Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 août 2018 - 15:42 | Mis à jour : 16:05

Un texte de Maxime Bernier, député de Beauce

Maxime Bernier : « Pourquoi je quitte le Parti conservateur du Canada »

Toutes les réactions 10

Dans ce texte, Maxime Bernier, député de Beauce, explique les raisons pour lesquelles il quitte le Parti conservateur du Canada. Les raisons sont multiples et concernent autant le multiculturalisme que l'économie.

Au cours des derniers mois, j’ai soulevé des enjeux de politique publique qui, à mon avis, sont d’une importance cruciale pour l’avenir de notre pays. C’est mon travail de le faire en tant que député. 

De plus, en tant que député conservateur, il est de mon devoir de contribuer aux débats et de proposer des solutions dans une perspective conservatrice. Sinon, quel est l’intérêt d’être impliqué en politique? 

Je suis en politique pour défendre des idées, de vraies idées conservatrices. Parce que je me soucie passionnément de l’avenir du Canada. Parce que je sais qu’une philosophie conservatrice qui s’appuie sur la liberté et le libre marché offre les meilleures solutions pour que notre société soit plus prospère, plus sûre et plus pacifique. 

Toutefois, la position de mon parti sur plusieurs questions m’a convaincu que sous son leadership actuel, il a pratiquement abandonné ses principes conservateurs fondamentaux. 

Je n’arrive toujours pas à comprendre comment un parti censé défendre le libre marché appuie un petit cartel qui fait augmenter artificiellement le prix du lait, du poulet et des œufs pour des millions de consommateurs canadiens. 

Mais surtout, la gestion de l’offre est devenue l’un des principaux obstacles à un accord avec les États-Unis sur l’ALÉNA. Les ex-chefs conservateurs Brian Mulroney et Rona Ambrose sont d’accord pour mettre cette question sur la table de négociation. 

Malgré cela, le Parti conservateur s’est rangé derrière le gouvernement libéral. Il appuie également les mesures tarifaires de représailles du gouvernement libéral, même si cela va nuire à nos entreprises et à nos consommateurs. Même si le Canada n’a aucune chance réaliste de remporter une guerre commerciale avec un voisin dix fois plus gros. Même si nous pourrions relancer les négociations avec succès si nous mettons la gestion de l’offre sur la table, et si nous acceptons l’offre du président Trump de négocier un démantèlement de toutes les barrières commerciales, comme l’a fait l’Union européenne. 

Les libéraux font de la petite politique avec ce dossier d’une importance cruciale. Ils mettent en danger les 20 % de notre économie qui dépendent des échanges commerciaux avec les États-Unis ainsi que la prospérité future du Canada. 

Plutôt que de se comporter comme un conservateur de principe et de défendre les intérêts du Canada et des Canadiens, Andrew Scheer a adopté la même position que les libéraux de Trudeau. On m’a expliqué que les sondages internes montrent que la réponse des libéraux à Trump est populaire. Et que dans six mois, si les sondages changent, la position du parti pourrait aussi changer. 

La même chose s’est produite en réaction à mes tweets sur la diversité et le multiculturalisme. C’est un autre débat crucial pour l’avenir de notre pays. Voulons-nous souligner nos différences ethniques et religieuses et les exploiter pour acheter des votes, comme le font les libéraux? Ou insister sur ce qui nous unit et sur les valeurs qui garantissent la cohésion sociale? 

Tout comme dans d’autres sociétés occidentales aux prises avec ce problème, un grand nombre de Canadiens, et certainement la grande majorité des conservateurs, craignent que nous allions dans la mauvaise direction. Mais il n’est pas politiquement correct de soulever de telles questions. 

Au lieu de mener le débat et de repousser les accusations injustes, Andrew Scheer a choisi d’éviter la controverse. Lui et plusieurs de mes collègues m’ont désavoué. Ils ont tellement peur des critiques de la gauche et des médias qu’ils préfèrent laisser tomber des millions de partisans conservateurs à travers le pays qui voudraient que nous nous attaquions à ce problème. 

Lorsque le gouvernement libéral a récemment renouvelé la formule de péréquation injuste et inefficace pour cinq ans, j’ai été le seul à critiquer cette décision. Pas un mot de mes collègues conservateurs. 

Un parti conservateur qui soutient le libre marché devrait également préconiser la fin du « b.s. » d’entreprises. Ce n’est pas seulement une question de principe, cela pourrait aussi être populaire si nous défendons cette position de manière cohérente. Les Canadiens en ont assez de payer des impôts pour renflouer Bombardier, Ford et d’autres entreprises. 

Au lieu de reprendre cette idée, Andrew Scheer a annoncé qu’il nommerait un ministre régional pour toutes les agences de développement régional du pays, par opposition à un seul ministre pour les superviser, comme c’est le cas actuellement. Il veut un ministre du Québec pour distribuer des subventions au Québec, un ministre de l’Atlantique pour distribuer des subventions dans les provinces atlantiques, et ainsi de suite. 

La solution conservatrice devrait être d’abolir ces agences qui gaspillent notre argent. Ce que mon parti propose, c’est de les rendre plus efficaces pour acheter des votes avec l’argent des contribuables. 

Comment pouvons-nous nous attendre à ce que ce parti adopte des réformes conservatrices une fois au pouvoir, s’il ne peut même pas formuler une position claire et la défendre avant qu’il ne soit élu? Je suis maintenant convaincu que ce que nous obtiendrons si Andrew Scheer devient premier ministre ne sera qu’une version plus modérée du désastreux gouvernement Trudeau. 

Au cours de la dernière année, j’en suis graduellement venu à la conclusion que ce parti est trop corrompu, intellectuellement et moralement, pour être réformé. 

