Publicité
26 mai 2008 - 21:52

Bernier démissionne de son poste dû à l’affaire Julie Couillard

Toutes les réactions 7

L'affaire Julie Couillard et Maxime Bernier a connu son apogée lundi soir. Le premier ministre, Stephen Harper a même accepté la démission du député beauceron à titre de ministre des Affaires étrangères.

«Dimanche soir, Maxime Bernier a appris qu’il avait oublié des documents classifiés du gouvernement à une résidence privée au début du printemps. J’ai appris ce manquement aux règles de sécurité tard en fin d’après-midi aujourd’hui. Les documents en cause ont été retournés au gouvernement du Canada et M. Bernier regrette profondément cette erreur», a commenté le premier ministre

David Emerson prendra les responsabilités additionnelles de ministre des Affaires étrangères sur une base intérimaire et la ministre, Josée Verner, assurera les responsabilités additionnelles de la Francophonie.»

Le député beauceron affirme dans sa lettre de démission : «l’infraction à la sécurité qui s’est produite est de ma faute et de ma faute uniquement, et j’en assume l’entière responsabilité».

Soulignons que TVA a eu en entrevue son ex-copine, Julie Couillard, ce soir. Cette dernière a fait part de plusieurs déclarations concernant le ministre beauceron. Cette dernière soutient que Maxime Bernier connaissait son histoire et qu’il était conscient qu’elle avait fréquenté des motards criminalisés dans le passé.

Voici la lettre de démission du député Bernier.

Le très honorable Stephen Harper
Premier ministre
Pièce 313-S, Édifice du Centre
Ottawa (Ontario) K1A 0A6


Monsieur le Premier ministre,

La présente vise à vous informer que je démissionne du poste de ministre des Affaires étrangères, et ce, dès maintenant.

En fin d’après-midi aujourd’hui, je vous ai informé avoir appris hier soir que j’avais oublié des documents classifiés du gouvernement à une résidence privée.

Monsieur le Premier ministre, l’infraction à la sécurité qui s’est produite est de ma faute et de ma faute uniquement, et j’en assume l’entière responsabilité.

J’ai demandé au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international de procéder à un examen exhaustif de la situation.

Je vous remercie de la confiance que vous m’avez accordée et je m’appliquerai à travailler à bien servir le gouvernement dans ma tâche de député.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Premier ministre, mes salutations distinguées.

Vous avez un scoop
Vous oeuvrez dans le monde de la politique en Beauce depuis 20 ou 30 ans ? Vous êtes maire de votre municipalité en Beauce et êtes âgés de moins de 25 ans ou de 30 ans ? Vous êtes une personnalité du monde politique beauceron qui se démarque par l'une ou l'autre de ces particularités ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

