Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'école Jésus-Marie de Beauceville amasse plus de 13 000 $ pour Leucan

Chargement du vidéo
durée 15h58
1 juin 2016
Sébastien Roy
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Sébastien Roy, Journaliste

Voir la galerie de photos

Ensemble, six élèves et deux professeures de l’école Jésus-Marie de Beauceville ont amassé plus de 13 000 $ pour Leucan en relevant le défi Têtes rasées cet avant-midi.

À tour de rôle, les héros du jour, comme les a surnommés la chargée de projet de Leucan, Karine Lafrenière, ont énuméré les raisons qui les ont poussés à se raser la tête ou de se couper une couette d’au moins huit pouces dans le cas des trois adolescentes et des deux enseignantes.

Deux points sont revenus souvent pendant les allocutions des participants, soit le fait que ce soit une bonne cause et le fait que ça touche beaucoup de gens. Puis, les ciseaux et les rasoirs se sont attaqués à la chevelure d’Alexandre Lefebvre, Maude Carrier, Marc-Antoine Tétreault-Roy, Marc-Olivier Roy, Ève-Marie Couture, Alicia Legendre, Coralie Drouin et Paméla Labbé. À noter qu’Alexandre a amassé un impressionnant total de 8 500 $. Ce montant seul dépasse la somme totale amassée l’année précédente.

Avant que les cheveux ne tombent, l’animateur de la vie étudiante, Michel Mercier, a tenu à souligner le courage de deux personnes touchées par cette maladie, soit à la professeure Caroline Fortin dont la sœur souffre d’un cancer neuroendocrinien et à la mère d’Ève-Marie Couture, qui participe au Défi, Nathalie Couture.

Leucan a été créé par des parents afin de venir en aide à ceux et celles qui doivent composer avec le cancer. « C’est toute la famille qui est touchée indirectement lorsqu’une personne est atteinte de cette maladie. Nous les soutenons non seulement au niveau financier, mais aussi au niveau psychologique, que ce soit simplement en discutant avec les gens ou en faisant des activités avec les malades. Nous offrons aussi de la massothérapie pour que les plus jeunes sentent un contact physique apaisant au lieu des contacts physiques douloureux qu’ils subissent lors des traitements », explique Mme Lafrenière.

Mentionnons en terminant que l’organisme finance également la recherche clinique. « Grâce à cela, le taux de mortalité chez les enfants atteints d’un cancer est passé de 80 % dans les années 1970 à 20 % en 2016 », conclut la chargée de projets.  

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Neuf ans plus tard, la tragédie de Lac-Mégantic est toujours aussi douloureuse

Déjà neuf années sont passées depuis la tragédie de Lac-Mégantic, pourtant ce douloureux souvenir touche encore les habitants jour après jour. « Ça fait partie de notre histoire, de notre ADN. Notre centre-ville n’est pas encore reconstruit complètement. Il y a des gens qui vivent des deuils, qui ont perdu des enfants, des parents. Chaque ...

Parents d'Anges Beauce-Etchemins de plus en plus actif dans la communauté

L’organisme de soutien au deuil périnatal, Parents d’Anges Beauce-Etchemins a tenu la semaine dernière son assemblée générale annuelle et a fait un retour sur ses nombreuses activités et actions.  Ce fut une autre année marquée par la COVID-19 obligeant le personnel à faire des changements et adapter les services aux demandes reçues.  Quatre ...

Le Canada se prépare à jeter 13,6 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca

Le Canada est sur le point de jeter plus de la moitié de ses doses du vaccin d'Oxford-AstraZeneca contre la COVID-19, car il n'a trouvé aucun preneur ni au Canada ni à l'étranger. Une déclaration de Santé Canada indique que 13,6 millions de doses du vaccin ont expiré au printemps et seront jetées. Il y a un an, le Canada avait annoncé qu'il ...