Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une centaine de manifestants s'oppose à la création d'un registre québécois d'armes à feu

Chargement du vidéo
durée 20h48
3 avril 2016
8ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Sébastien Roy
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Sébastien Roy, Journaliste

Voir la galerie de photos

Une centaine de personnes a manifesté contre un la création d’un registre des armes à feu dimanche matin devant le bureau du député libéral de Beauce Sud, Paul Busque.

Le mouvement Tous contre un registre québécois des armes à feu a invité la population à se joindre à lui à compter de 9 h pour s’opposer au projet de loi 64.

L’un des organisateurs de l’événement, André Veilleux, croit qu’il existe déjà suffisamment de mesures en place pour acquérir une arme à feu. « Il faut obtenir un permis de possession d’armes à feu, suivre un cours de maniement et une enquête est faite sur la personne en question avant qu’elle ne puisse se procurer une arme à feu, énumère-t-il. Toutes ces informations sont déjà à la disposition des policiers. »

Pour le responsable du mouvement, Guy Morin, le gouvernement devrait investir en santé mentale plutôt que dans la création d’un registre. Celui-ci admet que des crimes sont commis avec des armes de chasse. Toutefois, il apporte une nuance. « La plupart des homicides faits à l’aide d’une arme à feu sont soit un meurtre suivi d’un suicide, soit un suicide. Dans les deux cas, ce qu’il faut, ce n’est pas d’inscrire un numéro de série sur l’arme en question, mais de fournir l’aide que ces gens-là ont besoin », affirme M. Morin.

Ce dernier compare l’enregistrement d’une arme à l’immatriculation d’une voiture. « Ce n’est pas parce qu’un véhicule est immatriculé qu’il ne sera jamais impliqué dans un accident. Le numéro de plaque permet d’identifier le conducteur alors que celui-ci se déplace à grande vitesse. Ce n’est pas le cas d’une arme à feu », ajoute-t-il.

Un registre à quel prix ?

Le gouvernement du Québec estime le coût de la création du registre à environ 20 M$. Selon un article du Journal de Montréal paru le 7 mars, il en coûtera 5 M$ supplémentaires par année en frais de gestion. De son côté, M. Morin évalue le montant à 100 M$ « au minimum ». Quant à l’Association canadienne pour les armes à feu, elle avance la somme de 350 M$ dans un article du Huffington Post daté du 23 mars dernier.

 

commentairesCommentaires

8

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • AC
    ANTI COUILLARD
    temps Il y a 6 ans
    Voyons donc... si les criminel vont tous enregistrer leurs armes... la pensé magique libérale... les traficant... la mafia... les gang de rue vont tous enregistrer leurs armes?
  • S
    Surtaxé
    temps Il y a 6 ans
    Paul Busque reste caché! pis reste caché aux élections aussi! On va s'en rappeler...CAQ!
  • S
    Steve
    temps Il y a 6 ans
    Va ton faire un registre des couteaux de cuisine... ca arrive régulièrement que kekun poignarde au couteau de cuisine... c'est un registre des fous dangeureux que ca prend
  • M
    Mike
    temps Il y a 6 ans
    C'est un débat absurde... qui a déjà eu lieu au fédéral... et qui a été un fiasco... En apprend jamais de nos erreurs?
  • L
    L'avocat
    temps Il y a 6 ans
    Je vois pas pourquoi le monde se casse la tête avec ça.......Québec ne pourra pas faire cette loi sans être une province exclus des lois fédérales.
    Sinon on aura une loi qui dit oui au fédéral et l'autre non au provincial.
    Alors vous choisirez la loi qui vous convient.......
    C'est comme par exemple si le fédéral permettrait de rouler 160km\h sur les autoroutes du pays et au Qc on dirait non non.... ben choisit la loi qui te convient !!!!!!!
  • SP
    Stéphan Pouleur
    temps Il y a 6 ans
    La vérité sur les consultations du registre

    À Tout le monde en parle, hier le 3 avril 2016, Mme Provost, qui désire la création d'un registre québécois, a mentionné que les policiers du Québec consulte le registre 900 fois par jour. Cela est vrai selon les données du registre canadien de 2014 et c'est même 933 par jour pour l'automne 2014.
    Alors puisque le registre des armes à feu n'existe plus depuis 2012, les policiers consultent quoi ? Il consultent tout simplement le "Registre canadien des armes à feu en direct (RCAFED)". Cette réponse parait insensée, mais elle ne l'est pas quand on comprend le contenu de ce registre et les données que consultent les policiers.
    Le Registre canadien des armes à feu en direct est en réalité un registre des propriétaires d'armes à feu, soient ceux qui possède un PPA (Permis de Possession et Acquisition d'arme à feu). Avant 2012, le Registre canadien contenait aussi les données sur chaque arme de chasse enregistrée par les propriétaires d'armes à feu. Comme les policiers du Canada y compris ceux du Québec n'utilisaient presque pas cette partie du registre canadien remplie d'erreur et très coûteuse à gérer, elle a été abolie. Ce que les policiers consultent (le 900 fois par jour cité par Mme Provost), et comme ils faisaient avant 2012, ce sont à 98 % les coordonnées des propriétaires d'armes à feu (adresse, nom, numéro de téléphone et numéro de PPA). Ces données étaient à jour et disponibles avant 2012 et elles le sont encore. (voir autres explication et références à http://equipeautonomiste.ca/?q=fr%2... ).
    Le Parti Libéral du Québec, appuyé par des groupements comme Polysesouvient a donc déposé le Projet de loi 64 pour recréer un registre des armes de chasse à gros prix, alors qu'il n'était pas utilisé quand il existait. Avouons que la logique du projet demeure mystérieuse.
    Stéphan Pouleur, agronome, président d'Équipe autonomiste
  • B
    bruno
    temps Il y a 6 ans
    c'est présentement une question politique et démocratique.
    on combat la tyrannie de notre gouvernement qui utilise de l'intimidation et la ligne de partie pour oubliger ses député a voter contre l'opinion publique.

    c'est illégal dans les règle de l'assemblé de demander la ligne de partie
  • R
    Renegade
    temps Il y a 6 ans
    Ça pu tellement au Parti Libéral qu'ils ne pourront faire cette loi, Ils vont se faire encore plus critiquer...peu importe aux prochaines élection: OUT!
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Neuf ans plus tard, la tragédie de Lac-Mégantic est toujours aussi douloureuse

Déjà neuf années sont passées depuis la tragédie de Lac-Mégantic, pourtant ce douloureux souvenir touche encore les habitants jour après jour. « Ça fait partie de notre histoire, de notre ADN. Notre centre-ville n’est pas encore reconstruit complètement. Il y a des gens qui vivent des deuils, qui ont perdu des enfants, des parents. Chaque ...

Parents d'Anges Beauce-Etchemins de plus en plus actif dans la communauté

L’organisme de soutien au deuil périnatal, Parents d’Anges Beauce-Etchemins a tenu la semaine dernière son assemblée générale annuelle et a fait un retour sur ses nombreuses activités et actions.  Ce fut une autre année marquée par la COVID-19 obligeant le personnel à faire des changements et adapter les services aux demandes reçues.  Quatre ...

Le Canada se prépare à jeter 13,6 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca

Le Canada est sur le point de jeter plus de la moitié de ses doses du vaccin d'Oxford-AstraZeneca contre la COVID-19, car il n'a trouvé aucun preneur ni au Canada ni à l'étranger. Une déclaration de Santé Canada indique que 13,6 millions de doses du vaccin ont expiré au printemps et seront jetées. Il y a un an, le Canada avait annoncé qu'il ...