Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Gouvernement fédéral

Langues officielles: un «raz de marée» de plaintes reçues en 2021-2022

durée 11h00
7 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le commissaire aux langues officielles a reçu «un véritable raz de marée» de plaintes en 2021−2022, essentiellement en raison de la nomination d’une gouverneure générale qui ne maîtrise pas le français et du discours prononcé en anglais à Montréal par le PDG d’Air Canada.

Le rapport annuel déposé au Parlement mardi révèle que le Commissariat aux langues officielles a reçu un total de 5409 plaintes recevables, dont 2680 concernant Michael Rousseau d’Air Canada et 1346 relatives à la représentante de la Reine au pays, Mary Simon.

À titre de comparaison, au cours des neuf dernières années, le nombre total de plaintes jugées recevables a fluctué de 415 à 1870.

«Les nominations de ce genre créent d’abord un fort sentiment d’injustice chez de nombreux francophones, car elles renforcent l’impression que des deux langues officielles du Canada, l’une est assurément plus importante que l’autre», écrit le commissaire Raymond Théberge dans son rapport.

De telles nominations peuvent également «laisser croire» que la maîtrise du français représente «un obstacle à la valorisation de la diversité et à une véritable réconciliation avec les peuples autochtones», a−t−il ajouté en citant l’exemple de la nomination de la gouverneure générale.

Selon M. Théberge, il s’agit d’«une erreur» que de nommer des personnes à des postes d’autorités qui ne maîtrisent pas la langue de Molière.

Au terme de son rapport, le commissaire dit recommander qu’un comité parlementaire étudie et détermine si la connaissance des deux langues officielles devrait être un critère d’embauche aux postes de la haute gestion dans la fonction publique et dans le cas des nominations qui passent par l’entremise d’une recommandation du cabinet.

Il recommande également que la ministre des langues officielles rappelle aux institutions fédérales leurs obligations en vertu de la partie VII de la Loi sur les langues officielles, soit celle qui traite de la promotion du français et de l’anglais et qui vise à favoriser l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire au pays.

Michel Saba, La Presse Canadienne

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 février 2023

Le mirage du recrutement d'infirmières qualifiées à l'étranger

Après avoir échoué à recruter des centaines de préposés aux bénéficiaires à l’international, le gouvernement de François Legault fait maintenant miroiter la même solution pour répondre à la pénurie d’infirmières. Si le passé est garant de l’avenir, les chances sont minces de voir affluer des milliers de professionnelles pour venir à la rescousse ...

30 janvier 2023

L'économie sera au menu des parlementaires à Ottawa qui reprennent leurs travaux

Les questions économiques seront au cœur des préoccupations des députés fédéraux, lundi, à leur retour à Ottawa pour entamer une nouvelle session parlementaire. Les parlementaires siégeront à la Chambre des communes pour la première session de 2023 après s'être retirés avec leurs partis respectifs pour définir leurs priorités. La semaine ...

29 janvier 2023

Dubé justifie le recours au privé pour des employés d'organismes publics

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a justifié jeudi le recours par des organismes publics à des services médicaux privés pour leurs employés. Il réagissait aux révélations selon lesquelles Hydro-Québec et Investissement Québec payaient pour des téléconsultations en médecine privée, afin d'éviter que leurs employés perdent leur temps à ...