Publicité
25 octobre 2019 - 11:03 | Mis à jour : 13:22

« Est-ce qu'on a réfléchi avant de tout détruire ? » - Gaston Cadrin

Stopper la destruction massive du coeur historique de Sainte-Marie

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Toutes les réactions 2
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Le groupe d'initiatives et de recherches appliquées au milieu, le GIRAM, implore les instances gouvernementales et municipales de mettre un stop à la destruction massive du patrimoine historique dont sont victimes les municipalités de Scott, Sainte-Marie, Vallée-Jonction et Saint-Joseph.

En conférence de presse, le 24 octobre le vice-président de l'organisation, Gaston Cadrin, s'est dit stupéfait de constater, lors de son passage dans Sainte-Marie, que plusieurs maisons du coeur historique de la municipalité d'un peu plus de 13 000 âmes étaient démolies ou du moins sur le point de l'être. 

« Nous avons été stupéfaits de constater que le programme gouvernemental était appliqué mur-à-mur...Est-ce qu'on a réfléchi avant de tout détruire ? »,se questionne M. Cadrin.

Un programme qui mérite d'être révisé

Selon le GIRAM, le programme de Zones d'interventions spéciales (ZIS) élaboré par le ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, suite aux inondations printanières de 2019, mériterait à être révisé, ou du moins à permettre des exceptions. 

« Ce programme qui peut se justifier dans certains cas, devient aberrant lorsqu'appliqué sans nuance et ne ne considérant aucunement le caractère historique et patrimonial du lieu.  Aucune réflexion du ministère de la Culture ou des élus locaux ne semble avoir prévalu dans l'élaboration de ce programme de compensation qui favorise le broyage à la pelle mécanique de bâtiments significatifs du patrimoine bâti de Sainte-Marie et d'autres municipalités beauceronnes. »

L'urgence d'un moratoire

Le GIRAM demande à ce qu'un moratoire soit appliqué dès maintenant afin de stopper l'application du programme gouvernemental. 

Le moratoire permettrait au gouvernement, selon le GIRAM, de créer un comité d'experts au sein même de son organisation et de revoir les modalités du régime de compensation des propriétaires possédant des résidences patrimoniales. 

L'application dudit moratoire permettrait également aux municipalités touchées de travailler de concert avec le ministère de la Culture pour identifier des îlots de conservation dans différents secteurs et de mettre en place un plan de conservation durable.

À l'heure actuelle, l'administration municipale se fait plutôt discrète sur le dossier. Toutefois, un projet de parc, là où se trouvent actuellement plusieurs maisons menacées de destruction, pourrait voir le jour.  

À lire également

Démolition du château Beauce : un sursis d'au moins 90 jours

Démolition du Château Beauce : le petit-fils de l'architecte met en garde Gaétan Vachon

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • le plus triste c'est que Bernier et Blainey ministre conservateur d'Harper aient votés pour l'octroi de plusieurs centaines de millions pour régler les inondations au Manitoba il y a 14 ans.gêné de lever la main pour régler celui de la Chaudière, le fonds de la Chaudière est de compétence du fédéral,nécessite un décret .Si cela avait été fait il n'y aurait plus 4 inondations en moyenne par année, 238 maisons a démolir.Les Beaucerons ont payés par leurs impôts pour draguer le port de Toronto, le Canal Rideau, Welland, la canalisation de la voie maritime du St-Laurent .et suivant les instructions partisanes du premier ministre conservateur Harper n'ont rien faits. Et Leroux en 20 ans comme préfet ne l’a pas demandé.Il suffisait de réveiller son ministre conservateur Bernier en le mettant en copie conforme il y a plus de 14 ans. Ou en 2018 de le distraire contre ses incursions en alberta comme député du PCC pour qu'il fasse au moinson travail en Beauce pour mériter ses 180,000$ de salaire comme député de la Beauce. combien d'autres maisons seront détruites aux prochaines inondations si rie n'est fait

    Claude Dulac - 2019-10-25 13:26
  • C'est quoi? Il faudrait laisser les maisons debout? Qui va les entretenir et qui va payer pour ça? GIRAM mêlez-vous donc de vos affaires! On n'a pas besoin de résidents d'autres municipalités pour venir nous dire quoi faire ici!

    résident de sainte-marie - 2019-10-31 12:58