X
Rechercher
Publicité

Pier Dutil

Bonne chance M. Dubé

durée 18h00
4 avril 2022
durée

Temps de lecture :

4 minutes

Par Pier Dutil

BONNE CHANCE M. DUBÉ!

Christian Dubé, ministre de la santé et des Services sociaux, a présenté la semaine dernière son plan de refondation du système de santé québécois, un programme en 50 points.

M. Dubé n’est pas le premier à s’attaquer à ce mammouth qui hante tous les Gouvernements québécois depuis des décennies. Plusieurs de ses prédécesseurs se sont cassés les dents en tentant de changer la culture de ce ministère au sein duquel la résistance au changement demeure un lourd handicap.

TOUT UN CHANTIER

Le ministère de la Santé du Québec accapare présentement 50,6 % du budget québécois et, d’année en année, on y ajoute des milliards de dollars sans parvenir à améliorer les choses. Il devient donc évident que ce n’est pas en continuant à investir des milliards que l’on va améliorer la situation. Il faut avoir le courage de modifier ses façons de faire en utilisant les forces de tous les intervenants impliqués dans la livraison des soins aux patients.

En optant pour 50 mesures clairement exprimées dans son programme, Christian Dubé entreprend tout un chantier. Recruter des milliers de nouveaux employés, modifier la rémunération des médecins, redonner du pouvoir aux dirigeants locaux en décentralisant la livraison des services, utiliser le privé pour rattraper les retards en chirurgie, mettre en place un guichet d’accès à la première ligne, etc., ce ne sont là que quelques mesures permettant de juger de l’ampleur du chantier.

Christian Dubé ne prévoit pas réinventer la roue. Il a relu les nombreux rapports d’études déposés depuis la Commission Clair en 2001, rapports qui dormaient sur les tablettes et dont les principales recommandations n’ont jamais vu le jour, faute de courage des Gouvernements précédents.

Comme si nous avions besoin d’un exemple de plus, la pandémie nous a permis de constater l’inefficacité du système en place. On a frappé le mur de plein front.

BEAUCOUP DE SCEPTICISME

Il ne faut pas s’attendre à ce que le plan de Christian Dubé passe comme une lettre à la poste.

Même si plusieurs intervenants concernés par cette transformation ont semblé accueillir positivement le plan Dubé, il faudra voir comment ces mêmes intervenants réagiront lorsque les mesures les concernant les affecteront. Feront-ils preuve d’ouverture? Seront-ils prêts à collaborer, à modifier leurs façons de faire? Un changement de culture est toujours difficile à implanter et cela est encore plus vrai au sein d’un ministère comme celui de la Santé où chacun tire la couverte de son bord depuis des décennies.

Dans la population, il y a beaucoup de scepticisme face au plan Dubé. Et cela est facile à comprendre puisque, depuis des années, tous les Gouvernements précédents nous ont promis des améliorations qui ne se sont jamais concrétisées.

Même le Gouvernement caquiste renonce à l’une de ses principales promesses faites lors de l’élection de 2018, à savoir que tous les Québécois auraient accès à un médecin de famille avant la fin de son premier mandat. Or, près de quatre ans plus tard, entre 800 000 et 1 000 000 de Québécoises et de Québécois n’ont toujours pas accès à un médecin de famille. Et, souvent, celles et ceux qui en ont un parviennent difficilement à obtenir un rendez-vous. 

Lors de la présentation de son plan, le ministre Dubé a emprunté au Capitaine Bonhomme l’un de ses expressions favorites : «Les sceptiques seront confondus.» J’en prends bonne note, mais je vous avoue que j’ai un sérieux doute.

DES CONDITIONS GAGNANTES

Si le plan Dubé demeure intéressant sur papier, c’est dans sa réalisation que l’on sera en mesure de le juger. Je dois vous avouer que j’ai confiance en Christian Dubé. Le passé de ce gestionnaire parle de lui-même. Il a connu une brillante carrière en affaires. Il a été appelé à gérer des crises, à apporter d’importants changements dans les façons de faire dans diverses entreprises.

Christian Dubé n’est pas venu en politique pour faire de l’argent. Il pourrait gagner des millions par année dans le privé. Il fait de la politique pour améliorer les choses et, à ce titre, j’ai tendance à lui faire confiance.

De plus, il a la confiance de son Premier ministre, François Legault, lequel semble disposé à lui donner toute la marge de manœuvre dont il aura grandement besoin.

Enfin, comme je le mentionnais précédemment, la pandémie nous a permis de constater que l’état actuel de notre système de santé laissait grandement à désirer. 

En considérant tous ces aspects, je suis disposé à donner une chance au coureur. Mais ma confiance ne me rend pas aveugle. Comme M. Dubé nous l’a promis, il faudra voir des changements rapidement. La mise en place du plan Dubé s’échelonnera jusqu’en 2025, mais les Québécoises et les Québécois n’attendront pas jusque-là avant de percevoir des améliorations.

Et si je suis disposé à donner une chance au coureur, c’est tout simplement parce que, s’il réussit son pari, vous et moi en bénéficierons.

Quant aux partis d’opposition qui ont tenté de dénigrer le plan Dubé dès son annonce, je leur suggère de se garder une petite gêne puisque, si le système de santé québécois est dans un état si pitoyable, Libéraux et Péquistes, qui se sont succédés au pouvoir depuis 40 ans, en sont les premiers responsables.
 

Visionnez tous les textes d'opinion de Pier Dutil


PENSÉE DE LA SEMAINE

Je dédie la pensée de la semaine à tous les artisans de la résistance au changement :

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


La « Situationship »

La « Situationship » «Le mois dernier, Marie a rencontré Simon, un homme fantastique avec qui elle passe beaucoup de temps et qui la fait sentir comme une princesse. Activités de couple, affection à profusion, relations sexuelles et mots doux sont au rendez-vous. Marie développe des sentiments et est certaine que son homme aussi…jusqu’à ce ...

23 mai 2022

Jusqu'où iront les hausses de prix ?

JUSQU’OÙ IRONT LES HAUSSES DE PRIX? De semaine en semaine, lorsque je fais mes emplettes à l’épicerie et le plein de mon réservoir à essence, je ne puis m’empêcher de constater que les prix sont constamment en hausse. Selon les dirigeants d’entreprises, toutes les raisons sont bonnes pour justifier de telles hausses : les problèmes ...

22 mai 2022

Les magasins de Thibaudeau et Frère d'il y a 100 ans

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Les Thibaudeau «cayens» (de descendance acadienne) ont été très actifs dans l’histoire de notre ville. Deux d’entre eux, Philippe et Georges fils ont brassé de grosses affaires il y a un siècle sous le nom de «Thibaudeau et Frère». Cette entreprise a eu au ...