Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
18 août 2018 - 08:41 | Mis à jour : 09:43

L'ex-caporal Bertrand Grenier est décédé

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

Le dernier militaire beauceron à avoir combattu l'Armée d'Adolf Hitler en Europe au cours de la Deuxième Guerre mondiale s'est éteint le neuf août dernier, à l'âge de 94 ans. Bertrand Grenier s'était battu en France, en Hollande et en Belgique.

Lorsque le Canada a déclaré la guerre à l'Allemagne nazie, le 10 septembre 1939, Bertrand Grenier venait à peine d'avoir 15 ans. Aussitôt qu'il eut atteint l'âge de 18 ans, ce dernier prit la décision de s'engager sur une base volontaire, au sein des Forces armées canadiennes. Celui que ses camarades de la « Légion royale canadienne Filiale La Beauce » surnommaient affectueusement « Le Vieux Sage », était apparemment doté d'un excellent sens de l'humour. « Lorsque j'ai voulu faire application afin de devenir pilote dans l'aviation, étant donné que je n'avais qu'une cinquième année, on m'a dit que la seule chose que j'allais piloter serait une moppe ou un balai » se plaisait-il à rappeler.

Natif de St-Côme de Beauce, Bertrand Grenier aurait bien aimé joindre les rangs du Régiment de la Chaudière, mais étant donné que les Fusiliers Mont-Royal venaient de subir de lourdes pertes en vies humaines, c'est au sein de cette unité, basée en Belgique, que le soldat Grenier débuta sa carrière militaire. « Pour la traversée en Europe, nous sommes embarqués sur le Queen Mary I. Nous étions 12 000 militaires, et 3 000 membres de l'équipage. Ça équivalait à peu près à la population de la Beauce en 1943 », se souvenait-il.

L'expérience de la guerre, la mémoire et l'histoire 

La question qui est souvent posée aux militaires qui ont effectué des missions de combat est la suivante : « Avez-vous déjà tué d'autres soldats ? » Bertrand Grenier avouait que la guerre vécue sur le terrain est loin de ressembler à celle qu'on voit dans les films. « Lorsque nous faisions feu sur nos ennemis, nous n'avions pas souvent le temps de commencer à viser. Nous tirions dans le tas et il devenait alors impossible de savoir qui avait atteint ceux qui tombaient. Et c'était probablement mieux comme ça ! Même si nos carabines étaient munies de baïonnettes, nous n'avons heureusement jamais eu à nous en servir, car il n'y avait pas souvent de corps à corps ».

Quant à ceux qui s'imaginent qu'une fois la bataille terminée, les vainqueurs en profitent pour « faire les poches » de leurs adversaires, il ne fut jamais témoin de tels actes. « Nous n'avions pas le temps de prendre les objets sur les soldats allemands qui étaient morts. Nous devions nous déplacer rapidement, car un soldat qui n'avance pas devient une cible facile à atteindre. De plus, si nous avions été faits prisonniers par les Allemands, et qu’ils s’étaient aperçus que nous avions sur nous des objets qui avaient appartenu à leurs camarades (montres, bagues, photos), nous aurions alors été fusillés. On nous avait aussi averti de ne pas nous arrêter pour aider un camarade qui avait été blessé, car il y avait des équipes pour s'occuper d'eux ».

Bertrand Grenier m'a déjà confié que parmi les moments les plus tristes qu'il a vécus, au cours des trois années passées dans les Forces armées canadiennes, celui d'avoir entendu des soldats blessés mortellement implorer leur mère de venir à leur secours, demeurera toujours présent dans sa mémoire.

*L'ex-caporal Bertrand Grenier est détenteur de l'Étoile de 1939-1945, l'Étoile France-Allemagne, la Médaille de la Défense, la Médaille canadienne du volontaire avec agrafe, la Médaille de la Guerre 1939-1945, ainsi que la Médaille du jubilé de diamant de Sa Majesté la reine Élizabeth II.

Un hommage militaire lui sera rendu lors de ses Funérailles, qui auront lieu le 25 août prochain à l'Église l'Assomption de Saint-Georges.

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • M.Bertrand Grenier était un monsieur attachant toujours de bonne humeur ce fut un honneur de le connaitre repose en paix

    Léonnette Rancourt(Grégoire Rancourt - 2018-08-20 19:56