Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Entrevue avec Jean-Pierre Fortier

MRC Beauce-Sartigan : quel avenir pour le centre de tri TRIOM ?

durée 18h00
23 janvier 2024
Germain Chartier
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Germain Chartier, Journaliste

Le conseiller de la Ville de Saint-Georges et président de la Régie intermunicipale du comté de Beauce-Sud (RICBS), Jean-Pierre Fortier, revient sur le projet de triage des déchets TRIOM, arrêté depuis fin 2023 par manque d'aide gouvernementale. 

L'usine avait été lancée en 2021 à Saint-Côme-Linière, dans le but de devenir un exemple de cette nouvelle technologie, qui permet le triage des résidus ménagers. 

«  Présentement, TRIOM est fermé depuis la fin novembre et il n'y a plus aucune activité à l'usine de Saint-Côme-Linière. Les équipements restent en place malgré tout », a regretté Jean-Pierre Fortier. 

La fermeture de l'usine avait été actée, suite à la rencontre des membres du projet et du sous-ministre adjoint à l'Environnement, Stéphane Armanda, en novembre dernier. Une rencontre très attendue pour TRIOM, mais dont les représentants sont revenus en Beauce avec un goût amer. 

« La rencontre a eu lieu à Québec et on a eu quelques surprises. Des spécialistes de solutions terrestres et du compostage étaient également présents. Nous, nous avons surtout expliqué ce dont on avait besoin au niveau du projet, toujours avec notre volonté d'avoir un Tri-Mecano-Biologique (TMB) pur et dur. Le Ministère de l'Environnement est plutôt frileux vis à vis de cette technologie-là. Il y a déjà eu des versions de TMB qui n'ont pas été très bien opérées et qui se sont retrouvées avec des micro-plastiques un peu partout », a détaillé Jean-Pierre Fortier. 

Sur cette inquiétude, les membres de TRIOM sont compréhensifs et prêts à revoir le tri à l'entrée pour permettre au projet de prospérer et surtout de grandir. 

« Ils ne veulent pas nous laisser passer seulement avec un Tri-Mecano-Biologique, ils veulent que l'on traite l'entrée des déchets, c'est-à-dire, faire un tri des matières organiques avant de faire notre TRIOM », a-t-il complété. 

Vers un bac brun ou un sac de couleur ?

Afin de pouvoir répondre aux exigences du Ministère de l'Environnement, TRIOM doit revoir sa stratégie de tri dès le départ. Deux possibilités s'offrent donc à eux, à savoir la mise en place d'un bac brun ou l'utilisation d'un sac de couleur. 

« Ce qu'on envisage, c'est un sac de couleur, avec un tri robotisé et Triom pour finir. Le tri de matière organique, c'est le bac brun ou le sac de couleur. On a donc demandé à ce que le ministère nous fournisse les mesures qu'on devrait mettre en place pour être conforme et travailler avec notre projet. Quand tu connais l'iPhone, tu ne veux pas retourner avec un vieux téléphone à roulette », a détaillé le président du RICBS. 

« On sait qu'on est capable de faire beaucoup mieux et on sait qu'on est capable de capter presque trois fois plus de matières organiques que ce que peut mettre un citoyen dans un sac de couleur. Le bac brun n'a jamais été une option ici, parce que le territoire est très grand, mais aussi parce qu'on se retrouve avec de la nouvelle matière, comme la pelouse, les branchages et les feuilles mortes, alors qu'on a déjà des collectes pour ça ». 

Une société d'économie mixte pour sauver le projet 

De plus, afin que le projet ne tombe pas aux oubliettes, la MRC Beauce-Sartigan ainsi que la Régie intermunicipale du comté de Beauce-Sud travaillent ensemble pour aller vers une société d'économie mixte (SEM).

« J'étais au conseil d'administration de la MRC Beauce-Sartigan la semaine passée pour présenter le projet. Ce qu'on veut faire aujourd'hui, c'est une société d'économie mixte (SEM). C'est-à-dire avoir un partenariat privé-public, où le public est majoritaire », a ajouté Jean-Pierre Fortier. 

« Il faut pouvoir présenter un projet rapidement pour pouvoir faire prospérer TRIOM. Le fait d'utiliser l'idée une SEM avec le public en majoritaire, va forcément plaire au Ministère de l'Environnement s'ils veulent appuyer ce projet-là d'une façon ou d'une autre ». 

Désormais, les membres du projet iront en appel à candidature afin de trouver un partenaire privé pour cette société d'économie mixte. La logique voudrait que Viridis Environnement soit ce partenaire, mais le lancement de cet appel public est obligatoire. 

« Ce qui est sûr, c'est que TRIOM, selon le ministère, est en avance sur son temps. Il (le ministère) laissait planer que le pré-tri à l'enfouissement est quelque chose qui leur plaît énormément et c'est ce que TRIOM fait. Il veut, à moyen terme, implanter ça un peu partout dans la province », a décrit le conseiller de Saint-Georges. 

« De notre côté, on est prêt à recevoir une moyenne de dix camions par jour. Tout a été évalué. L'optimisation des séchoirs, l'allongement de la ligne de tri, etc. Maintenant, on attend les recommandations du ministère pour pouvoir lancer la construction », a-t-il conclu. 

À lire également

TRIOM en Beauce: une solution pour réduire l’enfouissement

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 8h00

Une éclipse totale sera visible à Saint-Georges le 8 avril  

Une éclipse totale aura lieu le 8 avril prochain et c'est un événement à ne pas manquer puisque la prochaine sera en 2106.  Pour l'occasion, le Club d’astronomie de Saint-Georges de Beauce, en collaboration avec la Fédération des astronomes amateurs du Québec, de la Ville de Saint-Georges, de l'Université Laval et de plusieurs Cégeps, organise ...

19 février 2024

Protection du Grand lac Saint-François: Michel Fournier réélu à la présidence

Michel Fournier vient d'être réélu président de l'Association pour la protection du Grand lac Saint-François (APPGLSF). Le mandat de deux ans lui a été confié par les membres du conseil d'administration de l'Association, qui se sont réunis en vidéoconférence le 12 février. Ces délégués, qui représentant les trois associations sectorielles dont ...

8 février 2024

Changements climatiques: 500 M$ pour accompagner les municipalités

Le gouvernement du Québec a choisi la Beauce pour annoncer aujourd'hui la création d'un programme de 500 M$ pour accompagner les municipalités dans la lutte contre les changements climatiques. En effet, le ministre de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, Benoit Charette, et son homologue ...