Publicité
8 août 2019 - 18:00

La maison de Guy Lachance sera détruite à la suite des inondations

L’héritage de ses parents sera démoli

Maude Ouellet

Par Maude Ouellet, Journaliste

Le bruit de la pelle mécanique retentit dans la rue voisine. Assis sur le balcon de sa voisine de toujours, Guy Lachance profite des derniers instants dans le quartier où il a grandi. Dans quelques semaines, ce sera au tour de sa maison de l'avenue Saint-Louis à Sainte-Marie d’être démolie.

À lire également : 
Jusqu’à 150 résidences pourraient être démolies à Sainte-Marie

Lorsque nous l’avons rencontré mercredi en après-midi, il venait tout juste de recevoir son autorisation de démolition. Au printemps dernier, M. Lachance a vu sa demeure être inondée. Plus d’un pied d’eau s’est accumulé sur le plancher du rez-de-chaussée. 

Des inondations il en a vu plusieurs. Chaque printemps, les mêmes craintes refaisaient  surface et le gardaient parfois éveillé la nuit. Le sexagénaire admet qu’il éprouve un certain soulagement à ne plus avoir à guetter la rivière Chaudière, mais qu’il s’agit aussi d’un deuil. Cette maison construite en 1949 avait une haute valeur sentimentale puisqu’il y est né, il l’a ensuite héritée de ses parents. 

« Je ne sais pas si je vais assister à la démolition… ça va peut-être me faire trop de peine. », a-t-il confié.

Nouveau départ

Depuis le mois d’avril dernier, Guy Lachance vit dans un logement d’appoint en attendant de déménager dans un bloc-appartements qui est toujours en construction. Il se considère tout de même chanceux de pouvoir continuer à résider à Sainte-Marie. Les endroits où se loger et les terrains vacants à Sainte-Marie se font rares.

« Les gens que je connais sont ici, pas à Saint-Elzéar ou à Scott. » 

Si M. Lachance avait voulu rester dans la maison mise à mal par les flots, il n’aurait pas pu se prévaloir du programme d'indemnisation aux sinistrés dans le cas d’une autre inondation. C’est sans compter que la propriété a perdu presque toute sa valeur. 

« Il faut prendre le train quand il passe. J’aurais essayé de revendre ma maison et ça aurait été impossible. »

Changement dans le voisinage 

Sa voisine, témoin de notre entretien, a eu plus de chance. Le printemps passé, quelques pieds d’eau sont entrés dans son sous-sol, mais pas de dommages majeurs. De nombreuses maisons autour de la sienne seront démolies. 

« Ça va changer beaucoup », admet-elle. 

Béatrice Vachon-Gagnon restera l’une des dernières résidentes de l'avenue Saint-Louis, un quartier transformé à jamais par les inondations du printemps 2019.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.