Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 mars 2018 - 16:01 | Mis à jour : 22 mars 2018 - 08:39

Pénurie de main-d’œuvre : se tourner vers les entreprises intelligentes et l’immigration

Par Alex Drouin, Journaliste

Toutes les réactions 1

En conférence de presse ce matin (21 mars) pour le bilan du Centre local de développement Robert-Cliche, les trois intervenants ont bien voulu commenter la pénurie de main-d’œuvre dans la région.

À lire également : En 2017, le CLD Robert-Cliche a davantage écouté les entreprises de la région

« Il faut mettre l’accent  sur l’innovation des entreprises », a tranché le président du CLD, Serge Jacques. Selon des statistiques qu’il a dévoilées aux médias présents, environ 22 % des entreprises québécoises ont effectué ce virage alors que cette statistique est à environ 55 % aux États-Unis et 80 % en Allemagne.

« Les entreprises qui n’ont pas investi sur le plan de l’innovation et qui sont restées avec des méthodes plus traditionnelles cherchent encore de la main-d’œuvre », a ajouté le directeur général, Daniel Chaîné.

Selon un rapport d’Emploi Québec, environ dix personnes terminent leur travail pour sept qui elles, débutent.

« Il va manquer environ 1000 emplois d’ici cinq à six ans dans nos entreprises manufacturières de la MRC Robert-Cliche », a estimé M. Chaîné.

M. Jacques a mentionné que l’innovation devait être au premier plan des entreprises en plus de développer parallèlement le développement de l’immigration.  « Il faut les faire venir en région et c’est extrêmement difficile », a-t-il dit.

Présent lors de la conférence de presse, le préfet de la MRC Robert-Cliche, Luc Provençal, a également commenté cette situation.

« Il faut préparer les communautés à les recevoir et il y a la notion de l’acceptabilité des nouveaux arrivants qu’il faut considérer. Il faut comprendre qu’ils ne viennent pas voler un emploi, mais combler un besoin d’entreprise qui va faire en sorte que l’entreprise va pouvoir maintenir ses activités. »

 

 

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Accepter des emplois à temps partiel aiderait beaucoup et un salaire intéressant que juste le salaire minimum. Ces sur qu'avec l'arrivée des immigrants qui vont être payer moins cher évidement , ne nous aiderons pas à nous trouver du travail pour nous .Moi j'ai un travail à temps partiel à l'hôpital , j'aimerai bien combler avec un travail à temps partiel et un bon salaire ,mais je ne trouve que des boutiques au salaire minimum , mais si il y aurait des shop qui accepterait d'être plus souple pour des heures et attirer des gens avec le salaire ben sa aiderait .je suis sure que la situation va attirer les gens à refaire du travail au noir ,il manque trop de monde .

    Audrey - 2018-03-23 08:02