Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pier Dutil

Les cheveux, un attrait sexuel?

durée 18h00
27 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Pier Dutil

LES CHEVEUX, UN ATTRAIT SEXUEL?

Chers confrères mâles hétérosexuels, vous tripez sur les seins, les fesses, les jambes ou une autre partie du corps de la femme, je vous comprends. Mais il y en a d’autres chez qui la testostérone s’active à la simple vue de cheveux de femme.

Pour ces derniers, au lieu de s’écrier «Couvrez ce sein que je ne saurais voir» comme le faisait Tartuffe, personnage créé par Molière, ils exigent que les femmes se couvrent le cuir chevelu. Et pas question qu’une simple petite mèche ne soit visible.

DES ULTRARELIGIEUX

Cette fixation sur la chevelure féminine se retrouve généralement au sein de religions, mais surtout au sein de factions extrêmes qui regroupent souvent des ultrareligieux.

Chez les musulmans, le port du voile cachant les cheveux n’est pas une exigence généralisée. Cependant, au sein de certains groupes extrémistes, dont plusieurs dirigent des pays comme l’Iran et l’Afghanistan, le port du voile est obligatoire.

Dans une chronique précédente publiée en janvier, je faisais mention du cas d’une jeune femme iranienne arrêtée par la police des mœurs parce que son voile laissait dépasser une couette. Quelques jours après son arrestation, Mahsa Amini, 22 ans, décédait des suites de mauvais traitements.

Sa mort a soulevé un vaste mouvement de protestation dans tout le pays, mais la répression des dirigeants religieux a été à ce point sévère que des centaines de personnes ont été arrêtées, emprisonnées et certaines ont été exécutées. Tout cela pour quelques mèches de cheveux.

LES PERRUQUES OBLIGATOIRES

Chez les juifs hassidiques orthodoxes, dont la présence ne passe pas inaperçue dans certains quartiers de l’île de Montréal, notamment à Outremont, les femmes doivent porter une perruque à longueur de journée.

Là aussi les cheveux attisent les hommes. Dès son mariage, la femme doit se procurer des perruques qu’elle portera tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de sa résidence. En réalité, elle pourra retirer sa perruque uniquement une fois dans sa chambre. Même ses garçons ne doivent pas voir sa chevelure naturelle. C’est un privilège réservé à son époux.

Pour justifier une telle exigence, on dit que la femme peut être «belle», mais qu’elle ne doit pas être «attirante.» Chez certaines factions extrémistes, on exige même que les femmes se rasent le crâne. 

DEPUIS VATICAN II

Il n’y a pas que chez les extrémistes musulmans et juifs où les cheveux des femmes troublent certains hommes. Chez les catholiques romains, jusqu’au concile oecuménique Vatican II organisé par le pape Jean XXIII en 1962, les femmes qui se présentaient dans les églises ou autres lieux du culte devaient porter un chapeau ou un couvre-chef. Pas nécessaire que toute la chevelure soit couverte, mais pas question d’entrer à l’église tête nue pour une femme.

Et que dire des femmes qui choisissaient de consacrer leur vie à Dieu en devenant membre d’une congrégation religieuse. Elles se voyaient affubler d’un costume souvent ridicule qui assurait de cacher entièrement leur chevelure à l’aide de ce qu’on appelait à l’époque une cornette. 

De tout leur corps, on ne voyait que la peau des mains et du visage. Le reste était couvert de la tête aux pieds par des costumes à plusieurs couches comme des oignons.

Pendant ce temps, aucune exigence du genre ne s’appliquait aux prêtres et/ou aux frères. 

Heureusement, chez les catholiques, ces folies vestimentaires ne sont plus que des souvenirs d’une époque révolue. Par contre, ces vestiges du passé sont toujours présents au sein d’autres religions.

LA PLACE DES FEMMES

Depuis des siècles, les religions n’ont jamais su faire place aux femmes. On les traite comme des servantes, sans plus.

Heureusement, certaines religions ont fini par ouvrir leurs portes aux femmes. Chez les anglicans d’Angleterre, les femmes peuvent être ordonnées prêtres depuis 1992. On y retrouve même des femmes évêques depuis 2015. Il était temps.

Malheureusement, il ne faut pas s’attendre à voir une telle évolution chez les musulmans, les juifs et les catholiques. Pourtant, tout le monde constate un manque de plus en plus flagrant de prêtres chez les catholiques. Il suffirait de faire appel aux femmes pour combler en grande partie ce manque de relève.

 Visionnez tous les textes d'opinion de Pier Dutil


PENSÉE DE LA SEMAINE

Je dédie la pensée de la semaine aux gens qui accordent une trop grande importance aux cheveux :

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 9h00

L’aliénation parentale, parlons-en !

L’aliénation parentale, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi s’agit-il d’un sujet chaud dans l’actualité ? Commençons par la base. La violence conjugale à plusieurs effets collatéraux sur la victime. Cela s’étend bien au-delà de la perte de confiance en soi et de la peur. Les répercussions se font même sentir dans les liens sociaux et le rapport ...

durée Hier 8h00

La fameuse grange à Ti-Douard

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Depuis le temps qu'on en entend parler, la voici enfin cette fameuse grange à Ti-Douard. Avec les années qui passent, il y a de moins en moins de gens qui peuvent se vanter d'y être allés, faut que vous ayez 60 ans ou plus. C'était une salle de danse et de réceptions ...

22 juin 2024

Être l’enfant d’une personne qui présente un trouble majeur de santé mentale

«La santé mentale d’une personne s’apprécie à sa capacité d’utiliser ses émotions de façon appropriée dans les actions qu’elle pose (affectif), d’établir des raisonnements qui lui permettent d’adapter ses gestes aux circonstances (cognitif) et de composer de façon significative avec son environnement (relationnel)»1. L’apparition d’un trouble ...