Publicité

24 novembre 2020 - 04:00

Suite à l'annonce du gouvernement

La CCINB et la FCCQ proposent au gouvernement un contrat moral avec les restaurateurs

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Toutes les réactions 1

Alors que le gouvernement propose un contrat moral aux Québécois pour le temps des Fêtes, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie Nouvelle-Beauce (CCINB) souhaitent quant à elles lui offrir un contrat moral avec les restaurateurs.

Le premier ministre, François Legault, a annoncé que les restaurants, les salles de spectacles et les salles d’entraînement situés en zone rouge resteront fermés jusqu'au 11 janvier prochain.

Le gouvernement a par la même occasion autorisé les rassemblements familiaux pour quelques jours durant la période des Fêtes.

Pourtant, les restaurants auraient pu représenter des lieux sécuritaires pour des réunions en famille, étant donné les nombreux investissements sur le plan sanitaire. C’est un coup dur pour plusieurs entreprises, non seulement sur leurs finances, mais aussi sur le plan psychologique selon la CCINB.

« Nous comprenons que les chiffres actuels des cas de COVID-19 ne permettent pas un retour à la normale complet, mais nous croyons que les rassemblements en nombre limité auraient pu se faire sans compromettre la santé publique. Les mesures annoncées afin d’aider financièrement les restaurants affichent des lacunes et des restrictions. Certains d’entre eux ne répondent pas aux critères d’admissibilité et se voient refuser l’aide financière promise. » De dire Nancy Labbé, directrice générale de la CCINB par voie de communiqué.

« Les entreprises en restauration ont investi des sommes significatives pour se conformer aux mesures sanitaires. En effet, de nombreuses entreprises de notre région risquent de ne jamais se relever face à ces longs mois de fermetures successives. Les critères d’admissibilité sont trop serrés. Toutes les entreprises qui ont été forcées de fermer durant la crise méritent une aide juste et équitable », a ajouté Chantal Gravel, présidente de la CCINB.

« Ce n’est pas évident d’observer nos gens d’affaires qui se débattent pour garder la tête hors de l’eau. Pour certains restaurants, la livraison et les mets pour emporter ne sont pas des options envisageables. Nos gyms ne pourront pas non plus tenir bien longtemps. C’est possible de trouver des solutions en respectant les normes sanitaires », de mentionner Nancy Labbé.

Le gouvernement a posé des gestes pour aider les restaurateurs, notamment avec les mesures d’allègements réglementaires pour autoriser les livraisons d’alcool par des tiers, mais force est de constater que ce ne sera pas suffisant.

Voici d’autres pistes de réflexion pour aider les restaurateurs ainsi que des demandes de la communauté d’affaires.

- Durant le temps des Fêtes, offrir la possibilité aux restaurateurs d’accueillir un nombre restreint de personnes dans leurs salles à manger.

- Lorsque la courbe des cas/décès sera sur une pente descendante, s’assurer que l’annonce de la réouverture des opérations en salles à manger des restaurants ait lieu dès que possible, afin de permettre un délai raisonnable aux restaurateurs pour se préparer.

- Au moment de la réouverture des opérations en salles à manger, les restaurants pourraient limiter la fréquentation à un nombre restreint de leur capacité actuelle, suffisamment intéressant sur le plan financier pour reprendre leurs opérations et en fonction de leur réalité régionale.

- Pour l’avenir, éviter de retourner dans une fermeture complète des salles à manger. Une ouverture avec un nombre restreint de clients, tout en appliquant des mesures de protection de la santé publique serait une meilleure avenue étant donné les conséquences sur les emplois et la chaîne d’approvisionnement des restaurateurs.

- Reporter les remises de TPS et TVQ sur les ventes faites par les restaurants, bars et autres entreprises visées par des fermetures forcées, jusqu’au 30 juin 2021.

-  Offrir un congé de taxes municipales. Ils paient des taxes pour des services qu’ils n’utilisent pas présentement.

« Il serait nécessaire que notre gouvernement envoie des signaux positifs à cette industrie, pour une reprise à court terme. Il faut travailler dès maintenant à un scénario de reprise des opérations en restauration au 11 janvier 2021, avec un nombre restreint en salle à manger, car un report au-delà de cette date aurait des conséquences encore plus dévastatrices sur l’industrie. » De conclure la CCINB.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Les restos ne réouvriront pas avant avril 2021....pensez vous vraiment que le 11 janvier toute va réouvrir..le gouvernement va dire que les cas ont explosés à cause des fêtes et on va se retrouver confiner jusqu'en avril....Voulez vous gager ????

    fred - 2020-11-26 20:12