Publicité
27 février 2019 - 10:52 | Mis à jour : 11:59

La CSBE fait un retour sur la gestion de la tempête

Par Salle des nouvelles

Les 25 et 26 février, la météo difficile et capricieuse a perturbé les activités de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin (CSBE). 70 élèves ont été obligés de dormir à l’école, puisqu’il leur était impossible de retourner à la maison.

À lire également  

70 enfants ont dormi dans l'enceinte de leur école

Le 25 au matin, les conditions météorologiques étaient acceptables, mais la situation s’est rapidement dégradée en après-midi. Les forts vents ont obligé les autorités civiles de fermer certaines routes. Dès ce moment, une opération d’envergure s’est enclenchée conjointement avec le service du transport scolaire, les directions d’école et la Sûreté du Québec.

Collaboration de tous

Lorsque la CSBE a constaté qu’il ne serait pas possible de reconduire tous les élèves chez eux, les autorités du ministère de la Sécurité publique les a alors avisés qu’il devait garder les élèves à l’école jusqu’à ce que les routes redeviennent praticables.

À ce moment, une communication personnalisée aux parents a été réalisée afin de solliciter leur collaboration, en venant chercher leur enfant à l’école.  Grâce à la très grande collaboration des équipes-écoles et des parents, tout s’est déroulé dans l’ordre, en dépit de la situation difficile.

La situation continuant de se détériorer, la CSBE a reçu en milieu d’après-midi les recommandations de la Sûreté du Québec et de la sécurité civile de ne faire aucun transport scolaire sur le territoire de la MRC de Robert-Cliche, ainsi que dans les secteurs des Abénaquis et des Appalaches.

Un avertissement semblable pour la MRC Beauce-Sartigan a suivi quelques minutes plus tard. La recommandation a été suivie et les élèves de ces secteurs ont donc été gardés à l’école, en attendant que l’état des routes permette à leurs parents de les ramener chez eux.

La grande majorité des élèves qui ont été gardés à l’école ont pu retourner chez eux le soir même, les départs les plus tardifs ont eu lieu vers 19 h.

Coucher à l’école

Il y a eu 60 élèves de l’école Barabé-Drouin, à Saint-Isidore, qui ont dû passer la nuit à l’école, ainsi que 24 adultes, parmi lesquels on retrouvait du personnel de l’école, mais aussi des parents qui sont venus chercher leur enfant et ont été surpris par la fermeture de la route.

À la polyvalente Benoît Vachon, il y a eu une dizaine d’élèves provenant de Saint-Isidore ou Saint-Bernard qui étaient dans l’impossibilité de retourner chez eux et qui ont passé la nuit à l’école, en compagnie de membres de la direction d’école. Très tôt le lendemain matin, des membres du personnel sont venus prêter main-forte à l’équipe déjà en place.

Les élèves qui sont restés dans ces deux écoles sont progressivement retournés chez eux le lendemain, les derniers ont quitté vers 13 h 30.

Le directeur général de la CSBE, M. Normand Lessard, regrette tous les inconvénients qui ont été causés par cette situation très exceptionnelle. Il tient cependant à préciser que même s’ils n’ont pas pu profiter du même niveau de confort qu’à leur demeure, les élèves ont toujours été en sécurité grâce à la bienveillance du personnel des écoles et des parents.

Remerciements

« Grâce à ces personnes, nos élèves n’ont pas subi d’inconvénients majeurs et pour ceux qui ont dû dormir à l’école, l’expérience aura été plutôt agréable, notamment à cause de la créativité et de l’engagement dont les gens présents ont fait preuve », note-t-il. 

Il tient par ailleurs à remercier les parents pour leur grandes compréhension et collaboration, ainsi que la Sûreté du Québec, les autorités du ministère de la Sécurité publique, les municipalités, le Service d’incendie de Saint-Isidore, le Corps des cadets de Sainte-Marie et les restaurateurs ou épiciers qui ont été sollicités à cette occasion. Tous se sont donné la main pour assurer la sécurité et le bien-être des élèves.

M. Lessard tient à souligner l’implication et le dévouement des employés qui ont accompagné les élèves durant quelques heures après l’école et dans certains cas, durant toute la nuit. L’ensemble du personnel de la CSBE a véhiculé les valeurs organisationnelles de la commission de façon remarquable et spontanée en restant après l’école pour s’assurer de la sécurité des élèves et jusqu’au moment où les parents ont pu venir chercher leur enfant.

« Chose certaine, tout le monde se souviendra de ce 25 février 2019! »

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.