Publicité

30 mars 2021 - 11:30

Grève du personnel

Les employés des cégeps revendiquent une meilleure considération de leur travail

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Toutes les réactions 1

Les membres du Syndicat du personnel professionnel du Cégep Beauce-Appalaches (SPPCBA) tiennent aujourd'hui une journée de grève pour dénoncer l'impasse aux tables de négociation. Pour cette raison,  toutes les activités ont été annulées pour la journée sur les trois campus, a fait savoir la direction de l’établissement.

Cela fait maintenant un an que des professionnels des cégeps sont en négociation suite à la fin de leur contrat en mars 2020. La partie patronale ne semble pas vouloir se plier aux solutions proposées par les employés de ces collèges, « mais ils ne proposent pas d’autres solutions non plus » d'après les grévistes. 

C’est pour faire entendre leurs voix plus haut que le président par intérim de la Fédération du personnel professionnel des collèges (FFPC) et membre du SPPCA, Éric Cyr, a tenu un discours ce matin sur le parvis du campus à Saint-Georges.

« En 2019, le gouvernement du Québec, qui nageait dans les surplus, a littéralement coupé les salaires de plusieurs corps d’emplois de professionnels dans les cégeps. Résultat, leurs conditions de travail sont de moins en moins compétitives sur le marché de l’emploi. Cela cause un fort taux de roulement, des difficultés de recrutement et de rétention, de fréquentes pertes d’expertise et bien sûr, une surcharge de travail pour celles et ceux qui restent » , a-t-il exprimé. « Monsieur Legault ça fait un an et demi qu'on discute, il est temps de donner des vrais mandats au temps des négociations, on veut régler. Il faut que ça change maintenant! »

Les huit mille employés répartis dans 35 syndicats de la FPPC qui font la grève aujourd’hui revendiquent le bien-être des étudiants qui passent par de meilleures conditions de travail pour les professionnels qui les aident au quotidien. 

« Depuis un an, les employés sont engagés à fond, en pleine pandémie, pour transformer les cégeps et s’assurer qu’ils fonctionnent bien malgré la situation. Dans les cégeps, les professionnels que nous représentons ce sont des conseillères d’orientation, des travailleuses sociales, des psychologues, des conseillères pédagogiques, des analystes informatiques, des aides pédagogiques individuelles, des conseillères aux services adaptés, des comptables, des chercheurs, des conseillères à la vie étudiante, des conseillères aux communications, bibliothécaires, etc. », d’ajouter le président de la FPPC.

Conseiller pédagogique au Cégep Beauce-Appalaches, Éric Cyr a été libéré de ses fonctions depuis le mois de septembre dernier afin de se consacrer à ces négociations. À ce jour, il y a déjà eu plus d’une cinquantaine de rencontres infructueuses. Ainsi, l’ensemble des membres qu’ils représentent souhaite que le gouvernement prenne part et que des solutions soient enfin mises en place. 

Rappelons qu'un discours se tenait également à Montréal et Québec ce matin pour lancé ce mouvement.

Qui plus est, notons que le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep Beauce-Appalaches, étant affilié à la CSN, ne participe pas à cette journée de grève.

À lire également
Grève dans les cégeps: le mouvement lancé à Saint-Georges demain

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Au début de la pandémie, ma conjointe et moi avons perdu notre emploi et pendant des mois avons eu recours à la PCU pour nous aider un peu à faire vivre notre famille et pendant ce temps le personnel du cégep recevait plein salaire et même si les étudiants n'étais plus dans la bâtisse. Pour ma part, personne n'a considéré ma perte de travail. Regardez autour de vous et cessez de vous regarder le nombril.

    Ghislain - 2021-03-30 12:14