X
Rechercher
Publicité

Le rassemblement se tenait à la ferme Réal Marquis et Fils

Une soixantaine de producteurs agricoles rassemblés pour défendre leur profession

durée 17h00
10 octobre 2019
Gabrielle Denoncourt
durée

Temps de lecture :

3 minutes

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste
5ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

Voir la galerie de photos

C’est sur la ferme laitière Réal Marquis et Fils à Saint-Georges qu’une soixantaine de producteurs agricoles sont venus écouter différents intervenants qui ont présenté leur perception face à la possibilité de l’abolition de la gestion de l’offre.

Notons que le chef et candidat du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, est celui qui a lancé cette éventualité. Cela a débuté lors de sa course à la chefferie pour le Parti conservateur du Canada en 2017. Ainsi, les agriculteurs voulaient aujourd’hui démentir tout ce qui se dit depuis des mois sur leur compte.

La détresse des producteurs agricoles

Marquis Roy, producteur laitier était l’hôte du rassemblement. Il a livré le premier message en parlant des deux dernières années qui ont été plus difficiles et de la perte de motivation sans un sentiment d’appui.

« Ça nous prend de l’appui. Dans ces temps ici, depuis deux ans qu’on s’est aperçu que l'appui n’était pas là. C’est plus dur pour nous autres et ça l’a un impact économique pour nos entreprises parce qu’on ralentit », a-t-il lancé avec émotion.

Cet appui, il le retrouve dans la gestion de l’offre qu’il considère comme un bon système qui lui offre une stabilité et une paye garantie à la fin du mois.

« Pourquoi ils ont établi ça ? Ce n’est pas compliqué, c’est pour qu’on puisse en vivre le mieux possible. Pour pas qu’on devienne les esclaves du domaine agricole », en parlant des générations précédentes.

M. Roy est persuadé qu’il n’aurait pas été en mesure de se rendre où il est présentement sans ce système et a l’intention de continuer à le défendre surtout pour la relève agricole.

L’importance de la structure

Il s’est suivi de Françis Roy qui est dans le domaine acéricole qui se dit chanceux d’avoir un si bon système et une structure, mais qu’il sent menacé par le député sortant de Beauce.

« On a un candidat politique comme c’est là qui veut détruire ça si jamais il rentre au pouvoir. Qui rentre ou non on ne se laissera pas avoir c’est sûr. Notre système est bien fait et établi. Je ne sais pas pourquoi il se sert de cela dans sa campagne, de la mafia, du cartel du sirop d’érable. Ce système on l’a voté », dit-il sans jamais dire le nom de M.Bernier.

Selon lui, sans cette structure les producteurs de sirop n’auraient pas été en mesure dans les trois dernières années de vendre autant.

Un observateur de la vie des agriculteurs

Jean-Christophe Magnan, d’Agri-Marché, a mentionné la pression que vivent les agriculteurs sur leurs performances, les normes qu’ils doivent suivre et de tenter de rester compétitif.

« C’est sûr que la gestion de l’offre c’est ce qui vous protège et vous permet de continuer d’investir. »

Des consommatrices à la défense de l’achat local

Deux consommatrices sont venues les soutenir. Marie-Hélène Maheux a prôné l’importance de l’achat local :

« L’importance de favoriser l’achat local, c’est de s’assurer de garder la bonne santé de notre grenier collectif. »

Tandis que Mme Bilodeau a rappelé que si les gens n’achètent pas local, l’argent donné ne retournera pas dans les poches des entreprises locales que ce soit les épiceries, les magasins, etc.

Le système de libre-marché : moins coûteux pour les consommateurs ?

La présidente du Grand Marché Beauce-Sartigan et productrice de porcs, de bœufs et de fraises, Barbara Bourque, a terminé les présentations en faisant un parallèle avec son domaine qui est dans un système de libre-marché. Les producteurs de porc possèdent une assurance stabilisation qui est payée en partie par eux, mais également par les fonds publics du gouvernement lorsqu’ils sont en période de creux.

« Quand on est en crise dans des productions non organisées, vous payez deux fois par vos taxes : par les biais que le gouvernement qui veut nous aider parce qu’on est en crise et par le biais de notre assurance stabilisation que vous avez payé une partie parce que le gouvernement en met une part dans l’assurance stabilisation. » 

Un enjeu qui fait parler

Le questionnement de la pertinence de la gestion de l’offre continuera d’alimenter la campagne électorale, mais les producteurs beaucerons continueront de la défendre.

commentairesCommentaires

5

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • PB
    Pro Bernier
    temps Il y a 2 ans
    Je vote Bernier, il est temps que ce système désuet soit aboli!
  • G
    Gaston
    temps Il y a 2 ans
    Que propose t-il pour remplacer ce système car n'oublions pas que 3000 emplois sont en lien avec le système de la gestion de l'offre. Quel serait la conséquence économique avec ces emplois en moins dans le région ???
  • BT
    Bernyce Turmel
    temps Il y a 2 ans
    Producteurs agricoles oui nous avons choisit oui ont travaillent et pourquoi quand ont a une chose qui fonctionne bien pourquoi changer??? Mr Bernier allez voir ailleurs si tout est mieux que chez nous mes valeurs beauceronnes je les aies et je veux les garder donc changer de pays
  • JFM
    Jean-François Mathieu
    temps Il y a 2 ans
    C'est pour quand le volet bien être producteur parce que là moi j'en ai ras le bol en esti des registres et des programmes,du paef, bilan de phosphore ,pro-action,lcq , bien être animal ,bio-securité,etc etc etc.
  • MG
    Monsieur G.
    temps Il y a 2 ans
    Arrêter de penser à vous-même. Les plus pauvres ont besoin de payer moins cher. Un avamtage pour quelques un ou pour tout le pays? Le choix équitable est facile à faire, laisser tomber la gestion de l'offre! Max ne vous laissera pas tomber, il vous mettra sur un pied d'égalité avec les autres en vous aidant dans la transition.

    Ces programmes supportent une minorité et pénalisent un majorité.
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 janvier 2022

Les élections de l’année

Nous avons eu droit à deux campagnes électorales cette année au Québec: l’une prévue sur la scène municipale pour le 7 novembre, l’autre surprise sur la scène fédérale, annoncée en plein mois d'août pour le 20 septembre. Élections fédérales — 20 septembre Des élections fédérales le 20 septembre Moins de deux ans après le dernier scrutin, le ...

10 novembre 2021

Légère augmentation du nombre de femmes élues en Chaudière-Appalaches

À l'issue du scrutin municipal de dimanche, le nombre de femmes qui ont été élues en Chaudière-Appalaches a augmenté d'environ 3 % par rapport à l'élection quatre ans passées. Ainsi, la région administrative est passée de 28 % d’élues en 2017 à 30,9 % en 2021, selon les données que vient de publier le Réseau des groupes de femmes ...

8 novembre 2021

Un taux de participation au vote de 92,3% dans la municipalité du Lac-Poulin

La municipalité du Lac-Poulin pourrait bien être l'endroit où le taux de participation au scrutin électoral d'hier est le plus élevé au Québec. En effet, 180 des 196 personnes officiellement inscrites sur la liste électorale se sont prévalues de leur droit de vote, ce qui se traduit par un taux de participation de 92,3%. Toutefois, personne au ...