Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Chaudière-Appalaches

Près du tiers des professionnels en éducation songent à quitter leur emploi

durée 12h00
21 avril 2021
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Les conditions de travail des professionnelles et professionnels de l’éducation œuvrant dans les écoles de la région de Chaudière-Appalaches ne sont pas plus faciles qu’ailleurs au Québec alors que 29 % d’entre eux songent à quitter leur emploi.

C'est ce qui ressort d’une enquête menée par la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) et le Syndicat du personnel professionnel de l’éducation de Chaudière-Appalaches (SPPÉCA-CSQ) auprès de leurs membres à l’emploi des centres de services scolaires de la région.

Les résultats ont été dévoilés ce matin lors d'une conférence de presse du président de la FPPE-CSQ, Jacques Landry, et du président du SPPÉCA-CSQ, Jean-François Jomphe, qui estiment que la situation est « très préoccupante. » Parmi celles et ceux qui songent à quitter leur emploi pour une autre raison que la retraite, 63 % souhaiteraient occuper un emploi similaire dans le secteur privé, alors que 37 % préféreraient un emploi différent dans le secteur public.

Jean-François Jomphe ajoute que la grande majorité des membres interrogés déplorent de ne pas pouvoir intervenir auprès de tous les élèves ayant des besoins, ni même agir dans un contexte de prévention. Cette catégorie de travailleurs fait partie du personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (entre autres, psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d'orientation, orthopédagogues, etc.).

Ainsi, le sondage indique que 79 % des répondantes et répondants soutiennent que seuls les élèves qui présentent les problèmes les plus urgents ont accès aux services. Autres données : 69 % disent ne pas avoir le temps de faire d’interventions préventives et 72 % reconnaissent qu’il leur est impossible de faire le nombre de suivis qu’ils jugent requis.

Toujours selon l'enquête, pour ce qui est de la surcharge de travail, 55 % des répondantes et répondants l’attribuent au fait qu’il y a un manque de ressources professionnelles, alors que 64 % précisent que c’est particulièrement le cas dans leur propre corps d’emploi.

Autre point : les personnes interrogées sont d’avis que le manque de ressources professionnelles est causé par le non-remplacement des personnes absentes (64 % des répondantes et répondants), l’incapacité à combler les postes (61 % des répondantes et répondants) et la difficulté à retenir les professionnelles et professionnels en poste (59 % des répondantes et répondants). Finalement, les personnes consultées déplorent des problèmes d’organisation du travail causés par des conflits de rôles ou des frontières de fonctions floues (selon 57 % des répondantes et répondants), par un temps trop important consacré à des tâches administratives (selon 43 % des répondantes et répondants) ou par des outils de travail et des locaux inadéquats (selon 42 % des répondantes et répondants).

Pour sa part, le président de la FPPE-CSQ soutient que la situation difficile vécue dans la région de Chaudière-Appalaches est semblable à celle vécue par le personnel professionnel partout à travers le Québec. « Notre sondage, qui a reçu plus de 3 000 réponses, indique qu’un pourcentage élevé de nos membres songe à quitter son emploi, pourcentage qui varie entre 23,5 % et 51,2 % selon les corps d’emploi. Les raisons invoquées, par ordre d’importance, sont la lourdeur du travail (63 %), le manque de reconnaissance (49 %) et le salaire (41 %). C’est dire à quel point la situation est sérieuse », de commenter Jacques Landry.

En Chaudière-Appalaches, ce sont 170 des quelque 800 membres à temps plein et à statut précaire qui ont répondu au sondage.

En terminant, Jacques Landry presse le gouvernement du Québec de profiter de la négociation en cours pour discuter sérieusement avec les porte-parole de la FPPE-CSQ afin d’identifier des mesures concrètes, notamment pour régler les problèmes urgents de manque de ressources professionnelles. « Actuellement, les discussions, aux tables de négociation, piétinent. Le gouvernement ne propose rien de concret pour améliorer la situation actuelle, qui ne cesse de se détériorer », conclut le président de la FPPE-CSQ.

commentairesCommentaires

2

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

  • R
    Rene.
    temps Il y a 2 ans
    Impossible… Ils ne sont pas francs dans leurs réponses. Ils n'ont pas assez de got's pour retourner au privé et perdent toutes leurs avantages.
  • RL
    Rita lapointe
    temps Il y a 2 ans
    Les masques ne sert qu'à étouffer et tuer à petit feu les jeunes. Laissez les respirer NON AU PORT DU MASQUE

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 février 2024

Un premier encan-bénéfice qui rapporte près de 10 000 $

Le tout premier encan-bénéfice de la Fondation du Cégep Beauce-Appalaches, qui s'est tenue le 20 février, a permis de récolter un montant total de 9 130 $, à travers la vente d'une douzaine d’œuvres d'art créées par des artistes du programme préuniversitaire en Arts visuels. L'événement était sous le marrainage de Catherine Veilleux et Sabrina ...

29 février 2024

Des élèves récompensées à l’Expo-sciences Desjardins

Cette semaine se terminait l’Expo-sciences Desjardins  dans différentes écoles secondaires du Centre de services scolaires de la Beauce-Etchemin (CSSBE). Au  total, ce sont 13 élèves qui ont présenté divers sujets de nature scientifique devant les juges. Parmi ceux-ci, certaines se sont particulièrement démarquées autant par le choix du sujet que ...

28 février 2024

Le CSSBE approuve un contrat à 1,5 M$ pour le stade des Deux-Rives

Le terrain de football synthétique de l’école des Deux-Rives à Saint-Georges sera réalisé par Excavation Bolduc inc, de La Guadeloupe, au coût de 1 504 014,59$.  La soumission a été approuvée par le conseil d’administration du Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin (CSSBE) lors de sa réunion du mardi 27 février. « Je pense que les ...