à spaghetti, pizzas, tartare de bœuf, « Bloody Ceasar » ; la saveur Rhum & Chipotle qui est destinée aux burgers, nachos et marinades pour grillades ; et finalement, la saveur Scotch Bonnet, soit la plus piquante, qui est conçue pour les tartares de poisson et fruits de mer.

Entrepreneurs de père en fils

Soulignons que le Beauceron qui est derrière ce projet est la troisième génération de la famille Drouin à opter pour l’entrepreneuriat.

« Mon grand-père possédait la compagnie Huiles Bob Drouin qui a été plus tard achetée par mon père Marcel Drouin et son frère (MRG Drouin). En travaillant avec mon père et même avec mon grand-père, j’ai appris ce que c’était l’entrepreneuriat. Cette fibre-là, je l’ai en dedans de moi », conclut avec fierté Pierre-Olivier Drouin.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.