Je sais pertinemment que beaucoup de membres du caucus s’opposent en privé à la gestion de l’offre. Mais acheter des votes dans quelques circonscriptions clés est plus important que de défendre les intérêts de tous les Canadiens. 

Toute la stratégie du parti repose sur la politique identitaire, le racolage de divers groupes d’intérêt et l’achat de votes avec des promesses, exactement comme le font les libéraux. 

Le Parti conservateur tente d’éviter les questions importantes, mais controversées, qui préoccupent les conservateurs et les Canadiens en général. Il refuse d’articuler une philosophie cohérente pour soutenir ses prises de position. 

Chaque déclaration publique est testée avec des sondages et des groupes de discussion. Le résultat est une série de platitudes qui n’offensent personne, mais qui ne veulent rien dire non plus et qui ne motivent personne. 

Andrew Scheer n’arrête pas de parler de sa « vision conservatrice positive ». Mais personne ne sait en quoi consiste cette vision. 

Le Parti conservateur a abandonné les conservateurs. Il ne les représente plus. Et il n’a rien de substantiel à offrir aux Canadiens à la recherche d’une solution de rechange politique. 

Si nous voulons que les principes conservateurs gagnent la bataille des idées, nous devons les défendre ouvertement, avec passion et conviction. 

C’est ce que je veux faire. Et c’est pourquoi, à compter d’aujourd’hui, je ne suis plus membre du Parti conservateur du Canada. Je veux faire de la politique autrement. Je trouverai une autre façon de donner la parole à des millions de Canadiens. Et je continuerai à lutter pour la liberté, la responsabilité, l’équité et le respect.

Maxime Bernier, député de Beauce.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

10 réactionsCommentaire(s)
  • Maxime,

    Je vous félicite pour vos convictions et votre détermination !

    En ce qui concerne le multiculturalisme sans identité et sans âme, à Ottawa, à la Trudeau, je suis tout à fait contre.

    Je suis plutôt pour l’interculturalisme dans une fédération francophone à Québec, tel que proposé par le Projet Liberté-Nation dont je n’ai pris connaissance qu’en octobre 2017, suite aux abus incroyables et dictatoriaux de fonctionnaires anonymes d’Immigration Canada, cachés à Paris, qui m’empêchent, de même que des centaines sinon des milliers d’autres Québécois francophones, de vivre en couples, mariés ou non, avec nos familles, une écoeurantrie sans nom, dans le supposé “ plus meilleur “ pays du monde, selon Justin.

    Je vous suggère de regarder de près le Projet Liberté-Nation, qui résout tous les problèmes que nous vivons avec Justin et les autres, dans un pays où même nos amis anglophones ne se reconnaissent plus.

    Protégeons notre grande Nation francophone d’abord.

    Si vous choisissiez de vous approprier le Projet Liberté-Nation, réunissant les autochtones, les métis, les allophones, les anglophones, les francophones, les souverainistes et les fédéralistes, dont je suis, vous passerez comme une balle.

    Ensemble !

    http://www.republiquefederaleduquebec.com

    Michel J. Grenier - 2018-08-23 16:57
  • Il a le courage de ces opinions... respect... C'est un problème relié à gagner à tout prix l'opinion des immigrants tres nombreux au Canada. La feuille d'erable tombe à l'automne pour mieux se faire piétiner.

    Michel Paré
    St-Hubert

    Michel Pare - 2018-08-23 18:24
  • Il a des principes et il se tient en ligne avec ceux-ci. Bravo.

    On vois ça rarement chez nos chers politicailleurs...

    Denis - 2018-08-23 18:53
  • Trève de défenses ou bien de plaisanteries M. Bernier, j'ai toujours voté pour vous mais je n'ai pas besoin de lire un texte aussi long, pour comprendre que vous allez vous présenter comme candidat Indépendant!! C'est très facile à voir ou se représenter!!! Présentez vous comme indépendant et vous allez peut-être gagner!!! C'est mon opinion!!!

    Claude - 2018-08-23 20:41
  • Ont n'aura tout vue ...

    Aveuglé solide - 2018-08-23 21:15
  • Bravo! Vous êtes une personne forte, contrairement à d'autres qui sont le petit chien avec leur chef...Vous pouvez compter sur moi!

    Payeur de taxes - 2018-08-23 21:43
  • Quel texte extraordinaire et rafraîchissant. Le Canada et le Québec n'ont pas les moyens de se passer d'un gars de ce calibre. A côté de ça , maintenant essayez de suivre la campagne provinciale avec les 4 partis d'extrême gauche. Les médias vont faire semblant que le parti conservateur du Québec n'existe pas. Merci aux médias sociaux et rançons nous tous derrière M. Bernier

    Jacques Bégin - 2018-08-23 21:57
  • Bravo ! Enfin quelqu'un qui affronte les débats importants de notre société actuelle sans se soucier du votre populaire et qui sonne l'alarme au sujet de la dérive identitaire de notre pays.

    Guillaume - 2018-08-23 23:10
  • Bravo Maxime , enfin un homme qui se tient debout , vous êtes un homme d'état et non un petit politicien stupide comme sheer

    cloutier jacques - 2018-08-24 09:41
  • A été séparatiste est devenu fédéraliste, a été conservateur est devenu libertarien, veux fonder un parti mais n'est pas capable de débattre en pleine face devant ses anciens collègues conservateurs mais préfère communiquer par "twitter" comme le fait Trump. Trop instable pour être chef, que va t-il faire lorsque les conflits vont avoir lieu dans son prochain parti comme ça arrive dans tous les partis ? Il va régler ça sur "Twitter" et bouder comme il le fait depuis 1 an ?

    Christian - 2018-08-24 10:57