Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Union des producteurs agricoles

La zone agricole perd 12 terrains de football par jour depuis 25 ans 

durée 04h00
15 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Salle des nouvelles

Dans le cadre de l’actuelle consultation nationale sur le territoire et les activités agricoles, à la lumière des changements climatiques et pour des raisons d’autonomie et de sécurité alimentaires, l’Union des producteurs  agricoles (UPA) demande au gouvernement du Québec de défendre intégralement le territoire agricole, incluant la primauté  de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, et de renforcer les mécanismes nécessaires à sa protection. 

« Avec seulement 0,24 hectare (ha) en culture par habitant, le Québec a un ratio 15 fois plus bas que l’Alberta, 6 fois plus  bas que le Canada, 2 fois plus bas que la France et 5 fois plus bas que les États-Unis. Considérant que la Commission de  protection du territoire agricole du Québec a déjà un taux d’autorisation moyen de 74 % des demandes soumises, il est  impératif d’écarter les faux arguments de celles et ceux qui voient encore le territoire agricole comme une zone en attente  de développement », a déclaré le président général de l’UPA, Martin Caron. 

Rappelons que la zone agricole ne représente qu’environ 4 % du territoire québécois. Les agricultrices et les agriculteurs n’ont  accès qu’à la moitié (2 %) de cette superficie en raison, notamment de nombreux obstacles comme des lacs, des cours d’eau,  des milieux humides, des boisés, des surfaces rocheuses, des sablières, des commerces, des industries, des lignes de transport  d’électricité, de gaz ou de pétrole, des routes, des autoroutes, des résidences, etc. 

Malgré cet accès limité, la zone agricole continue d’être grugée par l’étalement urbain, l’activité de spéculateurs financiers et  immobiliers, les projets industriels et la construction d’infrastructures, entre autres pour le transport. Les documents fournis  dans le cadre de la consultation soulignent à cet égard que « l’étendue de la zone agricole est relativement stable depuis  1988 » en raison des exclusions (24 651 ha) et des inclusions (28 235 ha). 

Cette analyse fait toutefois abstraction des milliers d’hectares sacrifiés pour des utilisations non agricoles (UNA) en zone verte  (drainages de terrains municipaux, servitudes de passage, etc.), qui amputent un territoire donné de ses activités agricoles  sans pour autant procéder à un dézonage (exclusion) en bonne et due forme. Dans les faits, en raison de ce recours croissant  à des exclusions « déguisées », la zone agricole est déficitaire d’environ 57 000 ha depuis 1998 (l’équivalent de 12 terrains de  football [É.-U.]* par jour). 

Par ailleurs, les références persistantes du gouvernement québécois à la protection des « meilleures » terres agricoles, ainsi que l’insistance des documents de consultation sur la qualification des sols (1 à 7, soit du plus au moins productif et polyvalent  pour la pratique de l’agriculture), sont très préoccupantes. D’une part, cette façon de faire ne suffit pas à établir véritablement  le potentiel, les possibilités et les occasions d’utilisation des sols en zone agricole. D’autre part, elle justifie les prétentions d’un  certain nombre d’intervenants, plus particulièrement dans le milieu municipal, qui réclament plus de flexibilité pour les sols  dits « de moins bonne qualité ». Rappelons par ailleurs que ces sols sont notamment propices à certaines des cultures les plus emblématiques du Québec (ex. : érable, bleuets, canneberges). 

« Le gouvernement du Québec doit réaffirmer clairement que toutes les superficies agricoles sont importantes et propices  pour des activités agricoles et forestières, indépendamment de leur classification. Il doit aussi freiner l’étalement urbain et  le recours grandissant aux UNA, tout en introduisant le principe de « zéro perte nette » en zone verte, c’est-à-dire aucune  nouvelle perte de superficie agricole ou forestière. La protection intégrale de notre garde-manger, en tant que véritable  priorité nationale, ainsi qu’une gestion plus saine et raisonnée de l’urbanisation, sont essentielles à l’avenir alimentaire des  Québécoises et des Québécois d’aujourd’hui et de demain », a conclu M. Caron. 

*1 terrain de football (É.-U.) = 1,9 hectare 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 juin 2024

Les entreprises invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage

Les entreprises de la région sont invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage, qui a pour mission d’aider les producteurs forestiers de la Beauce à effectuer du reboisement adapté aux changements climatiques. C'est le défi qui a été lancé par le président du manufacturier de planchers de bois franc de Saint-Georges, alors que débute la 3e ...

11 juin 2024

Québec lance sa consultation des règles pour les zones inondables

Le ministre de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, Benoit Charette, a annoncé aujourd'hui, par voie de communiqué de presse,  l'intention du gouvernement de moderniser la réglementation liée aux zones inondables, pour protéger davantage la population et réduire la vulnérabilité du territoire ...

10 juin 2024

La cible de 1,5 °C de l'accord de Paris serait dépassée d'ici 2028

L'agence météorologique des Nations unies prévoit qu'il y a 80 % de risques que les températures moyennes mondiales dépassent au cours des cinq prochaines années la cible de 1,5 ° Celsius fixée par l'accord historique de Paris sur le climat. L'Organisation météorologique mondiale a déclaré mercredi que la température moyenne mondiale à proximité ...