7 réactionsCommentaire(s)
  • Le Devoir semble si excité de l’issue de l’affaire «Bernier vs Couillard», que tout lecteur, le moindrement critique, en est à se demander pourquoi. Le Devoir et grand «ami» du bloquiste Gilles Duceppe qui fulmine et domine, dans l’art du jaspinage auquel ce feuilleton a donné lieu, n’est-il pas tout aussi heureux que soulagé de l’issue tout aussi anti-conservatrice que anti-fédérale, du lundi 26 mai? Le Devoir qui revendique les primeurs et les clameurs dans la juteuse inspection à la loupe de la chambrette des amourettes de Monsieur Bernier et de Madame Couillard, que le matelas de la dame ou tout autre confort ait été mis sous écoute ou non, ne pouvait trouver, dans cette affaire, aucun autre intérêt que celui d’appuyer l’ami Gilles Duceppe qui a déclenché toute cette chasse aux sorcières et avec laquelle il était à la veille de s’étouffer. Disons que, dans cette pressante affaire pressée, les canaux du pouvoir ont ouvert les écluses. Maxime Bernier fut inondé. Mais, serait tout aussi naïf que bougrement niais, celui qui s’imagine l’avoir noyé. Le Beauceron connaît la débâcle dont la rivière, par définition, se remet, reprend et suit toujours son cours «normal»! Gille Duceppe et ses complices finiront par apprendre, que «on ne crée pas la noirceur de toutes pièces, pour hurler, passer incognito et faire accroire aux loups»! Par ailleurs, se souvient-on avoir entendu Duceppe initier une telle arnaque, quand le Québec a appris que son grand ami Boisclair se procurait et consommait de la cocaïne, alors qu’il était ministre dans un gouvernement incendiaire dont l’artillerie lourde ciblait le ROC et sa Capitale, jouant quotidiennement du canon, mais sans nécessairement vérifier l’état ni l’équilibre de ces éméchés préposés aux mèches? Cette poudre n’est-elle pas un des plus puissants explosifs de la dépendance du complexé, mais aussi, le plus lucratif des commerces que gère le milieu criminalisé? Où se procurait-il ce psychotrope du culot et du toupet, de l’insolence et de la dominance? Sans nécessairement oublier des documents chez ses partenaires sexuels, oubliait-il, «un coup poudré», ses devoirs de réserve, de retenue et de discrétion, en regard du tas des affaires de l’État dont il avait la charge? Dans le cas d’un proche, Duceppe n’a-t-il pas alors opté pour l’opportuniste aphasie qui sert habituellement et si bien sa cause de bloqueur tout azimut et sa mission d’emmerdeur public? Toute cette affaire n’est qu’une histoire de bobettes qu’ont voulu lessiver les angéliques puritains et les prudes voilées qui ont sauté sur cette occasion médiatiquement rock’n’roll, publiquement inhabituelle et privément halloweeneuse, faut-il reconnaître, pour porter les masques «King Size» couvrant les visages à deux faces qui sillonnent les corridors du politique et les antichambres de leurs souteneurs médiatiques. Dans l’Omerta libérale des sales commandites, n’y avait-il pas quelques parrains dont la souvenance obligée est encore et sera toujours menottée à l’oubliance bloquée? Faudrait-il alors déduire que Le Devoir, Duceppe, Coderre et autres métros insulaires mettent leurs gants blancs, quand il s’agit de certaines collusions maffieuses qui chambrent avec l’omnipotence du pouvoir majoritairement accablant et qui se logent dans les abris de l’immunité et de l’impunité dont se bardent les politiques autocrates, alors que le même quotidien et ces mêmes gens se ferrent des gants de boxe fourrés, lorsque, pour relever la cote ou se faire un petit capital politique, les oppositions majoritaires et le «médium» de leur soutenance, s’en prennent, becs et ongles, à une girouette/marionnette que l’on imagine issue du théâtre des Anges de l’Enfer, ces anges dont le fantôme, toutefois, hante leur imaginaire, titille l’œil voyeur de leurs caméras fouineuses, allume le micro de leurs appétences et intrusions innommables, fantôme qu’ils accusent sans preuves, quitte à les fabriquer ultérieurement, avec l'aide de la gendarmerie perquisitionneuse? Si le document oublié chez Madame Couillard, est le «beau prétexte» ayant servi la cause des bérets blancs démocrates, celle des pattes blanches bloquistes et celle des sépulcres blanchis libéraux, je verrais bien Le Devoir repérer le fil d’Ariane d’Ottawa et remonter le cours de tous les documents ou celui de toutes les secrètes indiscrétions dont nombre de partenaires sexuels de la gomme politique et leurs oreillers, ont été tout aussi témoins et bénéficiaires qu’héritiers et attributaires … Ce sont nos voisins, le blanchi «Bill» et sa noircie «Monica», cet Homme et son Péché, une autre des Belles Histoires du Pays d’en bas, qui doivent en rigoler leur saoul! Gênant parce que démesurément loufoque, tout ça n’est que grosse poutine, largement fromagée par Le Devoir et opportunément larvée par certains «Médias de Marais», que les oppositionnistes, en mal de diversion, se sont fourrée dans le gosier jusqu’à s’en gaver, à défaut de pouvoir se taper le gros steak commandité de leur boulimique voracité. Gerry Pagé

    Gerry Pagé - 2008-05-27 11:13
  • Le ministre Bernier a remis sa demission concernant une manquement professionel, celui d'avoir oublié un document secret dans une residence privée. Vous titrez cet article comme si la raison était plutôt sa relation avec Julie Couillard. Ce n'est pas congruant.

    Gilles - 2008-05-27 13:47
  • Est-ce une grande perte?

    Jean-François Dion - 2008-05-27 15:54
  • C'est triste cette histoire-là, l'opposition a fini par l'avoir je pense qu'il est un homme très gentil et je ne croix pas qu'il ait fait par exprès pour oublier ce document. Il est un être humain lui aussi, j'espères qu'il va pouvoir amener des progès en Beauce, même s'il n'est plus ministre. Pour moi,c'était important qu'il soit dans un ministère et aussi je souhaites qu'il termine son madat comme député de la Beauce.

    Denis Fournier - 2008-05-27 19:00
  • Bonjour,je pense que Mr Bernier devrait démissionner de son poste de député, il n'en est plus digne.

    Roland - 2008-05-28 08:27
  • Bonjour moi l'affaire Bernier c'est pas d'hier qu'il savait que cette femme avait frequenté les motards avant et que bien des preuves autres que celle la oublié peu etre qu'il en a oublié d'autres ailleurs et bien d'apres moi faut qu'il démissionne de son poste de député il n'est plus digne de nous représenté

    Yvan - 2008-05-28 14:18
  • M. Bernier a oublié un document et il a immédiatement démissionné de son poste. Qu'en est-il les libéraux (ministres et députés) qui ont oublié des milliers de faits lors de l'affaire des commandites et qui sont encore en poste aujourd'hui. La population n'est pas si naîve pour croire que M. Bernier devait être abattu alors que tant d'autres qui ont été jusqu'à la fraude sont restés au poste ??? Dans quelle société vivons-nous donc ??? S'il y a des choses de louches dans cette histoire, ce serait de savoir pourquoi le ministère de la sécurité n'a pas cherché à ravoir ce document subito presto... pourquoi 5 semaines de délai ??? Était-ce pour négocier avec Mme Couillard afin qu'elle le remette. Pourquoi était-il si difficile pour elle de tout simplement redonner le document à M. Bernier ??? Le faisait-elle chanter ??? On peut se poser bien des questions sur cette affaire, mais une chose est certaine, c'est que tout ce qui brille n'est pas nécessairement blanc ... Qu'a été le mandat de Mme Couillard dans toute cette affaire ??? Il faudrait qu'on ait des réponses et le plus vite possible!!!

    Francine R. - 2008-05-30 10:57