Publicité

12 mai 2021 - 18:00

La vaccination des jeunes adultes est en cours

COVID-19: les jeunes Beaucerons répondront-ils à l'appel de la vaccination?

François Provost

Par François Provost, Journaliste

Toutes les réactions 1

La question se pose: les jeunes adultes Beaucerons sont-ils à convaincre en ce qui concerne la vaccination contre la COVID-19?

En effet, à mesure que les valves de la vaccination ont été ouvertes graduellement pendant le mois de mai, la communication au niveau fédéral et provincial cible de plus en plus particulièrement les jeunes, considérés comme une population qu'il faut davantage convaincre que les plus vieux. 

Même au niveau régional, le député de Beauce-Sud et adjoint parlementaire du premier ministre volet jeunesse, Samuel Poulin redouble d'ardeur pour s'assurer que les populations plus jeunes entendent le message. 

À l'échelle provinciale, l'a priori que les jeunes sont à convaincre a été corroboré par les résultats d'une étude de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dévoilée mardi. Selon les résultats de l'enquête, si les jeunes sont tout de même majoritairement favorables à la vaccination, ils le sont moins que les plus vieux. 

À titre d'exemple, entre les mois d'avril et décembre 2020, 95% des 70 ans et plus étaient d'accord avec l'énoncé: « Les vaccins contre la COVID-19 sont un moyen efficace de réduire le risque de contracter la COVID-19 ». Pour les 18 à 34 ans, le pourcentage se situe à 74%. 

La vaccination massive des jeunes à Saint-Georges
Sur le terrain, « il y a deux groupes », explique Cary Paquet, responsable du site de vaccination du Georgesville à Saint-Georges.

« On a les jeunes convaincus, qui vont peut-être réussir à en convaincre d'autres, mais il y a un autre groupe, auquel il y a encore du travail à faire ». 

Pour ce site, lorsque la vaccination s'ouvre à un nouveau groupe de jeunes, les réponses sont immédiates, indique Cary Paquet.

« Mardi, j'ai ouvert 220 rendez-vous accessibles pour les 25 ans et plus, et j'ai tout comblé en quelques heures ». 

Si les plages horaires sont toujours pleines au site de vaccination de Saint-Georges, toutefois, contrairement à d'autres sites de vaccination en Chaudière-Appalaches, les plages horaires ne sont pas pleines des semaines à l'avance. 

Les jeunes ne sont pas plus nombreux que les populations plus âgées à ne pas se présenter à leur rendez-vous, estime Cary Paquet. Ces derniers feraient cependant plus de « magasinage » avant de sélectionner une plage horaire.

Les attitudes des jeunes envers le vaccin
La même étude de l'INSPQ mentionnée plus haut sur les attitudes et les comportements des adultes québécois envers la vaccination démontre que les jeunes seraient généralement plus hésitants dans leur rapport à la vaccination que les plus vieux. 

Une conclusion dans le sens des observations au site de vaccination massif de Saint-Georges.

« Quand on a des plus jeunes, ils ont plus de craintes par rapport à la piqûre et aux effets secondaires. Il faut un peu plus les rassurer, mais c'est correct, on est là pour ça et on prend le temps qu'il faut », ajoute Cary Paquet. 

À l'opposé, certains jeunes s'éloignent de la vaccination puisqu'ils sont très optimistes qu'il ne vont pas contracter la COVID-19. 

« Ce qu'il faut aussi combattre chez les jeunes, c'est la pensée magique. Certains ne sentent pas le besoin d'être vaccinés, car, puisqu'ils sont en santé, ils ne croient pas que la COVID pourrait les rendre malades », explique la directrice du site de vaccination du Georgesville. 

Cette dernière ajoute que les jeunes sont généralement moins enclins à afficher qu'ils ont été vaccinés que les plus vieux. 

La vaccination pour tous les adultes dès vendredi
Rappelons qu'à partir du 14 mai, la tranche d'âge entre 18 et 24 s'ajoute au reste de la population des adultes pouvant se faire vacciner. 

Des horaires ajustés au besoin des plus jeunes se feront de plus en plus disponibles, assure Cary Paquet. À noter que les gens qui se feront vacciner les soirs près des heures de couvre-feu ont accès à un coupon signé prouvant le bien-fondé de leur déplacement. La confirmation d'un rendez-vous peut également faire office de preuve devant un policier. 

« Venez poser vos questions. Si jamais vous avez un doute, venez nous voir. Vous pouvez même nous “challenger”. Ce qui est certain, c'est qu'on ne forcera pas personne à se faire vacciner. C'est un consentement libre et éclairé », conclut Cary Paquet. 

À lire également:

15 jeunes personnalités de la Beauce se mobilisent pour la vaccination

Le ministre de la Santé et des Services sociaux lance un message aux jeunes

COVID-19 : un décès de plus et 55 nouveaux cas en Beauce-Etchemin

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Mes enfants sont très ouverts à se faire vacciner pour pouvoir protéger leur entourage et surtout leur grand-mère qui n'ont pas vu depuis 1 an.

    Patate - 2021-05-13 09:58