Publicité

9 mai 2021 - 04:00

Le marchand-sellier Théophile Curadeau il y a plus d’un siècle

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

C'est un nom qui ne fait plus partie de l'actualité locale depuis longtemps. Pourtant, il y a bel et bien eu un commerçant de ce nom chez nous il y a plus de 100 ans, c'était le marchand-sellier Théophile Curadeau, familièrement appelé Théo. Il est venu s'installer à Saint-Georges à l'époque de son mariage avec Adèle Deblois en 1880. Voyez son imposant édifice construit vers 1885 sur la 1re avenue, en face de la 123e rue (photo 1, prise entre 1907 et 1912). En fait, il possédait deux immeubles adjacents qui communiquaient l'un avec l'autre. Sa résidence était au second étage du bâtiment à gauche, et son magasin général était au rez-de-chaussée juste en-dessous. Il avait établi sa sellerie dans la partie de droite, plus modeste. Il est d'ailleurs plus facile de reconnaitre la sellerie à cause des harnais, colliers et autres accessoires de chevaux accrochés à la devanture. Son commerce est bien identifié dans la vitrine. Il était voisin de l'horloger Alfred Perron à gauche et de David Roy (propriétaire du pont de bois) à droite, en plein coeur du centre-ville. Une publicité parue dans le journal local du 29 octobre 1908 énumère les principales marchandises en vente à son magasin: Épicerie, biscuits, bonbons, liqueurs, cigares, cigarettes, accordéons, musiques à bouche  etc (photo 2). Un détail important sur la 1re photo: lorsqu'on l'examine attentivement, on peut penser que celle-ci est endommagée en haut à gauche, on dirait qu'elle est froissée ou égratignée. Mais quand on sait qu'il y a eu une éolienne multipale dans ce secteur (qu'on voit bien à la 3e photo prise à la même époque) on réalise que ce qu'on voit au-dessus de la toiture est l'hélice de l'éolienne, qui était juchée juste en arrière, entre les maisons de Curadeau et de son voisin Alfred Perron. Vous pouvez en apprendre davantage au sujet de cette éolienne en cliquant sur le lien suivant : UNE ÉOLIENNE MULTIPALE AU CENTRE-VILLE. À partir des environs de 1912-1913, Curadeau exploita aussi dans son immeuble un restaurant qu'il loua en 1917 à M. Robert Dick pour une durée de 3 ans. C'est probablement au cours de cette période qu'on a installé une affiche faisant la promotion de la «crème à la glace» (photo 4). Puis, le 17 mars 1919, Curadeau a vendu tout l'immeuble à son gendre Albert Rodrigue. Ce dernier l'a vendu à son tour à M. Chrysologue Rodrigue en 1921. Théophile Curadeau a vécu les dernières années de sa vie à Montréal, où il est décédé en 1930. Différents commerces ont occupé son ancien édifice au fil des ans, dont la boucherie de Théodule Drouin dans les années '30. Voici une photo des années '50, on y voit le premier à gauche l'épicerie Drouin et Paquet, au centre le magasin d'articles de sport Paquet Sportif et le dernier à droite l'Imprimerie Moderne (photo 5). Après eux, d'autres s'y sont succédés, dont un magasin de vêtements, un salon de bronzage et un Bar western où un incendie éclata lors de la préparation d'un souper-spaghetti. La bâtisse est restée endommagée pendant quelque temps et finalement, le propriétaire a choisi de démolir, démolition qui a eu lieu les 6, 7 et 8 décembre 2004. Aujourd'hui cet espace est devenu un parc qui fut érigé au cours de l'été 2019, lors de la rénovation du quai Pinon, remplacé par le mur de soutènement (photo 6). À gauche de ce parc, une magnifique murale multicolore a été peinte sur le bout du magasin de jouets Place Bureau, construit sur l'ancien site du magasin Farmer.

Photo 1 du journal l'Éclaireur-Progrès. Photos 3, 4 et 5 du fonds Claude Loubier. Texte et photo 6 de Pierre Morin. Recherches de Pierre Morin et Paulin Poirier.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.