Publicité

26 juin 2020 - 16:15

Projet de la ligne d’interconnexion des Appalaches-Maine par Hydro-Québec

Début des audiences du BAPE le 21 juillet

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

La commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) tiendra la première partie de ses audiences publiques sur le Projet de la ligne d’interconnexion des Appalaches-Maine par Hydro-Québec, à compter du mardi 21 juillet.

Hydro-Québec TransÉnergie projette de construire une ligne d’interconnexion entre son réseau d’électricité et celui du Maine afin d’accroître la capacité d’échange entre le Québec et la Nouvelle-Angleterre. La mise en service est prévue pour 2022.

Le projet vise la construction d’une ligne de transport d’électricité d’environ 100 km entre le poste des Appalaches, situé à Saint-Adrien-d’Irlande près de Thetford Mines, et un point de raccordement à la frontière entre le Québec et le Maine.

Cette nouvelle ligne d’interconnexion à courant continu, d’une tension de 320 kV, se raccordera à la ligne de transport New England Clean Energy Connect (NECEC) qui sera construite dans l’État du Maine. Des travaux connexes liés à l’ajout au poste des Appalaches d’un convertisseur qui servira à convertir le courant alternatif en courant continu pour alimenter la ligne projetée sont aussi prévus en complément du présent projet.

Zone d’étude
Hydro-Québec a défini une zone d’étude pour déterminer le meilleur tracé de ligne. D’une superficie d’environ 4 850 km², cette zone est délimitée au nord par le poste des Appalaches, à l’ouest par le lac Mégantic, à l’est par la région de la Beauce et au sud par la frontière canado-américaine.

Le parc national du Mont-Mégantic, du côté ouest, en est exclu en raison de sa grande sensibilité sur le plan environnemental. La zone d’étude est suffisamment large pour permettre l’étude d’un tracé de ligne entre le poste des Appalaches et au moins deux points de raccordement possibles à la frontière.

Elle recoupe le territoire de trois régions administratives, soit la Chaudière-Appalaches, l’Estrie et le Centre-du-Québec, de quatre municipalités régionales de comté (MRC), soit les MRC des Appalaches, de Beauce-Sartigan, du Granit et d’Arthabaska, et d’une cinquantaine de municipalités.

Afin de faciliter la participation la plus grande possible à la première partie de l’audience publique, la commission d’enquête recevra, avant que ne débute son mandat le 20 juillet prochain, des questions du public transmises par écrit grâce au formulaire électronique prévu à cette fin ou par boîte vocale du 6 au 13 juillet 2020 inclusivement. Les questions reçues seront intégrées aux questions de la commission et posées en séance.

À l’occasion de la deuxième partie, qui débutera le mardi 18 août 2020, la commission recueillera l’opinion et les suggestions du public. Elle entendra alors toute personne, tout organisme, tout groupe ou toute municipalité qui désire s’exprimer sur le projet, que ce soit sous forme de mémoire ou de présentation verbale. 

La commission d’enquête dispose d’un délai maximal de quatre mois pour accomplir son mandat. Le rapport du BAPE sera remis au plus tard le 19 novembre 2020, au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Par la suite, le ministre disposera de 15 jours pour rendre public le rapport.

L’ensemble du dossier est disponible en version électronique dans le Registre des évaluations environnementales sous la responsabilité du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.