Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Endettement croissant et de rentabilité amoindrie

Élections québécoises: il faut favoriser la résilience des entreprises agricoles, demande l'UPA 

durée 05h00
7 septembre 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Salle des nouvelles

L’Union des producteurs agricoles (UPA) demande au prochain gouvernement de favoriser la  résilience des entreprises agricoles du Québec en assurant un financement récurrent et ponctuel à la hauteur des besoins, en  raison notamment du sous-investissement des dix dernières années, de la période inflationniste historique et de son impact  direct sur les coûts de production. 

« Dans un contexte d’endettement croissant et de rentabilité amoindrie, on demande aux entreprises agricoles de  contribuer davantage à l’autonomie alimentaire, d’être toujours plus compétitives, de répondre aux attentes sociétales, de  s’adapter aux changements climatiques et de saisir toutes les occasions sur les marchés. Le soutien pour atteindre tous ces  objectifs n’est tout simplement pas au rendez-vous », a déclaré le président général de l’UPA, Martin Caron. 

Depuis l’automne 2021, le prix moyen de l’alimentation animale, des engrais et du carburant a grimpé d’environ 50 %. Ces  hausses représentent près de 1,5 G$ en dépenses additionnelles sur une base annuelle. Du côté des taux d’intérêt, la situation  pourrait se détériorer rapidement, car chaque augmentation de 1 % diminue le revenu agricole net d’environ 19 % (250 M$). 

Les agriculteurs doivent aussi pouvoir compter sur des programmes de gestion des risques d’entreprise (GRE) qui leur  permettent de faire face aux difficultés inhérentes à leur métier et de traverser les crises. Ce qui n’est pas le cas présentement.  Les programmes actuels ne permettent plus de gérer efficacement les risques climatiques (aléas météorologiques  imprévisibles), phytosanitaires (maladies des cultures ou animales), économiques (inflation) et commerciaux (instabilité des  marchés) qui mettent en péril la rentabilité des entreprises agricoles. 

« Les budgets dévolus au secteur agroalimentaire sont sensiblement les mêmes qu’en 2010, malgré l’adoption, en  avril 2018, d’une politique bioalimentaire ambitieuse. Il faut corriger le tir rapidement », a continué M. Caron, tout en  insistant sur l’importance de reconnaître le professionnalisme des productrices et des producteurs. Rappelons à cet égard  que le projet de loi 41 (réforme de la Loi sur les agronomes) déposé en juin dernier nie l’expertise des agricultrices et des  agriculteurs et limite leur autonomie, ce qui ne répond absolument pas aux besoins et aux attentes exprimées. 

« La solidité de la filière agroalimentaire du Québec repose sur chacun de ses acteurs. Les récentes années ont fortement  perturbé les chaînes d’approvisionnement et c’est grâce à leur immense résilience que les producteurs et les  transformateurs alimentaires du Québec ont pu poursuivre leur mission : nourrir le Québec! », souligne Mme Sylvie Cloutier, présidente-directrice générale du Conseil de la transformation alimentaire du Québec. « L’augmentation  vertigineuse du coût des intrants, la nécessité de la transformation numérique de nos entreprises et le manque de main d'œuvre sont des enjeux communs à nos deux secteurs. L’interdépendance étroite qui existe entre la transformation et la  production alimentaire au Québec a permis de bâtir une industrie qui se chiffre en milliards de dollars annuellement et en  centaines de milliers d’emplois. L’agroalimentaire est un pilier économique incontournable de la société québécoise. » 

C’est pourquoi l’UPA demande : 

• d’augmenter de 50 % (500 M$) les budgets dévolus au secteur agroalimentaire québécois; 

• de verser rapidement une aide spécifique aux entreprises agricoles pour pallier la hausse fulgurante des coûts de  production et la montée vigoureuse des taux d’intérêt; 

• d’actualiser, d’indexer et d’adapter les programmes de GRE; 

• de répondre positivement aux demandes de plusieurs secteurs de production, en l’occurrence apicole et pomicole; • un programme d’encouragement à l’automatisation, la robotisation et les nouvelles technologies; 

• de faciliter à tous les égards le recours aux travailleurs étrangers temporaires.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


5 octobre 2022

Recomptage dans Beauce-Nord: c'est le bureau national du PCQ qui décidera

La décision de demander ou pas un recomptage judiciaire dans la circonscription de Beauce-Nord, à la suite du résultat du scrutin de lundi soir, sera prise par le bureau du chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime. C'est du moins ce qu'à laissé savoir le candidat défait dans le comté, Olivier Dumais, dans le message de remerciements ...

4 octobre 2022

Jonathan Poulin accepte le verdict des électeurs de Beauce-Sud

Dans un message vidéo diffusé sur sa page Facebook en après-midi aujourd'hui, le candidat du Parti conservateur du Québec dans Beauce-Sud, Jonathan Poulin, a fait part qu'il acceptait le choix des électeurs qui ont réélu, par une faible majorité de 425 voix, le député sortant de la CAQ, Samuel Poulin. C'est après avoir assisté au dépouillement ...

4 octobre 2022

Le maire de Saint-Georges félicite Samuel Poulin de sa réélection

Le maire de Ville de Saint-Georges, Claude Morin, félicite le député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, pour sa réélection, lundi soir. « J’ai félicité Samuel tard en soirée lundi pour sa victoire. Il a été fort et courageux de poursuivre cette campagne malgré la maladie de son père qui est décédé quelques jours avant la fin de ...